La vie sans lui

Tout d’abord je voulais vous remercier pour vos très nombreux messages de soutien. Je les ai tous lu, même si je n’ai pas encore eu le courage de répondre.

Cet article sera probablement un peu fouillis, comme mes pensées en ce moment, avec mon ressentis, et aussi le récit de quelques éléments postérieurs à la Finlande et au moment tragique.

J’ai commencé à l’écrire il y a pratiquement 1 mois, mais je n’ai pas eu le courage de le finir. Mais il faut que je le fasse, ne pas laisser cet article, qui me semble important, à l’état de friche. Je ne sais pas dans combien de temps je réécrirais après celui-ci. A vrai dire, la blogosphère m’est devenue très douloureuse pour le moment, tout comme tout ce qui touche au monde de la parentalité, de la grossesse, et particulièrement les articles sur les grossesses avec des dates proches de la miennes.


Nous avons eu les résultats de l’autopsie. Rien de concluant, pas de piste. Un doute éventuellement sur un léger trouble de croissance (mais pas certains d’après mon gynéco habituelle, plus celle de la PMA). Aucun problème génétique décelé, aucune malformation. Ni aucun virus ou autre dans les analyses sanguines. Aucune piste envisagée. Rien. Alors il faut apprendre à vivre avec le fait que l’on ne saura jamais ce qui a causé la mort de S.

Cela est très difficile de ne pas savoir. Et fait peur pour l’avenir, pour le jour où l’on se sentira près pour retourner en PMA, si j’arrive à retomber enceinte. Comment vivre cela sereinement ? alors qu’on peut passer d’une écho où tout va bien et 1 semaine après un bébé mort, sans aucun signe avant-coureur, aucun signe pouvant le prédire ? On ne pourra plus jamais nous rassurer.

Et ne pas savoir la cause laisse aussi planer le doute que cela se reproduise. Les profitabilités ne sont pas de ce côté  (mais en même temps quand on voit le nombre de décès à ce stade de grossesse, on va dire que les stats ne sont jamais de notre côté…). Les gynécos disent que probablement c’est la faute à pas de chance, qu’il n’y a pas vraiment un problème de notre côté. Mais forcément ils ne peuvent pas le garantir. On est pas à l’abris vu qu’on a pas déceler le problème.


 

« La mort est un face-à-face. Un face-à-face avec un trou »

Alain Damasio, Les Furtifs.

 

Cette citation est d’une très grande justesse face à la mort de son enfant, et de l’épreuve à affronter, de la douleur que l’on ressent dans sa poitrine.

Jeudi cela fera 2 mois que nous avons appris la mort de S. dans mon ventre. Ça passe à la fois vite et lentement. Cela me semble passer vite, car le temps pendant la grossesse passait extrêmement lentement, j’ai l’impression d’avoir été enceinte bien plus de 21 semaines assez bizarrement.

Nous avons tous les deux un suivi psychologique pour affronter cela. Chacun de notre côté dans un cabinet privé (je suis retournée chez la psy que j’avais déjà consulté il y a quelques temps), mais aussi en couple avec la psy du centre de PMA, qui elle connait bien le deuil périnatal.

Je pense reprendre le travail la semaine prochaine. Le premier jour va être difficile, mais je pense que je commence à être prête. Même si au final ma petite routine mise en place ces dernières semaines ne me déplaît pas. Je fais beaucoup de sport principalement, environ 4 fois par semaine le matin. Ça me fait beaucoup de bien, je remarque la différence avec les jours où je ne vais pas au sport et me sens beaucoup moins bien psychiquement. Je prends des somnifères aussi depuis 3 semaines, car avec le temps je n’arrivais plus à dormir plus de 3-4h, ce qui n’aidait pas à affronter la journée. Ma psy conseilles de les arrêter quand je serais retournée au travail, que j’aurais repris ma routine. Je recommence aussi tout doucement à sortir voir mes amis, j’arrive de plus en plus à apprécier ces moments et me changer les idées (même si ce n’est pas le cas en continue).

