L’inconnue du match

A qui n’est ce jamais arrivé de lire les messages par dessus l’épaule de la personne à coté ou devant nous au cinéma, dans les transports en commun, une salle d’attente… Juste comme ça pace qu’on s’ennuie, que par réflexe on lit tout ce qui tombe sous nos yeux, parce que c’est rigolo de voir des tranches de vie, etc…

La plupart du temps on lit des choses anodines « passes chercher le pain » « Machin parle tout le temps à une nana sur Facebook » « quand est ce qu’on va boire un coup », etc…. Parfois on assiste à une rupture (par sms, génial).

14059743902_688e19663f_o

Hier tout à commencé comme cela. J’étais dans les gradins d’un match de l’Eurotournois de Handball, le 1er n’était pas très intéressant, du coup je regardais de temps à autre à droite à gauche. Une ado d’environ 14-15 ans devant moi devait aussi s’ennuyer fermement vu qu’elle était en continu sur Facebook Messenger. Un rapide coup d’œil à la conversation, je vois un « avec le temps ça ira mieux », je me dis qu’elle a du se faire larguer, forcément c’est pas la joie.

Le match continue, et pendant un temps mort, vu que je m’ennuie un peu, je zieute seulement d’un œil sa conversation machinalement. Sauf que mon œil est attiré par le mot TUMEUR ….

Je sais c’est pas cool de lire la vie privée des gens, mais en lisant ce mot je n’ai pas pu m’empêcher de lire la suite de son message.

Cette ado racontait donc à une amie que non ça n’allait pas s’arranger, car il y avait de très gros risques que sa tumeur repousse, car elle venait d’apprendre qu’en plus elle avait une mutation génétique, qu’elle était malade à vie et qu’elle ne pourrait jamais avoir d’enfant, ce qui était très dur à encaisser.

BIM dans ta gueule (ça m’apprendra à lire par dessus l’épaule…).

Vous n’imaginez pas la vague d’empathie qui m’a submergée en lisant ces mots. L’horreur de vivre et apprendre cela si jeune. Mais aussi la partie concernant les enfants. J’aurai eu envie de lui poser des questions, si les traitements l’avaient rendu stériles (ce qui serait honteux qu’on ait rien fait pour protéger sa fertilité alors que y a des solutions), ou si c’était à cause de sa maladie. J’aurai eu envie de lui parler de l’association BAMP pour qu’elle sache qu’il y avait peut-être des solutions qu’elle ne connaissait pas, et qu’il ne fallait pas forcément faire une croix dessus.

Je me suis demandé l’horreur que ce devait-être d’apprendre qu’on ne pourrait pas avoir d’enfant avant même d’avoir l’âge de se poser la question du désir d’enfants…

Je me suis rappelée une fois de plus que la vie était vraiment injuste, de faire vivre de telles choses à des personnes si jeunes…

 

Publicités

Rencontre BAMP : bilan de ma 1e participation

Je vous avais promis un article sur cette rencontre BAMP à Strasbourg, c’est donc en mode cobaye que je m’y suis rendue ce samedi. Mon bilan final personnel est un peu mitigé.

Comme avant toute nouvelle chose, j’étais un peu stressée, et l’Homme encore plus que moi. Je crois qu’il n’avait pas vraiment réfléchi à la chose avant vendredi soir ^^

Le RDV était donné dans un laboratoire, avec une petite visite du labo en début de rencontre. C’est un peu bizarre soit, mais allons-y. Nous arrivons donc pile à l’heure, la boule au ventre. Un autre couple sur le parking.. ah des « comme-nous »… sensation très étrange, on se sent mis à nu, tout le monde sait pourquoi on est là.

Un homme nous accueil à l’entrée, puis nous rejoignons les autres participants dans la salle d’attente du labo, où se déroulera cette rencontre. Heureusement, la salle est accueillante, et on passe outre le « salle d’attente médicale ». Nous sommes 15 ou 16 je crois au final, environ la moitié venu en couple, et l’autre moitié des femmes venues seules. Une moitié de petits nouveau, et une moitié qui s’est déjà rencontrée lors de précédentes rencontres ailleurs en Alsace.

Céline, référente Alsace, nous accueille donc, nous explique qu’on est pas aux alcooliques anonymes, donc c’est comme on le sent : on est pas obligé de parler, on peut donner des détails ou non sur notre parcours, poser des questions,… bref chacun fait comme il le sent.

