Compte rendu de tentative de FIV

C’est quand on se dit justement qu’on a pas forcément envie de connaitre tous les détails pour le moment, qu’on finit par les recevoir par la poste.

Je vous confirme, je n’avais pas envie de les recevoir après lecture.

Mais pas du tout pour les raisons que je pensais. Mais plutôt pour l’incompréhension qu’ils ont occasionné. Et la colère qui s’en est suivi.

Lors du fameux appel du biologiste pour annoncer la mauvaise nouvelle, il m’avait dit que le recueil de sperme n’était pas top, ce qui pouvait expliquer cet échec.

Résultat : 4 millions /ml, avec 41% de mobilité. Sachant que mon mari est en général à 5 ml, ou les mauvais jours à 3ml, concrètement ce n’est vraiment pas le pire recueil qu’il ait eu.  Cela explique qu’ils ne soient pas passés en tout ICSI, car en vrai ces résultats étaient corrects et cohérents avec notre historique.

Donc déjà, pourquoi nous avoir dit cette phrase ? pour nous « rassurer » ? nous donner une fausse « explication » de cet échec ? on va mettre ça sur le compte de la maladresse…

 

Mais voici la partie qui, paradoxalement est une bonne nouvelle en soit mais m’a fait sortir de mes gonds.

13 ovocytes mis en fécondation. 13 ovocytes matures.

Pourquoi n’ont ils pas respecté la consigne 50%classique/50% ICSI ???

Notre gynéco nous avait bien dit, pour une 1ère FIV avec un sperme limite, on fait 50/50 pour être sûr et voir ce qui fonctionne. SAUF si moins de 5/6 ovocytes, dans quel cas on tente la FIV classique pour une 1e tentative.

J’étais donc persuadée que le nombre d’ovocytes matures est ce qui avait occasionné ce changement de protocole. 5/6 matures, c’était cohérent avec la dernière écho de contrôle.

Mais non. Et ce changement a fait foirer à 100% notre tentative, alors que potentiellement, en faisant de l’ICSI sur la moitié, on aurait peut-être eu des embryons…

Perdre 3/4mois pour savoir si l’ICSI fonctionne ou pas. Savoir si c’est « juste » un problème de spermatozoïdes un peu moches ou si le problème est plus grave, et qu’il faut approfondir les examens pour avoir encore une chance d’un enfant de nous deux.

Et vu le nombre d’ovocytes et le recueil pas si horrible que ça, la voie « problème plus grave » ne me semble plus si improbable.

J’aurais préféré savoir tout de suite. Savoir si je dois envisager d’autres voies, d’autres médecins, d’autres examens.

Ou au contraire ne pas avoir eu à vivre ces moments horribles si la partie ICSI avait fonctionnée.

J’ai l’impression d’avoir une guillotine au-dessus de moi jusqu’à la prochaine tentative.

Comment aborder la prochaine stimulation sereinement avec ce doute énorme, cette probabilité que l’ICSI pourrait ne pas fonctionner, et que ce serait une 3e fois des traitements très lourd pour un échec final cuisant? Alors qu’ils auraient pu m’épargner ça en ayant une réponse déjà maintenant s’ils s’en étaient tenus à ce putain de protocole inscrit noir sur blanc dans notre dossier ?

Leurs explications ne changeront rien aux faits malheureusement, même si je vais les contacter pour savoir pourquoi.

Et essayer de trouver une façon d’encaisser ça, pour vivre au mieux ces prochains mois d’incertitudes.

Publicités

FIV1 bis – jour de récolte

Petit résumé rapide : équipe au top, petite musique douce pendant la ponction, sédation à la demande en fonction de la douleur (bon elle a du bien me sédater, la fin de la ponction est un peu floue ^^)

Une equipe totalement féminine, c’est bête mais ça m’a rassurée. Elles m’ont bien expliqué chaque geste. La sédation légère c’est top, on reste conscient mais on est sur un nuage.

 

Par contre j’ai très très vite émergé en salle de reveil, car comme je m’en doutais, dès le sédatif parti, j’ai vraiment douillé (donc direct totalement réveillée). Il a fallut 1 perf de paracétamol et 100 mg de tramadol pour que la douleur soit supportable. 1e fois que je pleure de douleurs (bon le stress qui redescend n’aide pas). Mais comme je m’y attendais, au moins je n’ai pas été surprise par la douleur.

Maintenant je suis shootée mais je vais bien.

13 ovocytes ont été recoltés ! Par contre on ne sait pas s’ils sont tous matures. La réponse dimanche en fin de matinée, pour savoir le chiffre et le nombre d’embryons.