Plusieurs personnes me disent que je suis forte, courageuse, qu’ils sont admiratifs de ma façon de gérer les événements. Mais j’ai tellement envie de les envoyer chier quand on me dit ça. J’ai pas envie qu’on m’admire pour ça, j’ai pas envie d’être forte. Et surtout ai-je le choix ? pensent-ils à la seule autre solution qui est le pendant de ne pas surmonter et affronter cette épreuve ? Oh je peux vous dire que parfois mon cerveau pense à cette alternative. Pas sérieusement je vous rassure, mais difficile de ne pas parfois penser « je préférerais mourir que de vivre ça, de ressentir cette douleur, de devoir vivre toute ma vie avec ça ».

Il y a des jours plus difficiles que d’autres, même si les « jours noirs » s’espacent peu à peu et nous laissent reprendre notre air. Je ne crois pas qu’on puisse réellement faire le deuil de son enfant, réellement surmonter cette épreuve. Je suis persuadée que cela nous hante toute notre vie, mais qu’on apprend à vivre avec cette douleur. Et quand je regarde le témoignage de personnes à qui s’est arrivé, plusieurs années après, et bien cela ne fait que me le confirmer. Alors il faut accepter cela, qu’on va toujours avoir mal, même si ce sera moins fréquemment.

De la culpabilité ? vous êtes plusieurs à l’avoir évoqué dans vos messages. Oh j’en ai à revendre, même si je sais que cela ne sert à rien, et qu’elle se situe sur des points qui n’auraient rien changé aux événements tragiques. Il faut que je travailles là-dessus, que j’apprenne à vivre avec cela.

J’ai remarqué que dans la vraie vie je n’arrive pas à mettre des mots sur les choses. Je ne dis pas S., je dis « il, lui », j’ai du mal à parler de sa mort, j’y réfère à « ça ». Vous voyez l’idée. C’est donc pourquoi je pense qu’il est important d’écrire ici, car ça me force et m’habitue à dire les vrais mots, à ne pas les éviter, et me confronter à la douleur qui y est associer. A me les approprier. Mon mari a moins de difficulté (enfin le prénom il ne le dit pas trop non plus), il parle beaucoup en général, alors il a répété maintes fois notre histoires aux gens et à ses amis (il en a aussi plus que moi, et il a passé beaucoup d’appel dans les pires moments, alors que moi je me contentait de rares SMS, incapable d’en parler de vive voix).


Nous avons fait une cérémonie et enterré les cendres dans la forêt près de chez nos parents, 2 jours après les avoir récupérées, 4 semaines après sa mort. Pas le choix de toute façon sans le fameux papier qui autorise les obsèques (je vous explique ça après), et puis pas l’envie que notre petit S. se retrouve dans un tout petit carré avec les cendres de centaines d’autres bébés, si nous avions eu cette option. On lui a trouvé un bel endroit, parmi les bruyères, le soleil illuminant souvent l’endroit, le chant des oiseaux omniprésent, une butte qui me fait penser à un tertre viking. C’est très apaisant comme endroit étrangement. Nos parents et frères et sœurs étaient tous présents. Mon mari à lu une lettre. Je n’ai pas réussi, alors la mienne je l’ai mise avec lui, avant de refermer le trou. Nous avons aussi mis une mèche de nos cheveux, pour qu’il ne soit jamais seul et aient toujours notre présence avec lui. Pourtant je ne suis pas croyante, je ne crois pas à une vie après la mort, mais malgré tout cela, je ne voulais pas le laisser « seul » dans cette grande forêt. L’ironie veuille que son prénom signifie « forêt »., et que nous avons bien tenu compte des significations de prénoms pendant nos choix.


Et puis il y a tout ce qui se passe autour …

Il y a ces moments horribles qu’on aurait pas du vivre, que les gens dans notre situation ne vivent normalement pas, car ça ne leur arrive pas à l’étranger :

