En France et en Europe les activités d’amp sont reportées à une date indéterminée. Nous sommes confrontées à une situation de pandémie (déclaration de l’OMS) de covid-19. L’impact de cette pandémie et des décisions prises par les autorités sanitaires sont évidemment importantes, au niveau des vies de chacun d’entres nous. Pour les personnes infertiles subissent […]

via Coronavirus et report des activités d’AMP — Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles, stériles. De parents et futurs parents via l’AMP et l’AMP avec don de gamètes

DNLP bonjour…

Voilà, je me disais mieux que les évènements positifs en PMA c’était anormal… Notre prochain TEC était avancé ? Ah ben maintenant on passe en date non déterminée, car notre centre ferme ses portes à cause du coronavirus…

J’ai reçu les ordonnances hier, je devais commencer le traitement ce weekend.

Et j’apprends ça le pire jour possible, il y a un an j’accouchais de S. …

Le début de journée allait, jusqu’à ce que j’apprenne cette nouvelle sur les réseaux sociaux. Le fait que le TEC soit imminent nous aidait beaucoup à passer cette sale période… Et bien ce n’est plus le cas.

Allez je vous laisse, je vais aller pleurer dans mon coin.

 

L’épidémie s’étend sur notre territoire. Ce qui a amené le ministre de la santé à déclencher, vendredi 7 mars le Plan Blanc, pour les Centres Hospitaliers. Ce qui signifie la mise en route d’une procédure de réorganisation du travail pour déployer et coordonner rapidement du personnel et du matériel médical pour répondre à l’augmentation de […]

via Coronavirus et AMP ? — Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles, stériles. De parents et futurs parents via l’AMP et l’AMP avec don de gamètes

L’instant feel-good

Hello,

J’espère que votr réveillon s’est bien passé. Plus difficile que prévu de notre côté. On a passé une super soirée avec nos amis, on a bien rigolé et fini la soirée à 6h 😱 (c’est dur le travail aujourd’hui 🤣) mais le moment du passage à 2020 s’est fait dans les larmes. Une page s’est tournée, espérons que celle de l’année à venir soit plus lumineuse.

J’avais envie de partager avec vous notre recette feel-good en ce moment, quand on a un petit coup de blues, ou l’autre fois après une crise d’angoisse…. Les dessins animés !

Et surtout un qu’on a découvert il y a quelques temps sur Gulli, qui vient d’être ajouté sur Netflix : Le monde incroyable de Gumball.

C’est génial, absurde, drôle… Bref ça vide la tête et nous fait bien marrer. On en regarde très souvent en ce moment.

On regarde aussi Adventure Time (qui ne semble pas vraiment destiné aux enfants je me dis souvent ! ) Pareil c’est totalement barré !

Voilà, c’est quoi vos recettes feel-good perso ? Vous avez aussi des dessins animés ou séries qui font toujours du bien ?

 

Des bisous, et plein de bonheur pour cette nouvelle année.

 

Nirnaeth

PMA et libido

Je viens de publier un article protégé, car ça parle de PMA et libido, et du coup je n’ai pas envie que tout internet puisse lire mon intimité sur le sujet 😬

Vous pouvez me demander le MDP en me laissant votre adresse email en commentaire, ou m’envoyer un mail directement : nirnaethenpma@gmail.com

Conversation de bureau sur le congé paternité

Je sais, le sujet est bizarre sur un blog PMA, mais bon j’ose le tenter, soyons fou.

Comme vous l’avez peut-être retenu, un de mes collègues attend un enfant pour les environs de mars.

Donc forcément avec PMA + la perte de S., les conversations liées sont bien funs, et j’essaye d’y échapper un maximum.

Mais parfois il y en a que je suis obligée d’avoir, par exemple quand on doit se répartir les formations 2020 dans une autre ville, qu’on est 3 formateurs (dont ce collègue), et que du coup, ben faut bien parler de quand il ne sera probablement pas là pour finaliser le planning.

Pour le moment j’avais fait l’autruche et n’avait jamais demandé la période d’accouchement prévue (même si j’avais fait le calcul plus ou moins dans ma tête).

Donc là il nous annonce  que faudra pas compter sur lui entre février et avril en voyant large. Parce qu’il compte plus ou moins poser 2 mois de congés, et le début dépendra de la date de naissance.

Là mon moi-egoïste et meurtri rage parce que je vais me taper des déplacements supplémentaires à cause de son bonheur, me rappelant sans cesse mes malheurs.

