… et puis c’est la rentrée

C’est fou, je me sentais tellement bien en vacances, et ensuite en étant rentré. Je suppose que ça se voyait bien dans mes précédents articles.

Puis la réalité nous rattrape, et nous fait bien vite redescendre.

Vous savez, ce puta*n de RDV PMA qui nous a été décalé, et bla et bla et bla…. on pensait que c’était finit car on avait réussi à contacter directement notre gynéco, qui avait voulu nous donner une date tout de suite, mais on était en vacances. On l’a relancé car du coup elle ne nous avait pas donné d’autres dates. Et là, on voit qu’elle a transféré le mail au secrétariat AMP, pour gérer la prise de RDV en son absence.

Forcément le secrétariat nous répond « nous voyons que vous avez déjà RDV en novembre »…. ben ouais c’est bien ça le problème, en novembre…. Voilà donc on va devoir essayer d’avoir un nouveau RDV en négociant avec le secrétariat, sauf que c’est le genre de RDV « urgent », après les heures de boulot, donc en général le secrétariat ne les donne pas, c’est que la gynéco qui accepte de le faire directement…

Ca nous fatigue, c’est déjà pas évident de retourner en PMA, et on bataille juste pour un simple RDV. On  l’impression de quémander alors qu’on avait initialement pris ce RDV en mai pour septembre, c’est ça le pire dans l’histoire…

 

Et puis ça y est, je suis dans cette phase de la vie où TOUT MON ENTOURAGE proche ou lointain a des gosses. J’ai l’impression de lire des annonces de grossesses toutes les 2 semaines sur Facebook et autre. A force de mes désabonner de leur fil d’actualité, même Facebook et Insta galèrent pour trouver du contenu à m’afficher…

Et là, cerise sur le gâteau, ce matin j’apprend que mon collègue de bureau va être papa…

Le seul du service à être dans ma tranche d’âge, et qui soi-disant ne voulait pas encore d’enfants il y’a encore 1 an. Je vous connais, vous allez me dire « nan mais peut-être que c’est triste, qu’il ne le voulait pas, si ça se trouve sa vie elle est pourrie aussi ». Nan je le connais assez pour vous dire que c’est juste qu’entretemps ses envies ont changées, et que c’est réellement une bonne nouvelle. Je pensais pouvoir y échapper encore quelques temps…

Je ne sais pas comment je vais supporter si les collègues lui en parlent beaucoup…

Publicités

DNLP ne prend jamais de vacances

Que dire, j’angoisse de ne pas savoir. J’angoisse de ce qui pourrait advenir. J’essaye de ne pas être défaitiste, mais je sais que ça craint.

L’homme a de nouveau une prostatite.

La dernière, il y a 5 ans, lui a laissé une prostate « cryptique » (totalement rongée par l’infection, en très sale état).

Et c’est une des causes de notre infertilité. Cela a gravement endommagé sa production de spermatozoïdes (quantité, typicité).

L’échographe qui lui avait détecté lui avait dit « faites très attention, buvez beaucoup, on ne sait pas les conséquences que pourrait causer une nouvelle infection. » En gros, ça pourrait buter totalement la production de spermatozoïdes.

Certes cette prostatite semble moins grave que la dernière fois (il pissait des caillots de sang…), il a « juste » de la fièvre, des vertiges (à cause de la fièvre), et des difficultés à uriner (comme pour une infection urinaire en fait).

Mais voilà, ça me fait très peur. Même si on est de toute manière en ICSI pour la prochaine FIV. Et se pose la question de retarder la prochaine tentative, faut il attendre 3 mois post-infection pour que la spermatogenèse soit renouvellée, pour ne pas que le jour de la ponction son recueil soit trop pourri et fasse tout foirer ?

Nous avons dans une semaine pour programmer le traitement de la prochaine FIV. On discutera de tout ça. En théorie on pourrait commencer mi septembre. En théorie…

 

J’espère que tout ira bien …

Le monde joyeux des fertiles – épisode 3 : l’invitation à un mariage

Certains événements peuvent être particulièrement longs et difficiles à vivre quand on est pmette, alors que ce sont censés être des moments heureux.