 

Voilà je vais enfin pouvoir rentrer chez moi dans quelques minutes, pour faire dodo !

FIV1 BIS – 3e contrôle et résultats de l’ECBU

Après 12 injections de doses de cheval et le combo avec l’orgalutran, je vous avoue que mon corps arrive à bout de force. Je suis fatiguée et j’ai cette impression d’être mal. Plus un état général que un endroit particulier. J’ai mal à l’estomac, j’ai rien pu bouffer hier soir (entre effet secondaire et stress dur de faire la part des choses); mon bras est bien bleu, mon ventre et mes cuisses commencent aussi à morfler, mon ventre est tout gonflé, et j’ai l’impression que mes ovaires appuient sur ma vessie. Du coup même avec la vessie plein j’ai envie de pisser, et là c’est plus les restes de coliques néphrétiques vu l’absence de douleur. Je me dis quand même que c’est bizarre en soit, j’ai l’impression de ne pas réussir à vide ma vessie. Comme une infection urinaire ? mais bon j’ai pas mal quand je fais pipi, et j’arrive à uriner. C’est juste que l’envie ne passe pas. D’où ma conclusion que mes ovaires appuieraient sur ma vessie. Vivement que ça se finisse !

Côté coliques, ça s’est enfin calmé dans la soirée, j’ai bu un verre d’eau avec du bicarbonate de soude (j’ai lu que ça pouvait aider, et j’ai l’impression que ça a fait effet) et le matin tout allait bien. Du coup, l’écho de la vessie et des reins n’a rien donné (mais c’est pas plus mal, rien de très grave au moins, et ça n’a pas compris la FIV).

Les résultats de l’analyse urinaire arrivent en fin de matinée. Et là je me dis que DNLP a un drôle de sens de l’humour.

Pas de cristaux (donc pas de coliques néphrétiques pour cette fois)

Non non, cette fois c’est une infection urinaire !

Donc voilà, quand on croit que j’ai une infection c’est des coliques néphrétiques, et quand on croit que c’est des coliques néphrétiques c’est une infection urinaire. MA VIE EST UNE GROSSE BLAGUE !

Bon ben du coup c’était pas mes ovaires qui appuyaient sur ma vessie au final ^^

Seul petit soucis : mon médecin n’est pas ouvert aujourd’hui (et injoignable, j’ai tenté). Du coup je vais devoir attendre encore demain pour les antibios :/ j’aime pas trop (vu que je me traine ça depuis lundi du coup); mais j’ai demandé conseil à une amie médecin et elle m’a dit qu’en l’absence de fièvre et de douleurs au dos/reins, ça peut attendre demain. Et en attendant prendre des cranberries.


Côté PMA :

Ce matin contrôle encore plus tôt. Je croise tous les types de personnes que j’adore devant un centre PMA, la meuf enceinte qui fume devant (mais sérieux c’est une épidémie là-bas ! ils devraient coller des affiches de préventions franchement) et la meuf qui vient à un RDV PMA avec son 1er gosse (bon ok c’est toujours plus positif le 2e, ça montre que ça peut marcher, mais bon ça fait mal au moral en plein traitement).

Y a moins de gens, je passe plus vite. C’est ma gygy attitrée qui me fait passer les échos. Bon le problème c’est qu’elle est un peu trop calée en lecture d’écho, elle a mesuré tellement vite (et à l’œil pour certains follicules) que j’ai pas pu tout retenir exactement !

C’était plus ou moins ça :

  • endomètre triple couche à 10.1;
  • à gauche 3 follicules
  • à droite 4/5
  • on en avait 3 ou 4 à 22, 2 à 15/16, un à 12 et un à 9. Je crois que c’est plus ou moins ça. Bref ça a bien poussé encore. Par miracle on arrivera peut-être à en récolter 5/6 matures. (on croise les doigts pour en avoir un max).

Du coup confirmation faite : piquouze d’ovitrelle ce soir à 23h, et RDV vendredi matin pour la ponction.

Ca y est on y est…. Le stress commence à monter !

FIV1 bis – 2e contrôle et colique néphrétique épisode 2

Petit point bilan concernant la stim’, suite à ma 2e écho de contrôle qui a eu lieu ce matin :

  • mon endomètre a décidé que finalement il pouvait de nouveau être correct –> 10,6 en triple couche. J’avoue ne pas comprendre mon corps, mais bon pour une fois c’est dans le bon sens.
  • Ca pousse pour de vrai cette fois! Alors si j’ai bien retenu, y en a 4 à droite et 4 à gauche. 1 de 15, 2 de 14, 3 de 11-12, 1 de 10 et 1 de 9. Je pense pas qu’on arrivera à tous les chopper mais y a du mieux.