  • Devoir se battre avec l’Etat Civil (de Nantes, en charge de l’étranger) pour faire inscrire S. dans le livret de famille. On y a le droit d’après les lois, on a fournit des certificats médicaux en Français, Anglais et Finnois, avec 10x plus de détails que le pauvre CERFA français nécessaire (une simple déclaration d’accouchement). CERFA que personne ne nous a demandé. Mais l’Etat Civil n’a pas pu se prononcer…. on a donc pas ce fameux certificat d’enfant sans vie, nécessaire pour le faire inscrire dans le livret de famille et « accessoirement » pouvoir prétendre à des obsèques. Ne pouvant statuer (on pense car ce n’est pas le CERFA alors c’est en dehors des clous, mais ce ne sont que des suppositions), notre dossier a été transmis au Procureur de la République. Délais de réponse estimé : 12 à 24 mois….. On trouve ça inadmissible, inhumain. Et en plus, passé ce délais on peut encore nous dire non ! Comment faire bien son deuil avec ça qui reste en suspens ? Comment faire accélérer la procédure ? on ne sait pas, on ne connait personne, les associations que j’ai vu son pour la partie psychologique du deuil périnatal, et non la partie législative. Et puis on en a marre de se battre.
  • Devoir passer des heures au téléphone pour mettre en place le rapatriement de l’urne, d’abord parce qu’on nous dit qu’il faut être sur place pour assister au scellement de l’urne, puis parce qu’on ne sait pas si on peut l’envoyer par avion sans ce certificat d’enfant sans vie. On s’imagine déjà devoir faire le trajet en voiture. Au final tout se règle, de base on peut donner procuration aux pompes funèbres pour les papiers, puis finalement, ne pas avoir ce fameux certificat rend le rapatriement plus simple car on échappe à certaines mesures débiles de la lois française pour le scellement de l’urne. On a donc récupéré l’urne au final sans trop de soucis supplémentaires.
  • Dépenser l’argent de la cagnotte pour son voyage de noces pour rapatrier son enfant mort. Devoir aller à l’aéroport, récupérer les cendres de son fils, et rouler 45 min avec une urne sur le siège à côté de soi. Se dire que c’est horrible, que notre fils on aurait du le ramener vivant dans un siège auto depuis la maternité, et non mort dans une urne depuis un aéroport.
  • Devoir faire traduire le rapport d’autopsie, devoir retaper l’intégralité à la main (car papier imprimé envoyé par la poste), et le traduire sur google trad (car sinon cela coûte 800€). Subir la lecture de mots qu’on ne voudrait pas, de détails qu’on ne voudrait pas. S’imaginer. Comprendre pourquoi normalement les parents n’ont jamais ce document en main. Mais aussi avoir une amie super qui se démènera pour nous trouver un Finlandais pour nous aider à traduire les passages qui restent incompréhensible.

 

Et la difficulté du quotidien :

  • Il y a des choses difficiles qu’on aimerait bien éviter du à la lenteur de l’administration, comme ce mail qui te dit « vous entrez dans votre 6e mois de grossesse, pensez à mettre à jour votre carte vitale », alors que tu as déjà prévenu la sécu. De ce courrier reçu hier de la CAF « Devenir parents, première grossesse ». Des coups de poignards à chaque fois. Comme chaque pub pour du matériel/produits pour nourrisson à la TV (et il y en a un nombre incroyable). C’était déjà désagréable en PMA, mais là ce n’est que douleur, car ce sont des produits auxquels on s’intéressait encore il y a quelques semaines.
  • Il y a aussi ces « cousines », deux sœurs, (les cousines de ma mère, mais qui sont à peine plus âgés que moi, (car leur père-l’oncle de ma mère n’a que 2 ans de plus qu’elle)), toutes deux enceintes en même temps que moi, avec une DPA en juillet pour les deux. Pour elles tout va bien. Leurs parents vont être doublement grands-parents dans le même mois, et tout va bien. C’est injuste. Une des deux fait partie de mes amis facebook, j’ai donc eu à lire, une semaine seulement après la mort de S., l’annonce facebook de leur grossesse. Et deux semaines plus tard, le partage de leur liste de naissance. De nombreuses larmes ont coulées, mais cette fois j’ai eu la force de rester sur la publication pour me désabonner de son compte. J’espère ne plus jamais voir ces personnes, ni leurs parents (mais leur père est aussi le parrain de ma petite sœur….) Je ne veux pas avoir à subir l’image d’enfants qui naîtront au même moment qu’aurait du naître S., ce serait trop dur.
  • Il y a cette amie que j’évite, car je sais qu’elle a arrêté la pilule en janvier (en février elle n’était pas enceinte après son 1er cycle). J’ai peur de la voir car je ne supporterai pas son annonce de grossesse. Je me suis projetée avec un enfant naissant la même année qu’elle, et avant le sien. Alors égoïstement j’espère qu’elle n’y arrive pas tout de suite, et je m’en veux d’oser penser cela, car en vrai on ne souhaite à personne d’être infertile.
  • Il y a les RALCs de certaines personnes, connaissant notre parcours,  qui nous disent qu’on peut encore attendre un miracle (genre tomber à nouveau enceinte sans PMA… lol on est passé par l’ICSI), que tout arrive pour une raison, qu’il y a un côté psychologique dans tout ce qui nous arrive (donc l’infertilité et la mort de notre fils quoi), etc… Mais je ne laisse plus passer ce type de remarques culpabilisantes, et je réponds ce que je pense à ces personnes.
  • Voir dans le regard de son psy que même elle trouve tout ce qui nous arrive horrible, quand on ajoute à chaque fois une circonstance horrible en plus. Lire l’horreur, la tristesse et la compassion dans son regard. Se dire que décidément ce n’est vraiment pas normal ou commun ce qu’on a vécut. Déjà qu’on avait fait pleurer les sages-femmes à l’hôpital d’Helsinki….
  • Il y a cette femme croisée dans un magasin avant-hier, enceinte, qui porte le même t-shirt que j’ai porté durant quelques semaines quand mon ventre commençait à s’arrondir. C’est douloureux.
  • Il y a ma « marraine » que je n’ai pas vu depuis 25 ans, que je revois à un enterrement, qui demande à plusieurs reprises si le petit garçon de 5 ans (mon neveu) qui est là est le miens…. vous imaginez la douleur.
  • Il y a cette personne qu’on croise dans la salle d’attente de la gynéco du centre PMA, qui nous regarde comme si ma tête ne lui était pas inconnue. Et je me rends compte que cet homme, d’une cinquantaine d’années, travaille dans ma boite, l’étage juste au dessus du mien…. Même si on ne s’est jamais parlé, on connait maintenant un pan très intime de la vie de l’autre… enfin lui a déjà un enfant, il était apparemment là pour le 2e.