Parmi ces événements, les mariages sont assez hauts dans le top, car ce sont en général des réunions spéciales PB, familles nombreuses et épanouies, enfants qui courent partout.

Les précédents mariages auxquels j’ai assisté jusqu’à présent ont été assez supportables (pas trop d’enfants, familles pas trop lourdingues). Mais ce weekend j’ai gagné le gros lot :

  • C’est moi qui conduisait (aucun refuge possible dans l’alcoolisme donc, mais en buvant un verre syndical à table pour éviter les erreurs de jugement)
  • Un nombre d’enfants impressionnant ! Il devait y avoir une trentaine d’enfants, dont une dizaine de bébés… et en prime pleins de moments gênants préparés par les enfants car c’est soit-disant trop mignon.
  • La pire table possible : on était 3 couples, les deux autres avaient chacun un bébé de respectivement 8 et 9 mois. Qui étaient tous les deux présents. Je vous laisse imaginer la torture des discussions et de leur présence. Je connaissais un des couples, et eux se connaissaient. Bien évidement je ne connaissais personne d’autre (à part les mariés), donc difficile de fuir. On a jamais été aussi soulagés d’aller danser !
  • La famille des mariés la plus lourde que j’ai pu rencontrer ! J’espère très sincèrement que cette amie n’aura pas de problème de fertilité car sinon ils vont en chier. On a du entendre une bonne cinquante de fois (je suis sérieuse) des remarques liés sur les enfants qu’ils allaient faire. Ca en devenait débile. Et sur les joies d’être parents qu’on leur souhaitait, et blablabla. C’était abusé franchement….

 

Je crois que nous avons eu beaucoup de chance d’échapper à ça pour notre propre mariage fort heureusement ! Car on aurait pas supporté ! Pourtant y a vraiment pas toute notre famille et amis qui sont au courant de notre situation. Comme quoi au final ils ne sont pas si lourd que ça comparé aux autres familles !

 

PS : N’hésitez pas à partager vos pires mariages en tant que pmette en commentaires 😉 Je sens que c’est un sujet à fort potentiel !

FIV1 bis – 2e contrôle et colique néphrétique épisode 2

Petit point bilan concernant la stim’, suite à ma 2e écho de contrôle qui a eu lieu ce matin :

  • mon endomètre a décidé que finalement il pouvait de nouveau être correct –> 10,6 en triple couche. J’avoue ne pas comprendre mon corps, mais bon pour une fois c’est dans le bon sens.
  • Ca pousse pour de vrai cette fois! Alors si j’ai bien retenu, y en a 4 à droite et 4 à gauche. 1 de 15, 2 de 14, 3 de 11-12, 1 de 10 et 1 de 9. Je pense pas qu’on arrivera à tous les chopper mais y a du mieux.

Suite du programme: on reste sur Fertistartkit 450 + orgalutran; à nouveau écho de contrôle+ prise de sang mercredi matin. Normalement, si on continue dans cette lancée, on déclenche mercredi encore, pour une ponction vendredi. A confirmer suivant l’écho de mercredi bien entendu.

Je sui un petit peu rassurée, mais j’attend tout de même mercredi avant de me réjouir (et bon on va pas s’attendre à une récolte miracle, mais pour moi c’est déjà de l’amélioration).


 

La partie moins fun de la journée : je me lève avec mal à l’estomac + crampes intestinales. Bon j’ai mangé une pizza hier, c’est peut être le fromage.

Ca ne passe pas dans la matinée. Et finalement ça ne semble pas être vraiment intestinal (en gros j’ai pas la chiasse ^^). Ca ressemble beaucoup aux symptômes de ma journée aux urgences en mai, même si les douleurs sont plus espacées et moins intenses. J’ai tout de même l’impression qu’il y a un peu de sang dans mes urines, mais dur à voir (l’autre fois y avait pas de doute, c’était rouge fluo).