Suite du programme: on reste sur Fertistartkit 450 + orgalutran; à nouveau écho de contrôle+ prise de sang mercredi matin. Normalement, si on continue dans cette lancée, on déclenche mercredi encore, pour une ponction vendredi. A confirmer suivant l’écho de mercredi bien entendu.

Je sui un petit peu rassurée, mais j’attend tout de même mercredi avant de me réjouir (et bon on va pas s’attendre à une récolte miracle, mais pour moi c’est déjà de l’amélioration).


 

La partie moins fun de la journée : je me lève avec mal à l’estomac + crampes intestinales. Bon j’ai mangé une pizza hier, c’est peut être le fromage.

Ca ne passe pas dans la matinée. Et finalement ça ne semble pas être vraiment intestinal (en gros j’ai pas la chiasse ^^). Ca ressemble beaucoup aux symptômes de ma journée aux urgences en mai, même si les douleurs sont plus espacées et moins intenses. J’ai tout de même l’impression qu’il y a un peu de sang dans mes urines, mais dur à voir (l’autre fois y avait pas de doute, c’était rouge fluo).

J’appelle ma médecin, elle me dit que si c’est supportable, je peux attendre le début des consultations cet aprem. Mais si douleur trop intense ou fièvre, il faut que j’aille aux urgences. C’est supportable, les crises sont espacées entre 1/2h et 1h, et je ne me sens pas plus mal que ça.

Je m’absente donc pour la 2e fois de la journée du boulot. Du coup analyse d’urine (mais résultats sous 48 à 72h), et écho des reins en urgence demain matin (l’avantage que le médecin passe l’appel, on a un RDV direct). J’ai aussi le droit à du doliprane et spasfon pour la douleur (mais rien de plus fort, à cause de la stimulation…).

Bon la partie « fun », j’ai bu beaucoup d’eau ce matin, pour éliminer au cas où. Ben maintenant l’eau elle est filtrée certes, mais je galère à pisser. J’ai méga envie, mais ya que quelques gouttes qui sortent puis plus rien. La sensation est très désagréable !

Et ça semble confirmer qu’il y aurait un caillot. J’espère qu’il va s’éliminer tout seul.

Les crampes se sont calmées, la douleur est plutôt diffuse, mais l’urètre est bien enflammé. Et j’ai très très envie de faire pipi c’est horrible comme sensation !

 

Voilà donc grâce à ça j’ai le droit à une écho bonus entre aujourd’hui et mercredi, mais celle là devrait être abdominale pour changer ^^

Distorsion de l’espace-temps

Ce n’est pourtant pas censée être la partie la plus difficile, les injections, car on est dans l’action. Mais l’échec de la FIV1 n°1 a pourtant changé la donne. Je compte les jours, les heures, les minutes, mais le temps n’avance plus. Je suis terrifiée par cette attente. Ne pas savoir. Est-ce que mon corps réagira t’-il à ce nouveau produit ? Arrivera t’il à produire assez de follicules et d’ovocytes ? Arriverons-nous cette fois à l’étape de la ponction, puis d’un transfert ? Ou une fois de plus échouerons-nous sur le pas de la porte ?

Bien évidement les hormones ne m’aident pas dans cette attente. Cette fois elles me minent le moral. Je n’ai rien d’autre à faire qu’attendre… attendre ce 1er RDV mercredi, et espérer que les premiers résultats seront positifs. Et s’ils ne le sont pas ?…. je préfère ne pas y penser….

Et je regarde à nouveau ma montre, qui semble être bloquée à la même heure depuis 3h…


 

Cette période de blues et d’attente m’a fait penser aux paroles de cette chanson, qui même si elle parle originellement d’une rupture, me fait beaucoup penser à cet enfant qui vit dans ma tête depuis tant d’années.

Extrait de Je voulais te dire que je t’attends – Michel Jonasz
Je voulais te dire que je t’attends
Et tant pis si je perds mon temps.
Je t’attends, je t’attends tout le temps
Sans me décourager pourtant
Comme quelqu’un qui n’a plus personne
S’endort près de son téléphone
Et sourit quand on le réveille
Mais ce n’était que le soleil

L’autre jour, j’ai vu quelqu’un qui te ressemble
Et la rue était comme une photo qui tremble.
Si c’est toi qui passe le jour où je me promène
Si c’est vraiment toi, je vois déjà la scène
Moi je te regarde
Et tu me regardes.