Elle nous explique ensuite pourquoi on se retrouve dans un laboratoire : et bien c’est juste qu’elle ne vient pas de ce coin de l’Alsace, donc elle ne connait pas trop les lieux de rencontres, elle n’a pas vraiment trouvé d’endroit idéal pour cette 1ere rencontre à Strasbourg, et vu qu’elle était en relation avec le directeur du labo, il a gentiment accepté de nous accueillir. Et en même temps ils se sont dit que tant qu’à faire une petite visite du labo et particulièrement du coin AMP ça pouvait être intéressant.

Après cette petite introduction, nous somme donc allés faire un tour dans les salles notamment celles liées aux préparations pour IAC, spermogrammes et capacitation. C’était au final très intéressant, nous avons pu poser des questions sur les procédés au Dr/directeur du labo, il nous a expliqué le processus pour préparer le sperme, il nous a montré le microscope utilisé pour étudier les spermatozoïdes (on a donc pu en voir en live action).

On a aussi discuté de centre PMA avec lui, et on a appris que lui et d’autres praticiens essayent depuis des années d’ouvrir un 2e centre à Strasbourg, mais que le CMCO fait tout pour les en empêcher…. (alors que les délais d’attentes se rallongent de plus en plus). Et d’ailleurs cette année il y a de nouveau une réunion pour étudier leur demande, donc ils espèrent avoir gain de cause cette fois-ci vu l’augmentation du nombre de couples (en 1 an de 1000 couples à 1300 couples…). Tout ça pour une histoire d’argent, pour garder le monopole… pensent-ils vraiment parfois aux patients en tant qu’êtres humains ?

Quand la visite a été terminée, le Dr s’est éclipsé et nous avons donc réellement débuté la rencontre. Céline nous a un peu parlé de l’origine de BAMP, c’est drôle de ce dire que ce sont des bloggeuses comme nous qui en ont à l’origine ! Elle nous a aussi parlé de leurs actions plus politiques pour faire avancer les choses (avec notamment le succès de la loi pour autoriser les absences au travail).

Nous avons ensuite discuté d’un peu de tout, de certaines qui arrivaient en fin de parcours mais le ventre vide, de nombreux échecs et fausses couches, de FIV DO et de DPI en Belgique, Espagne et République Tchèque, de la difficulté de parler de nos problèmes avec notre entourage et surtout de leur incompréhension, etc…

C’était difficile de prendre la parole (déjà car je suis très timide en public), mais même pour mon homme qui pourtant à la tchatche d’habitude. Nous étions beaucoup, donc c’était un peu difficile dans la pratique de pouvoir toujours intervenir dès qu’on en avait envie (il y avait de grands parleurs)

En tout cela a duré 3h. Certains sont ensuite encore allés manger ensemble. Nous avions d’autres projets donc nous n’avons pas pu les accompagner. Mais je pense que de toute façon pour une 1e expérience c’était suffisant.


Donc là vous vous dites « ça a l’air sympa cette rencontre, mais pourquoi elle met « bilan mitigé » elle est un peu bête cette Nirnaeth, non ? »

Alors non je ne suis pas tout le temps bête, disons que dans l’ensemble la rencontre était bien, intéressante, et je ne regrette pas d’y être allée.

Cependant, tout n’est pas rose, mais je pense que c’est normal vu le parcours en PMA est un sujet tabou sensible. Cette impression de mitigé est je pense très personnelle. J’ai par moment eu l’impression de ne pas être à ma place, notamment car nous n’en somme « qu’aux IACs », alors que tous les autres couples en sont déjà à plusieurs FIVs, voir même ont fini le parcours. Nous étions aussi les seuls « jeunes ». Tous les autres avaient environ entre 38 et 42 ans. Je me suis dit que cela venait peut-être du fait que les plus jeunes assument moins de se montrer et son plus habitués à l’anonymat du web.

Pour certains d’entre eux, ils avaient aussi un parcours long comme le bras (7ans de PMA, 15ans de PMA….). Ils ont aussi parlé du parcours du combattant pour adopter, et au final du nombre du couple (1/3…) qui a un enfant en fin de PMA, et du nombre de couple qui arrive à adopter….

Je suis ressortie de cette rencontre découragée…. Pourtant plus je suis la blogosphère PMA, plus je suis consciente que oui, tous les parcours ne se finissent pas bien. Je n’en étais pas consciente avant, j’étais naïve et me disais que sans gros problème, j’aurais forcément un enfant en PMA, « facilement ». Donc dans un coin de mon cerveau, c’est enregistré ce risque, même si j’essaye qu’il ne prenne pas le dessus et ne me décourage pas totalement. Mon homme non… on en a discuté en sortant et lui m’a dit qu’il ne l’a pas encore accepté, même si cette rencontre lui a un peu ouvert les yeux (et il a eu le même sentiment de découragement).