J’appelle ma médecin, elle me dit que si c’est supportable, je peux attendre le début des consultations cet aprem. Mais si douleur trop intense ou fièvre, il faut que j’aille aux urgences. C’est supportable, les crises sont espacées entre 1/2h et 1h, et je ne me sens pas plus mal que ça.

Je m’absente donc pour la 2e fois de la journée du boulot. Du coup analyse d’urine (mais résultats sous 48 à 72h), et écho des reins en urgence demain matin (l’avantage que le médecin passe l’appel, on a un RDV direct). J’ai aussi le droit à du doliprane et spasfon pour la douleur (mais rien de plus fort, à cause de la stimulation…).

Bon la partie « fun », j’ai bu beaucoup d’eau ce matin, pour éliminer au cas où. Ben maintenant l’eau elle est filtrée certes, mais je galère à pisser. J’ai méga envie, mais ya que quelques gouttes qui sortent puis plus rien. La sensation est très désagréable !

Et ça semble confirmer qu’il y aurait un caillot. J’espère qu’il va s’éliminer tout seul.

Les crampes se sont calmées, la douleur est plutôt diffuse, mais l’urètre est bien enflammé. Et j’ai très très envie de faire pipi c’est horrible comme sensation !

 

Voilà donc grâce à ça j’ai le droit à une écho bonus entre aujourd’hui et mercredi, mais celle là devrait être abdominale pour changer ^^

Le monde joyeux des fertiles – épisode 2 : La secte des mères

Une journée en immersion dans le monde joyeux des fertiles…

Y a des jours comme ça, où tu te rends compte assez rapidement après le réveil que tu vas prendre cher toute la journée. Dans une journée si agréable, quoi de mieux que croiser pleins de mamans épanouies…

Acte 1 : La formation

Déjà quand tu regardes la liste des gens que tu vas former et que tu vois qu’il y a 2 retours de congés maternité, tu sens le traquenard.

C’est un truc de fou ça, toute femme du « monde joyeux des fertiles » qui vient d’accoucher se sent obligée de mentionner à peu près toutes les 5 min, dans des situations où c’est totalement à côté de la plaque, qu’elle revient de son congé maternité et bla bla bla. Et en plus quand y en plusieurs, les ennemis fraternisent ! C’est un complot je vous dis !

Le repas à la cantine est particulièrement sympa, à se plaindre que les pauvres elles ne verront pas leurs gamins ce soir car leur formation est sur deux jours, mais que heureusement les personnes qui les gardent (mari, amies, grand-parents) leur envoient pleins de photos pour les réconforter…. (oui je n’ai pas pu échapper aux photos…).

Et le petit tacle sur une de ses collègues qui se plaint d’être fatiguée et surmenée, alors que « franchement elle abuse, elle a même pas d’enfants, comment elle peut-être surmenée ».

Mais sérieux, pourquoi ils ont toujours l’impression que si t’as pas d’enfant, ta vie est forcément parfaite, facile, sans aucun soucis….

Pendant la pause café, je constate que je ne suis pas la seule à être soulée. Le seul mec présent intervient « et ben je suis bien content de ne pas avoir ce genre de problème » (par problème il entendait « gamin » ^^). Bon je suis la formatrice, je ne vais pas leur dire « ben moi j’aimerai bien les avoir ces problèmes », ça serait un peu bizarre comme confidence !

En toute honnêteté ces deux là étaient assez soft par rapport à un autre gang de mamans/femmes enceintes rencontrées à une formation précédente. Elles m’ont soulée mais je n’étais pas en PLS non plus.

 

Acte 2 : la soirée d’anniversaire

Après une journée bien remplie, direction un bar pour aller se souler boire un deux trois verres pintes pour les 30 ans d’un ami. Parmi les autres invités, la meuf relou du groupe qui a un gamin de 2 ans. Et dont la croisade est de recruter des membres pour former un gang. Bon entre les célibataires et ceux qui viennent de finir leur thèse (et qui sont donc à 1000km de ces pensées pour la plupart), en général elle a une victime toute choisie, moi. La dernière fois j’avais réussi à m’en sortir par un « hin hin hin » très maladroit et en fuyant aux toilettes (je reviendrai sur ces croisade un peu plus bas).