 

Merci encore pour votre soutien

 

Publicités

Bilan 2018 (+point Bidule)

Préambule : J’ai attendu un peu avant d’écrire cet article, pour ne pas porter la poisse. Il semblerait bien qu’un nouveau chapitre s’ouvre pour nous, mais j’y reviendrai à la fin de cet article, pour que celles qui n’ont pas la force/pas envie d’entendre parler de femme enceinte puisse éviter cette partie plus facilement. Je ne sais pas ce que deviendra ce blog dans les prochains mois. Clairement pas un blog PB/parentalité, car ce n’était pas le but quand je l’ai ouvert. Je pense vous faire part des nouvelles importantes (en espérant qu’elles ne soient que bonnes 🍀) de temps en temps pour celles que ça intéressera. Et pour celles qui ne suivront plus ce compte, et bien je vous comprends totalement, et vous souhaite que le futur soit plus clair. Pour ma part je continuerai à vous lire et suivre vos aventures et périples.

 

Le Bilan :

Cette année 2018 est, je pense, l’année la plus émotive que j’aurai vécu jusqu’à présent. J’ai eu l’impression de vivre à la fois les pires et les meilleurs moments de ma vie quand je repense aux mois écoulés. Et comme quoi une année peut commencer très mal mais pourtant finir très bien. Rien n’est jamais écrit d’avance.

En janvier 2018, nous étions pleins d’espoir. Après 3 ans d’essais, plusieurs reports, nous allions enfin commencer les FIVs (après 4 IACs infructueuses).

Début février je vivais une bouffée d’air enchantée dans un Stockholm enneigé, avant de me lancer dans cette FIV1. Qui fût la 1e claque de l’année. Mauvaise réponse à la stimulation (1 ovocyte pour des doses de 450 UI de gonal F). Elle fût transformée en IAC sans trop y croire, mais comme on s’y attendait, le miracle n’eut pas lieu.

En parallèle de la PMA , je préparais mon mariage (beaucoup de stress, de problèmes avec l’organisation et les prestataires).

En mai, petite parenthèse à Prague avec une bande d’amis, pour déstresser avant le mariage (et la FIV 1bis). Une très belle expérience !

Fin mai, malaise au travail et passage aux urgences, diagnostiqué comme infection urinaire ce sera en fait une colique néphrétique, rien de très marrant à vivre, mais heureusement ça passera vite.