Il ne regrette pas d’y être allé non plus, mais « il faut un peu de temps pour digérer « , il serait prêt à en faire une autre, car ça lui a fait du bien de parler de tout ça avec des gens qui comprennent (il n’a pas de blog lui), mais pas forcément tout de suite.

Entendre ces parcours, leur durée qui semble interminable, voir la douleur sur les visages quand on en parle…. c’était dur. Et la partie adoption m’a achevé. Je ne pense pas qu’en sortant d’un parcours PMA je serais prête à recommencer un 2e parcours aussi dur. Et avec les critères de sélections, je pense qu’on aurait aucune chance. Vu l’état d’esprit des Français, qui confierait un enfant à un couple tatoué et piercé avec une fille aux cheveux rouges et un mec au cheveux long et une grosse barbe ?….J’ai un gros gros doute là dessus, et je crois que la PMA est notre seule chance, il n’y aura probablement pas de « voie de secours ».

Une chose est sûr, je ne veux pas passer 15 ans en PMA… Quitte à expédier les FIVs, je préfère les enchainer et tenter le tout pour le tout rapidement pour pouvoir vivre ensuite une vie normale à nouveau, avec ou sans enfant.

 

Je pense que ces rencontres sont au final très semblables à la blogosphère PMA, même si on a peut-être moins envie de se livrer en chair et en os, car c’est difficile de parler de tout ça en face des gens. Mais peut-être sont elles plus bénéfiques quand on est plus avancées dans le parcours PMA. Je crois aussi que je préfèrerai participer à des rencontres à thèmes comme il s’en fait (ex : sur les médecines alternatives).

Après le blog me correspond mieux. J’ai maintenant cet espace pour échanger avec d’autres copines de galère, où je peux m’exprimer « à chaud », déballer mon sac, sans avoir peur. Ce ne serait pas possible de faire cela en face à face je pense, car certains mots, certaines pensées sont trop durs pour être dit les yeux dans les yeux.

C’est vrai, ça me manque de ne pas avoir de personnes dans mon entourage qui comprennent vraiment notre galère, et avec qui je pourrais parfois discuter de tout ça. Mais après tout, ne serait-ce pas toxique ? ne risquerions nous pas de ne parler que de ça ? Grâce à ce blog (combiné au psy), j’ai réussi à trouver un meilleur équilibre pour vivre la PMA un peu mieux.

Jeudi de torture…

Chouette aujourd’hui je suis en formation. Ça va me changer les idées, 2 jours dans une autre ville avec nuit à l’hôtel.

Ah tiens, deux filles avec qui j’avais déjà eu une formation. La 1e était enceinte la nouvelle dernière fois. Maintenant elle est maman d’un garçon de 3 mois. Quelques banalités, je fais ma sociable et lui demande comment tout se passe. Et là la 2e que je connais nous rejoins…. Avec un ventre de 6mois de grossesse…. Ça s’annonce prometteur.

Bon… Pause café, forcément ça devait sur la maternité, la grossesse, l’accouchement… Et bim apparition surprise d’une 2e fille enceinte….

J’ai envie de crever, elles se plaignent de nausées, de douleurs, de nuits courtes, d’avoir un fils au lieu d’une fille….

Heureusement un collègue qui donne une formation dans la salle d’attente côté me croise et vient me parler – sauvetage inattendu.

Bref rajoutez à ça que je me tape deux jours de formation qui ne me concernent pas un poil, j’ai cru que j’allais y rester.

Je me suis tapé ces discussions à chaque pause, et même au repas de ce soir, car une est restée aussi à l’hôtel et on est allés manger tous ensemble. Donc ça n’a parlé que de ça, et quand avoir un enfant, et quand machin à fait une fausse-couche mais c’était pas grave car c’était pas l’homme de sa vie, et quand machin à avorté …. Kiffe ton repas.

Je vous épargne les détails (habituels de ces conversations), et je vais prendre un bon bain car mouahaha je suis la seule à avoir une baignoire dans ma chambre. Et même les meufs enceintes ont pas réussi à en avoir. Mais je crois que ça ne suffira pas à effacer mes sentiments du moment.

IMG_20170323_225714.jpg

J’ai vraiment hâte de la journée de demain….. (Passez moi une corde s’il vous plaît)