Aujourd’hui étonnamment ce n’était pas à l’ordre du jour (je craignais « alors c’est on vous êtes mariés, vous attendez quoi » mais heureusement il n’est pas venu.) (D’ailleurs les amis qui ont acheté une baraque avec 4 chambres l’an dernier, qui se sont marié il y a deux ans, mais pas encore d’annonce, je me fais des films ou bien faut que j’arrête de croire que tout le monde est dans notre cas ??? ).

L’ordre du jour c’était « vous avez pas de gamins vous connaissez rien à la vie ». Ca a commencé sur un 3e couple qui prévoit son mariage dans 2 ans, mais qui n’est pas d’accord sur cérémonie religieuse ou non. Et là le pic totalement gratuit de Mme Maman « si vous êtes déjà pas d’accord sur ça, ça va être quoi pour l’éducation des enfants »; « ça va vous sembler tellement ridicule de pas être d’accord pour [un truc aussi insignifiant] après coup »;

Là la fille qui va se marier « oh lala mais moi je suis pas du tout prête pour ça, c’est pas pour tout de suite. » blague sur son fiancé c’est déjà un gros bébé.

Mme Maman « oh mais ça fait tellement grandir tu sais. Mon conjoint c’était un gamin avant. Mais il a grandit et évolué quand il est devenu père ».

C’est le moment que j’ai choisi pour me casser aux toilettes, car la conversation n’avait pas l’air de changer. Et je sentais que ça risquait d dévier sur moi à un moment ou un autre. Ouais j’aime bien me réfugier dans les WCs ^^

Ca me soûle tellement ces parents qui ont l’impression que les personnes sans enfants ne connaissent rien à la vie ! Je trouve ça tellement condescendant ! Je veux bien que ça change beaucoup de choses dans ta vie le jour où tu deviens parent, mais faut arrêter de prendre les gens sans enfants pour des gros débiles qui comprennent rien à la vie quoi… Ce « tu peux pas comprendre t’as pas d’enfant », ou la variante « tu comprendras quand t’auras des gamins »….

 

Acte 3 : la croisade pour former un gang de parent

Bon c’est vrai que là je ne parle pas de cette journée en particulier, mais de cette sale manie qu’ont les jeunes parents de faire chier tous les couples de leur entourage pour qu’ils fassent des gosses des copains pour leurs gamins. Mais sérieux, mêlez vous de vos fesses ! personne est venu vous demander de le faire votre gamin (quoique^^), alors laissez votre entourage faire ce qu’il veut ! Arrêtez de mettre la pression aux autres couples ! Et surtout vous ne connaissez pas leur histoire, donc vous ne savez pas s’ils essayaient déjà alors que vous rencontriez à peine votre conjoint.

Il y avait donc Mme Maman qui m’a fait le coup plusieurs fois. Car c’est la seule dans le groupe à avoir un enfant donc elle se sent un peu « à part », alors qu’elle doit rêver de soirées à faire jouer tous nos gosses, d’un âge similaire, ensemble.

Et puis il y a aussi cet autre couple dans notre entourage, parents depuis moins d’un mois, les fameux spécialistes en RALC, qui méritent une fois de plus que je m’attarde sur leur cas. Enfin surtout sur Madame. Vous allez comprendre pourquoi.

Depuis plusieurs jours, Mme RALC fait aussi sa croisade de recrutement sur Facebook, et particulièrement sur le post d’annonce de naissance. En gros à la moindre occasion elle fait des commentaires en mode « bientôt votre tour 😉 » (et non la nana n’est pas enceinte, juste fraichement mariée). Quand une cousine dit « trop hâte » (sous entendu de rencontrer votre fils) elle va répondre « trop hâte de quoi ? que ce soit ton tour 😉 ? » Bref vous voyez le genre…

Elle m’avait déjà fait une réflexion, le jour de l’annonce qu’elle était enceinte (voir le lien plus haut), en parlant du mariage d’amis l’an prochain en mode « c’est peut être toi qui pourra pas boire d’alcool à ce moment là 😉  » et en insistant en mode « enfin quand même 1 an après le mariage y a moyen »