Puis mon moi-feministe/égalitariste est choqué par les réactions des autres collègues (le 3e formateur, et un collègue qui était là). Ils le critiquent du temps qu’il compte prendre en congé, se foutent de lui en mode « c’est toi qui prend le congé maternité ». Bref, ils sont choqués qu’il ose vouloir passer du temps avec son enfant, en mode c’est un tire au flan égoïste, qui va foutre le service dans la merde avec une absence aussi longue.

Bon en vrai je vois mal comment il compte prendre autant de congés, même avec les deux semaines prévues par le code du travail – ou alors il aura 0 congés l’an prochain. MAIS sur le principe, cela montre que la vision de la paternité au travail, et du « droit » au père de s’impliquer dans l’éducation des enfants, reste problématique.

Alors certes, on me dira que les collègues rageux ne sont plus tout jeune (48 et 54) donc c’est l’ancienne génération, qu’aucun des deux n’a eu d’enfant (même si je ne vois pas en quoi ça empêche d’être pour un congé paternité plus juste) mais tout de même… Ça doit être difficile pour un homme d’assumer de vouloir s’occuper de son enfant en se prenant pleins de remarques.

Pour des raisons personnelles ça va me faire mal de faire son boulot pendant cette période, mais en même temps tant mieux pour lui s’il peut s’absenter aussi longtemps qu’il le souhaite pour s’occuper de son enfant avec sa femme…

Analyse des cauchemars

J’ai eu l’occasion hier soir de discuter de mes fameux cauchemars avec ma psy. Bon pour l’interprétation pure et dure on a eu plus ou moins la même, à la différence que pour les scènes où je m’enguelais avec tout le monde, j’avais l’impression que c’était moi qui m’en prenais à tout le monde, alors qu’elle voyait ça comme « tout le monde vient me chercher des noises sans raisons, m’agresser donc je me défends comme je peux ».  

S’il fallait décrypter le rêve dans la forêt, pas besoin d’aller chercher bien loin. On a la peur que tout bascule à un moment où l’on ne s’y attend pas, la peur de perdre un nouvel enfant (dodo l’enfant do pour faire référence à la mort), et en lien la peur de retourner en PMA ;  et le chemin de forêt qui apparaît dans le rêve ressemble beaucoup à l’endroit où est enterré S.

Forcément avec toutes ces significations imbriquées, pas étonnant que j’ai des frissons dès que je repense ou évoque ce cauchemar.

 

Ensuite on a discuté s’il fallait continuer ou non de noter les cauchemars. Pour elle se n’est pas nécessaire. Noter ses rêves permets effectivement de voir parfois bien plus rapidement où se situent nos angoisses. Là on a vu. Et d’après elle rien que le fait d’avoir parler de ces cauchemars, et notamment le plus horrible dans la forêt qui semble reçurent, pourrait permettre de ne plus le faire car on en a débriefé. On verra bien.

Pour moi, ces rêves me donnent l’impression, surtout vis a vis de la colère, que j’intériorise tellement cette rage, que le fait que je pète un câble dans mes rêves montre peut-être que j’en ai beaucoup trop en moi et que c’est tendancieux, que je vais craquer dans la vraie vie. Ça m’a fait un peu peur de voir que j’insultais tout le monde à haute voix. Alors que même si j’ai l’impression de détester tous les gens que je croise en ce moment, je sais que cette colère vers des personnes en particulier n’est pas justifiée, donc je garde ça dans ma tête.

Alors que ma psy n’en a pas eu du tout la même vision. Pour elle, les rêves (et cauchemars) sont des soupapes, qui justement permettent à notre cerveau de gérer certains événements traumatiques en les refaisant jusqu’à ce qu’ils soient digéré, qu’on s’en souvienne ou non, ils ont cet effet dans les deux cas. Cette soupape peut aussi permettre à ma colère de sortir la nuit, pour que justement la journée soit supportable. Donc pas de peur à avoir, je ne tourne pas psychopathe, je ne vais pas me mettre à insulter tout le monde dans la rue. Ce que fait mon cerveau est très sain.

En parallèle je lui ai demandé quoi faire pour gérer cette colère : faire de la boxe, taper dans des trucs (des objets hein, pas des humains 😬). Ça fait un bien fou pour extérioriser une colère générale  face à la vie. Ça tombe bien on avait acheté un punching-ball peu de temps après la mort de S. , qui nous a souvent bien aidé.  Je vais le ressortir.