Début juin je me mariais. Beaucoup de larmes de joie, d’émotions, de tendresse, d’amour, entourés d’une grande partie de la famille et de tous nos amis. Et ce fut un mariage à notre image : une cérémonie laïque dans la forêt, un repas végétarien, un thème nature… Que tous nos invités semblent avoir apprécié et dépassés leurs a priori pour ces « manquements à la tradition » d’après les retours qu’on a eu. Malgré les couacs, cette journée a été magique, et nous avons réussi à en profiter, et finir la soirée des étoiles pleins les yeux. Je n’aurai pu espérer mieux.

Et la semaine d’après commençait le nouveau traitement pour la FIV 1 BIS. Stimulation un peu longue, 450 UI de Fertistartkit, mais ça finit par pousser. Une ponction de programmée ! Enfin ! Et une belle récolte de 14 ovocytes. Résultats inespérés. Mais le pire était à venir. 2 jours plus tard le téléphone sonna. On pensait avoir des embryons et un transfert le lendemain. Au final on se prit un 35 tonnes dans la gueule. Échec total de fécondation, normalement avec 50% en FIV classique et 50% en ICSi. Rien ne peut préparer à un résultat pareil. 2 semaines plus tard, quand le compte rendu arriva, on apprit qu’en fait sur les 14 ovocytes, seuls trois étaient matures, et donc juste en FIV classique (il en fallait +de 6 pour qu’ils appliquent le 50/50). Cette nouvelle n’est pas plus rassurante. Nous sommes pour la première fois devant l’abysse, cette possibilité que pour nous il ne soit jamais possible d’avoir d’enfants. Car ce problème de maturité+stimulation difficile+échec de fécondation, et bien ce n’est pas très bon signe concernant la qualité de mes ovocytes. C’est même très inquitéant. Sachant que je n’ai à ce moment là même pas encore 27 ans. L’été fût très difficile. Encaisser de telles nouvelles aussi. Réfléchir à la suite en cas d’échec à la prochaine tentative, suis-je prête à accepter le don d’ovocytes ? Entamer le parcours de l’adoption ? Un seul espoir subsiste : que la FIV ICSI fonctionne. On essaye de se raccrocher à cela, sans trop y croire.

Octobre : FIV 1 ter, en ICSI. Nouveau protocole : 300UI de menopur, et double déclenchement (ovitrelle + decapetyl). On arrive à 10 ovocytes ponctionnés. 2 jours après le téléphone sonne : c’est un miracle, 8 ovocytes matures, 7 fécondés, 6 embryons à J2, (5 à  J3). On pleure de joie, avec l’impression d’avoir gagné la guerre (alors qu’on a seulement gagné une bataille). On me laisse le choix entre un transfert d’un J3 ou J5. Je décide d’un transfert à J3, je ne veux pas tenter d’attendre J5 par peur qu’aucun embryon survive. J’ai besoin d’avoir un transfert certain pour mon bien-être psychologique, me^me si on me dit que le chance de réussite est plus grand avec un J5. Mais vu nos antécédents ils acceptent. En parallèle les 4 autres embryons sont poussés à J5 et deux survivants pourront être vitrifiés.

Le 28/10, je commençais à couver un petit J3, et le 12/11, j’apprenais que ce transfert était positif ! On a du revérifier plusieurs fois la prise de sang, et faire un test bâton pour y croire, que c’était bien nous, que le labo ne c’était pas trompé de personne. On était totalement incrédules !

Le 12/12 on entendait son cœur battre pour la première fois, et on voyait cette forme qui ressemblait déjà dans les contours à un petit être humain.

… Jusqu’ici tout va bien …

Avec l’année qu’on a eu, je ne pensais vraiment pas pouvoir la finir avec un bouquet final pareil. Comme quoi on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Et on peut toujours avoir de bonnes surprises dans ce parcours ! Même si notre parcours a été semé d’embûches, je mesure la chance incroyable que le 1er transfert qui a pu enfin être fait ait été positif.

J’ai réalisé il y a quelques temps que ce test positif a été à moins d’une semaine près, 4 ans jour pour jour après les règles survenues à la fin de mon C1, le 1er parmi d’innombrables cycles d’échecs. Comme si le temps avait été suspendu pendant 4 années. Le hasard du timing est parfois bizarre.