Donc là vous vous dites « quelle charmante personne fort agréable qu’on a pas du tout envie de baffer, mais pour Nirnaeth tu es étonné du comportement de cette personne à force ? »

Et bien je suis étonnée, mais surtout je ris jaune, car il y a 2 ans environ, elle avait partagé une vidéo sur Facebook, qui dénonçait cette pression de la société à faire chier les couples et les gens sur leur projet de parentalité. Qui disait « arrêter de demander, vous ne connaissez pas leur histoire ! infertilité, fausse couche, problème de couple, ou pour les célibataires la difficulté de ne pas trouver un compagnon de vie, etc ».

A ce moment, et vu qu’elle était en couple depuis genre 7-8 ans, qu’elle adore les gamins, j’ai bien cru qu’elle était elle-même en PMA… Mais ce n’était pas le cas apparemment vu son comportement actuel….

Et je trouve ça fou qu’on ait pu décrier cette pression de la société et cette connerie des gens, et que par la suite quand on devient parent, on devienne une casse-couille acharnée…

 

PS : à l’aube de la 1e injection en vue de la FIV1 BIS, je me suis fait cette réflexion : si par miracle ça marchait du 1er coup, les gens seraient persuadés qu’on a attendu de se marier et que je suis une C1  ! ça serait quand même un peu drôle ! (croisons les doigts pour que je puisse rire de ça du coup)

 

 

 

 

The Good, The Bad and The Ugly

Un titre de film pour résumer la semaine dernière et surtout cette semaine

Du bon, du mauvais, des sentiments pas toujours très beaux. Ca s’équilibre plus ou moins, ce qui fait que mon cerveau ne sait plus si je dois être heureuse ou triste (je dois pleurer de joie peut-être ^^).

On va commencer par le positif : trouver ma robe de mariée du 1er coup; réussir à avoir l’horaire voulue pour la cérémonie civile (c’était pas gagné dans notre mairie, ce sont eux qui attribuent les horaires). On a retrouvé un traiteur (après que le 1er ait du abandonner le projet suite à des soucis de son côté). Le mariage avance, et c’est du positif.

Le chéri a eu un CDI dans son travail actuel, qui lui permet de se libérer un jour dans la semaine pour développer sa boite. C’est cool, on gagne un peu en tranquillité d’esprit même si c’est pas le boulot de ses rêves. Au moins il y a une certaine liberté.

Et sinon, notre voiture a rendu l’âme. Donc c’est un peu problématique, faut qu’on en retrouve une rapidement, c’est un peu galère dans cette période pré-noël et pour faire les courses, aller voir notre famille, etc…

Et puis, les points noirs, l’avalanche de naissance en 7 jour. Bon ok j’exagère, 3 naissances. Mais ça fait beaucoup pour mon petit cœur d’infertile.

  • La 1e annonce la semaine dernière : le meilleur ami de mon homme qui devient tonton. Oui c’est éloigné de nous en soit, mais il en a beaucoup parlé, et surtout, cette petite fille a le nom qui est n°1 sur notre liste…. Du coup c’est surtout ça qui a été un peu compliqué (surtout que c’est pas un prénom super fréquent).
  • La 2e annonce, la plus difficile, j’y reviendrai plus bas, mon amie L. qui a accouché d’une petite fille. J’ai reçu le message d’annonce lundi matin en arrivant au boulot, pour bien commencer la semaine.
  • La 3e annonce, lundi soir (2 dans la même journée, sérieux ?????) une amie très proche qui est devenue tata (pour la 3e fois). Forcément deux dans la même journée c’est un peu dur quand même.

Ca pleut des bébés sauf pour moi (nous) en fait…

Revenons à la 2e annonce. En prévision de cette naissance, nous avions décidé du cadeau à faire avec mon autre amie A. Pour m’éviter des souffrances inutiles, j’ai passé commande (une sortie de bain trop choupi avec une capuche avec des oreilles de lapin) via le fameux site de commande le plus usité du monde.

Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu, ce site a en ce moment environ 1 semaine de délais rien que pour préparer les commandes, et donc je n’aurais pas du tout ce colis a bon moment. Bon allez, direction les magasins pour en trouver un.

Je me suis tapée 4 magasins, au bord des larmes à la fin, et je n’ai même pas trouvé le foutu cadeau. Plus jamais je remet les pieds dans un magasins de vêtements pour enfant si ce n’est pas pour le mien. Plus jamais….

Et ensuite pour pouvoir visiter mon amie à la maternité (ouais je suis sado-maso), j’ai du prendre une aprem’ de congé pour me faire torturer. En même temps c’était ça et je pouvais y aller avec A., ou alors j’y allais toute seule. Et je ne me sentais pas du tout du tout de taille à affronter ce moment toute seule.

Finalement la visite s’est passée moins horriblement que je pensais. Bien-sûr j’ai badé un peu en continue du lever au coucher hier, mais la visite en elle-même a été plus supportable que prévue.

Ce qui me fait un peu peur. Ai-je perd toute sensibilité en me faisant une carapace ? suis-je devenu psychopathe ? Avant j’avais envie de chialer dès que je devais passer un moment avec un enfant (connu ou inconnu, c’était tout aussi horrible en famille que dans une salle d’attente par exemple). Mais depuis quelque temps, même si je ressens un pincement au cœur, je ne dois plus trop me retenir de pleurer.

On va pas se mentir, le fait que L. ne m’ait pas mis la petite dans les bras a grandement aidé. Aucune RALC n’a été dite. Elle a d’ailleurs eu la gentillesse de ne pas envoyer de photo de la petite par SMS alors qu’elle en a envoyé une à A.

Et puis on va pas se mentir, sa gueule de déterreé à cause de nuits blanches depuis 4 jours, la petite qui pleure dès qu’on la pose, les difficultés et douleurs liées à l’allaitement…. et ben en fait sur le moment ça m’a pas vraiment donné méga envie d’être à sa place XD. Bon après quand je l’ai vu parler à la petite quand elle était réveillée c’était déjà plus touchant. Mais heureusement pour moi, elle a quasiment dormi tout le temps de la visite (on est resté 2h…. je sais pas comment j’aurais fait si ça c’était mal passé).

 

Voilà, mon humeur du moment, entre blues et contentement, cela varie suivant le moment de la journée et du jour de la semaine. Je crois qu’au final le plus dur ce n’est même pas les naissances, mais la période de Noël, comme beaucoup d’entre nous…

 

Après le refus de mon homme de passer Noël juste à deux, j’ai pris le contre-pied : vivre Noël à fond. Cette année je m’autorise une plus grande déco de l’appartement, un pyjama sur le thème de Noël, un renouvellement des décos pour le sapin (même si le sapin géant dont je rêve attendra encore), films de Noël le dimanche matin sous un plaid en buvant du thé de Noël, calendrier de l’avent maison, célébration de la St Nicolas (en Alsace on fait un repas avec du chocolat chaud au lait d’amande, des manalas (brioches en formes de bonhomme) et des mandarines )

Du coup mon cœur balance aussi, entre la joie de ne plus me réfréner, de ne plus attendre l’enfant pour vivre ce dont j’ai envie. Mais à coté la tristesse tout de même de ne pas partager ça. Pour moi Noël est très lié à des moments joyeux en famille dans mon enfance (sachant qu’après les relations se sont dégradées avec ma famille). Et ça me fait mal de ne plus pouvoir vivre des moment comme cela en le transmettant, sachant que mon homme n’y met pas du sien, il n’a pas du tout l’esprit de Noël, même s’il pense que ça changera le jour où on aura un enfant (comment enfoncer le couteau dans la plaie).

Mais ainsi va la vie, je vais continuer à me réapproprier cette fête petit à petit, ce weekend ce sera atelier bredalas petits gâteaux avec l’homme.

Qu’importe ce que l’avenir nous réserve, nous arriverons à être heureux, j’en suis persuadée.