Quid de quand cette période de cauchemars disparaîtra ? On ne peut pas savoir… En tout cas elle m’a prescrit des somnifères à ma demande, pour pouvoir souffler une nuit de temps en temps (car là j’accumule trop de fatigue avec ces mauvaises nuits. J’ai essayé les trucs à bases de plantes mais aucun effet). Le but n’est clairement pas d’en prendre en continue, il ne faudrait pas que je développe une peur d’aller me coucher. Mais en prendre occasionnellement pour avoir une ou deux bonnes nuits sans rêves par semaine.

J’en ai pris un cette nuit, et le réveil était bien plus agréable ce matin !

La mauvaise blague du jour

Enfin le weekend, je rentre chez moi et prends le courrier – tiens une lettre de l’hôpital – probablement une facture pour les analyses faites au service d’immunologie.

J’ouvre la lettre. Non pas du tout, ça vient de la PMA – mon RDV de septembre avec le Dr Hibou est déplacé suite à un contretemps.

Nouvelle date le 19/08.

Au début je me dit chouette, il est avancé de presque 1 mois ! Puis je tique. Forcément en déplaçant les RDV en pleins mois d’août ya des chances que les gens soient en congés.

C’est mon cas, je pars en Suède deux jours avant….

Pourquoi ils ne peuvent pas téléphoner pour vérifier ensemble que le nouveau RDV est ok ???

Je dois maintenant attendre lundi pour appeler, j’espère qu’ils ne me le décalent pas à plus tard que le RDV initial… Une fois de plus je suis blasée par leur organisation….

Aimant à femmes enceintes et enfants

Sérieux j’en peux plus, depuis la perte de S., c’est horrible, je me retrouve sans cesse entourée de femmes enceintes et de poussettes.

Certaines me diraient « c’est parce que t’y fais plus attention qu’avant », mais non, c’était déjà une vision pas agréable en PMA, alors je les repérais déjà.

Là ça devient abusé. Si je croise moins de 5 femmes enceintes sur mon trajet travail-maison, c’est une bonne journée…

Et c’est partout… Entre la meuf enceinte de l’immeuble que je croise sans cesse dans l’ascenseur au boulot qui se colle à moi, aux courses où on se retrouve encerclés avec des meufs qui ont leur nouveau-né dans les bras , et le portent à environ 10cm de moi (genre rien à foutre de la zone de distance que les gens tolèrent), les autres qui ont 3 gamins et la meuf est enceinte, etc…

Hier c’était le pire je crois. Je vais boire l’apéro dans un bar, donc je me dis ça devrait aller… Punaise juste après nous débarquent 3 groupes différents avec 3 poussettes de nouveau né et bébé, et deux femmes enceintes. Dans les 10 min, deux autres femmes enceintes passent dans mon champ de vision dans la rue…

J’en peux plus… J’aimerais un peu de répis. Dès que je vois une femme enceinte je sens la haine haine monter en moi (ouaip je sais que c’est fort, mais on contrôle pas ses sentiments…), Mon cœur se brise dès qu’un enfant pleure … Et on parle pas des parents qui se comportent comme des cons avec les enfants et qu’on maudit de ne pas apprécier la chance qu’ils ont, ou de juste ne pas la voir.

Je suis censé faire quoi ? Fuir ? Endurer ?

La voisine

Depuis quelques temps je l’ai déjà repérée. Cette voisine, qui habite dans l’immeuble adjacent au notre. Avec un ventre rond qui indique que sa DPA ne doit pas être très éloignée de celle qui fut un jour la mienne. Et elle a emménagé ici récemment, je ne l’avais jamais vu auparavant.

Dans une autre vie, nous aurions probablement sympathisé, nous aurions sûrement partagé ses nombreuses promenades de l’après-midi, le temps libre de son congé, des discussions de futures mères puis de jeunes mamans.

Mais dans cette vie je dois me préparer à ce que  dans pas longtemps je croiserai fréquemment son bébé qui aura l’âge qu’aurait du avoir S. Cela m’angoisse déjà, rien que de voir son ventre c’est dur, alors un bébé en chair et en os, plein de  vie, je n’ose même pas imaginer comment je vivrais ces moments….

 

Nous sommes en juillet, mois où il aurait dû naître; probablement le 2e mois le plus dur de ma vie que j’aurais à affronter après mars.