Je vous souhaite à toutes la meilleure année possible qui soit.

Et n’oubliez pas, l’échec n’est pas la norme.





Lire la Suite

Florilège de RALCs

On m’avait prévenu, les RALCs ne s’arrêtent jamais, même une fois qu’on est dans le train. La palme revient d’ailleurs à ma mère, tant en nombre qu’en envie de foutre une baffe (ouais je suis d’humeur bagarreuse 😂).

Petit point de detail, on a rapidement annoncé la bonne nouvelle à la famille proche, car ils savaient de toute manière qu’on venait de faire une FIV et attendaient le résultat. Sont donc au courant mes parents, mes soeur, et les parents de mon mari. Ça a des pour et des contres, même bsi par moment on a regretté qu’ils soient déjà au courant (on en revient à ma mère 😂)

Je crois que la RALC récurrente qui me révolte le plus est celle-ci. Après des années à se coltiner des  » et vous c’est pour quand ? », une fois enceinte on a le droit à « et c’était voulu ? » ou sa jumelle « c’était prévu ? ». Donc comme toujours les gens posent des questions intimes qui ne les regardent pas. Le pire c’est que dans beaucoup des cas, c’est quelqu’un appartenant au corps médical ! Genre l’infirmière qui te fait une prise de sang, la pharmacienne… Et en tant que Pmette en reconversion je dois me retenir de ne pas répondre « oui conasse j’ai du passer par la PMA, alors c’était plus que prévu ».

On a aussi eu le droit à une RALC classique en l’annonçant hier au père de mon mari, et par défaut à sa compagne. Son père ne savait pas pour la PMA, alors en même tant que l’annonce on a fait un coming-out FIV. Et sa compagne qui nous sort « ah mais j’ai des amis c’est aussi quand ils s’y attendaient le moins, qu’ils avaient arrêté les protocoles, qu’elle est tombée enceinte »…. Euh ouais mais nous c’est pas un bébé couette miracle, on vient de te dire qu’on a du faire une FIV pour en arriver là donc je vois pas trop l’intérêt de cette remarque qui de toute façon est toujours malvenue…

Et Ma mère…

Lui expliquer quelque chose revient à parler à un mur. Elle est en roue libre totale depuis l’annonce… Genre on dirait que c’était le but de sa vie d’avoir des petits-enfants (pas nouveau, elle est déjà insupportable à ne faire que parler de mon neveu en continu et à tout le monde, genre les annecdotes sur des trucs qu’il dit ou fait dont personne n’a rien à faire, elle arrive même à souler ma sœur – la mère – c’est pour dire 😑)

Je lui ai annoncé dès qu’on a su que la prise de sang était positive (je lui ai d’ailleurs dit ça mot pour mot, car je commence seulement maintenant à réussir à dire que je suis enceinte). En lui expliquant bien que c’était tôt alors fallait pas s’emballer, le risque que ça se passe mal était quand memê très élevé. On l’a voit 5 jours après – elle parle à mon mari de ma date d’accouchement qu’elle a déjà calculé pour voir quand poser congés… Mais WHAT ???? Après ce repas je l’ai recadré en lui disant qu’elle avait qu’à partir en live dans son coin, mais de ne pas nous entrainer avec…

J’ai essayé de lui expliquer qu’après la PMA, on a du mal à se projeter, qu’on sait que les risques que ça se passe mal sont un peu plus élevés, qu’on connait beaucoup d’histoires où ça s’est mal passé. Bref qu’une accroche ne garanti pas un enfant dans les bras 9 mois après.

Malgré ça elle n’a pas compris. Elle a continué a essayer de me demander si je connaissais ma date présumée d’accouchement. J’ai fini par l’envoyer balader en lui disant non, même quand je l’ai connue, car faut qu’elle me foutte la paix avec ses putains de congés à poser sérieux… Comme si on se projetait aussi loin.

Ah oui et elle ne comprend pas que j’attends l’echo T1 avant de l’annoncer à la grand-mère… Elle a pas arreté de dire que c’était nul de pas le faire à noël, que de toute façon à force les gens le soupçonnait. Et il y a quelques jours,  » tu comptes lui annoncer quand ? Quand t’auras accouché ? Lol  » …. Euh ok … Genre j’abuse de vouloir attendre les 3 mois ? Mais elle a craqué ????