 

Quand tu as été assez stupide pour croire que tu arriverais à oublier la PMA pendant les vacances…

Nan mais en vrai c’est juste que vous me manquiez trop 😉

Bon j’aurais du me douter que c’était illusoire de croire que je ne penserai pas à la PMA pendant 3 semaines, surtout que je dois appeler pour prendre un paquet de RDV qui y sont lié (RDV avec le spécialiste du sang pris ce matin, ce sera le 29/08, et encore il aurait pu me prendre déjà jeudi si j’avais été dispo). Et demain pleins d’appels pour les autres RDV.

J’aurai du me douter que une journée qui commence par des appels pour la PMA, puis on passe devant le centre de PMA dans l’après-midi pour notre baignade de l’aprem…. y a comme un thème récurrent qui clignote en rouge là, non ?

Bref je me suis pris la tête avec M., parce que je vient de découvrir qu’il m’avait caché qu’il avait recommencer à fumer…. Il y a quelques semaines je lui avais clairement posé la question (car il fumait beaucoup aux soirées, et qu’il avait racheté des sucettes, ce qu’il avait fait pour moins fumer/arrêter précédemment) Il m’avait répondu que non, que c’était vraiment que occasionnellement en soirée (bon sur ce point on avait déjà discuté, il se sentait au dessus de tous les autres fumeurs genre « nan mais je peux fumer juste aux soirées, je me contrôle, je ne suis pas dépendant à nouveau, je gère »).

Je précise que ce n’était pas un gros fumeur. Il a fumé pendant 1ans et demi, environ 6 cigarettes/jour (ça a commencé quand on s’était séparé donc en 2012). Il a re-fumé un peu l’été dernier pendant sa dépression. Mais il a quasiment toujours continué à fumer en soirée, ou dès que quelqu’un a une cigarette électronique.

Alors oui je sais j’ai la vision moralisatrice de la meuf qui n’a jamais fumé et donc qui ne comprend pas trop. Certes, mais bon ça justifie pas de me mentir. Il a eu le culot de dire que c’était un mensonge par omission…. ben non justement vu que je lui avais demandé.

Et puis après il m’a dit que j’étais la méchante dans l’histoire, que je le culpabilisais, alors que lui il essayait juste de pas sombrer, mais que moi je rajoutais un problème sur les soucis qu’il a déjà.

Sauf que de mon point de vue, quand on a déjà de base des soucis de qualité de sperme à cause de problèmes de prostate, c’est le fait de fumer par dessus qui rajoute un problème…. Mais non c’est forcément moi la méchante (moi je voulais juste rester dans mon coin de temps de digérer l’info pour pas me prendre la tête, mais il a forcé la discussion…). Et je lui reproche surtout le mensonge mais il occulte cette partie.

J’avoue que je lui en veux. Je n’ai pas envie de le faire culpabiliser. Mais je trouve ça drôle qu’il culpabilise d’avoir des problèmes de spermes (auxquels il ne peut rien), mais pas de fumer (alors que sur ça il a une prise). Je sais ça parait peut-être trop simpliste comme vision de mon côté de non-fumeuse.

Mais surtout je lui en veux de ne pas vraiment faire d’effort. Notamment continuer à fumer en soirée, en sachant pertinemment comment ça allait finir. De ne rien faire des quelques choses sur lesquels il a une prise (boire 2L par jour d’eau, pas trop d’alcool, ne pas fumer), alors que moi je dois tout subir pour la PMA sans avoir le choix. J’avoue que je me pose des questions pour la FIV, est-ce que j’ai envie de subir tout ce lourd protocole alors qu’il nous rajoute des bâtons dans les roues ? Je ne veux pas rentrer dans le chantage, je ne veux pas dire « si t’arrêtes pas de fumer on fait pas de FIV », ce n’est pas mon ressenti même si c’est comme ça qu’il le percevra si je lui dit. Il croira que le seul problème c’est la clope.

Mais c’est juste que je n’ai pas envie de sacrifier mon corps pour quelqu’un qui est si souvent égoïste….

 

Si vous avez des conseils, des histoires de vécu, un point de vue de fumeur sur la question ^^, etc… je suis preneuse…