Elle me racontes aussi toutes les histoires de grossesse récente qu’elle connait, alors que concrètement on s’en fout totalement…

Dès que je fais une remarque sur des trucs que je n’arrive pas à faire (on fait un déni pour choisir la maternité entre autre car on trouve ça tellement tôt, on ne parle pas de la pièce-future chambre, etc) Elle se marre en disant « t’arrive pas à te rendre compte que t’es enceinte » … Mais rien à voir ! On se protège, on a du mal à se projeter car on a peur que ça se passe mal, mais non on est bien conscient de ce qu’il nous arrive (même si on a encore l’impression de rêver certes). Bref j’ai vraiment du mal à supporter, qu’elle ne comprenne pas qu’on ait besoin de se protéger, que non tout ne va pas forcément bien se passer. Ce n’est pas parce qu’elle a eu 3 grossesses faciles que c’est un cas général… Je dois probablement oublier des RALCs de sa part vu que c’est un flot continu, mais vous avez compris le personnage…

Une journée bien ambiguë (attentat et 1e échographie)

Je ne pensais pas du tout que cette article prendrait cette tournure aujourd’hui, mais malgré de bonnes nouvelles, j’ai le cœur bien lourd aujourd’hui en tant que Strasbourgeoise…. Je ne sais pas trop par quoi commencer.

Il y a eu la soirée de hier, totalement irréelle et angoissante. C’est une chose déjà très forte les attaques dans les autres villes, mais quand cela touche notre lieu de vie, la saveur est particulièrement étrange.

Seulement quelques minutes après les événements, l’info apparaissait sur les réseaux sociaux des Strasbourgeois, comme quoi il y aurait eu des coups de feu au centre et des blessés. Quelques minutes après, une connaissance confirmait qu’elle avait entendu des coup de feu, et qu’il y avait une personne ensanglanté en bas de son immeuble…

On ne sait pas encore ce qui se passe, on transmet l’info à tous nos amis, on se rassure que personne n’était sur place. Et on attend d’en savoir plus. Il faudra environ 30 min pour que l’info remonte au niveau national et soit confirmée officiellement par la Police, sans avoir de bilan au début, ni de détails.

Une amie est confinée dans un bar au centre, pas si loin du lieu, même si elle n’a pas assisté à l’attaque. Elle pourra quitter les lieux vers minuit.

Strasbourg est à la fois une grande et petite ville. La vie nocturne est plutôt concentrée dans le centre et quartiers adjacents, si bien que c’est un lieu de passage très fréquenté, aussi bien par les touristes que les habitants. On connait donc quasiment tous plusieurs personnes qui ont été confinés, voir qui sont passés par là quelques minutes avant le drame. La « grand rue » est une des rue les plus fréquentées car remplie de bars et restaurants. Que la fameuse « rue des grandes arcades » est un lieu de passage central, aussi bien pour traverser le centre que pour se rendre dans beaucoup de bars et restaurants. C’est une rue que j’emprunte quotidiennement pour aller au travail… Alors c’est un vrai choc de voir des images de ces lieux aux infos, de voir des blessés dans ces endroits que nous fréquentons si souvent. D’entendre qu’il y a eu 2 blessés dans un bar que je fréquente régulièrement et où j’étais encore la semaine dernière avec des amis.

Il est vrai qu’aux infos on vous parle des contrôles de sécurité pour accéder au centre en cette période de marché de Noël. Je peux vous dire que ces contrôle sont une grosse blague, plutôt censés faire illusion. Ils ne commencent qu’à 11h du matin (donc vous pouvez ramener ce que vous voulez au centre avant), les contrôles des sacs sont très sommaires (en gros faut juste l’ouvrir et ils regardent vite fait) mais aucune vérification des poches ou sous les manteaux. Et la plus grosse blague, en semaine vous pouvez prendre le tram à l’extérieur du périmètre et descendre à l’arrêt « grand rue » sans vous faire contrôler (cet arrêt n’est fermé que le weekend). Donc en fait vous pouvez faire rentrer ce que vous voulez. On en parlait encore la semaine dernière que c’était une blague ce dispositif, et qu’il semblait juste dissuasif…

Un peu plus tard dans la soirée, on entend parler de confinement dans d’autres quartiers, dont le nôtre… et on comprend bien même si ce n’est pas dit, que le suspect s’est échappé dans cette direction. Alors on essaye de glaner des infos, on apprend qu’heureusement les opérations se déroulent loin de chez nous. Ce n’est pas diffusé officiellement, mais en connaissant des gens plus près du lieu, on apprend que le RAID mène une opération là-bas. Des collègues de mon mari sont confinés dans un bar pas trop loin (et le seront jusqu’à 3h du matin !). Heureusement mon mari n’est pas allés boire un verre avec eux, après avoir hésité en fin d’aprem. L’angoisse que ça aurait été !

Il faut savoir que le Neudorf c’est un des plus important quartiers résidentiels de la ville, pas trop loin du centre mais sans en avoir les loyers, plutôt calme, bien desservis par les transports en commun, avec tout ce qu’il faut à proximité. Et donc qu’une bonne moitié de nos amis et connaissances habitent ce quartier, dont certain très près des lieux.

On apprendra ensuite que l’opération n’a rien donné, mais le confinement durera encore plusieurs heures. Avec le bruit des hélicoptères survolant la ville toute la nuit. Vers minuit et demi j’essayerais d’aller dormir, comprenant qu’il n’y aura probablement pas d’autres avancées pour le moment. Mais le sommeil tardera à venir et sera très léger.

La ville se lève avec une sensation bien étrange, la vie doit reprendre malgré ces événement tragique. Pourtant les gens ne se sentent pas très en sécurité, ne sachant pas si le tueur est toujours dans le quartier ou non…. Il faudra du temps pour se remettre de ces événements.

Alors ce matin, même s’il semblerait qu’aucune de mes connaissances ne soit parmi les victimes (bien qu’on ne connaisse pas la liste), je pense très fort aux victimes et à leur famille.


 

Au milieu de tout cela, le 12 décembre c’est aussi  le jour de notre 1e échographie à 7 SG, pour rencontrer, si tout va bien, « le Bidule » comme nous l’avons surnommé. Dans cette ambiance bizarre, en croisant des bouchons monstres à cause des contrôles à la frontières allemandes, et croisant de nombreuses voitures des force de l’ordre, nous arrivons au cabinet du gynéco. Ambiance surréaliste aussi mais d’un autre genre, se retrouver au milieu de nombreuses femmes enceintes, souvent avec leurs premiers enfants présent pour assister au spectacle. 20 min de retard (ça va encore), et c’est notre tour. On remplit notre dossier avec toutes les dates et infos de la PMA, et au bout de 10 longues minutes on passe en salle d’écho. Même pas besoin d’enlever le bas, je suis choquée, j’étais prête au strip-tease.

Le temps que le gynéco prépare le tout, mon mari et moi nous tenons très fort la main, les dés sont jetés, l’angoisse est à son apogée… le gel miraculeux… et là un embryon apparaît ! Zoom, pas de doute, on commence même à bien deviner la tête. Et là il met le son magique, celui qui nous fait craquer, fondre en larmes et nous rassure tellement…. un petit cœur qui bat bien fort ❤

Bidule est bien dans la place, ce n’était pas qu’une illusion.

Jusqu’ici tout va bien….

 

PS : bon, côté symptôme je ne suis pas épargnée, même s’il y a bien pire que mon cas. Même si j’ai « juste » des nausées, j’ai mal au bide plus ou moins en continu, je fais de l’hypoglycémie toutes les 3h donc j’apprend à manger fractionner (mais même ça marche pas tout le temps). J’ai déjà perdu 3kg (bon j’ai des bonnes réserves, alors c’est pas très grave ^^)  Et surtout depuis une semaine je fais de l’hypotension. En gros dès que je suis debout plus de 5-10min je suis proche du malaise (malaise que j’ai d’ailleurs eu au début de ses problèmes, dans le tram la semaine dernière, tout est devenue noir pendant 5 min, c’était bien flippant…). Je suis donc en arrêt maladie pour une bonne semaine, avec ordre de repos, et bas de contention à mettre dès que je les recevrais. En espérant que ça résolve le problème. Mais le plus important dans tout ça, c’est que ce n’est pas grave pour Bidule, et ça c’est le plus important !