Je voulais te dire que je t’attends
Et tant pis si je perds mon temps.
Je t’attends, je t’attends tout le temps
Ce soir, demain, n’importe quand
Comme quelqu’un qui n’a plus personne
S’endort près de son téléphone
Et qui te cherche à son réveil
Tout seul au soleil, j’attends
Je voulais te dire que je t’attends
Si tu savais comme je t’attends !
Je t’attends, je t’attends tout l’temps
Quand seras-tu là ? Je t’attends
Si tu savais comme je t’attends !
Je t’attends, je t’attends tout l’temps
Je voulais te dire que je t’attends

FIV 1 BIS – Top départ et annonce au travail

Ce matin petit RDV pour vérifier si mon corps et l’oromone s’entendait bien. Tout est ok, j’ai même déjà un bel endomètre à 7.2.

On commence donc les injections de Fertistartkit (300) à partir de vendredi soir. La sage-femme a hésité à me faire commencer plus tôt, mais si jamais mon corps était plus réactif que pour la FIV1 première du nom (et on espère ça quand même), trop gros risque que la ponction tombe en plein weekend.

Ce matin j’avais 4 follicules à droite et 5 à gauche. Espérons que cette fois ils se bougent le cul et poussent tous (et si y en a d’autres qu’ils veulent les rejoindre en plus c’est pas de refus ^^).

Prochain contrôle : mercredi 20/06. On espère une ponction vers le 25-26.


Et sinon ce matin j’ai aussi pris mon courage à deux mains et décidé de parler de mon parcours à mon nouveau responsable.

Je ne l’avais pas encore fait en février pour la FIV1n°1, car il venait d’arriver et je ne savais pas trop encore s’il était une personne à qui je pouvais en parler ou non.

Je n’en avais pas du tout parlé à l’ancien responsable (qui est encore dans le service, il y a une sorte de passation d’un an jusqu’à son départ à la retraite), car il est macho, tient beaucoup de propos misogynes, et la famille c’est pas le plus important pour lui. Donc je me voyais pas du tout lui parler en détail de mes absences. Je lui avais juste signalé un soucis de santé (dont je ne risquais pas de mourir).

Vu que ça se passe bien avec ce nouveau responsable, j’ai décidé que je pouvais lui faire confiance. Et que ça le rassurerait aussi sur mon état de santé. C’est aussi plus simple pour aborder le sujet de l’absence pour la ponction.

Ca s’est très bien passé. Il m’a d’ailleurs remercié de lui faire confiance et de lui en parler. Vu la conversation, à mon avis il doit connaitre quelqu’un qui est passé par là, il avait l’air un peu plus informé que la moyenne des gens (sans tout connaitre).

 

Petite anecdote du jour : j’ai appris que le nouveau collègue qui a rejoint notre service il y a 2 mois a adopté son fils (bon en 2001, il n’est plus tout jeune), en Bulgarie. Y a matière à converser…

Résultats IRM endométriose + quelques nouvelles

Ayant été happée par les préparatif du mariages, j’ai déserté la blogosphère depuis presque deux semaines. Je rattrape donc mon retard surtout concernant vos commentaires vis à vis de mon précédent article sur l’erreur de diagnostique.

Je pense que ce sera plus simple due répondre à tout le monde en même temps ici. Je ne pense pas que je vais faire une lettre de réclamation à l’hôpital. Malheureusement on connait trop bien la situation dans les hôpitaux et particulièrement aux urgences. De plus certains éléments ne les ont pas aidé à me diagnostiquer (normalement un test bandelette permet d’écarter l’infection urinaire, sauf que quand il est positif ça vire au rouge, et que mon urine était rouge, donc impossible d’interpréter le test). Mais c’est vrai que cette histoire me restera en travers de la gorge tout de même. Je n’ai finalement pas eu le temps d’aller chez mon médecin traitant (de toute façon en soit il n’y avait plus d’urgence), je vais essayer d’y aller dans les prochains jours.

Et sinon mercredi 29/05 j’ai effectuer la fameuse IRM pour diagnostiquer l’endométriose…. Elle n’a rien révélé. (pour l’adénomyose je ne sais pas, ce n’était pas sur l’ordonnance donc pas sûr qu’ils aient regardé). C’est une bonne nouvelle, même si ça n’explique pas mes douleurs pendant les rapports intimes.

 

J’ai commencé la prise d’Oromone le 1er juin, prier RDV de contrôle lundi 11 pour voir quand on commence les injections. Ca y est, la FIV1BIS a officiellement débuté.

 

Et sinon je me suis mariée samedi dernier. Tout était parfait, on a pas eu de gros couac (em même temps ona eu notre lot avant le mariage), plein d’émotion, du beau temps pour la cérémonie laïque (alors que depuis deux semaine ils prévoyaient de la pluie l’aprem), des invités contents, un groupe de musique du tonnerre, des amis, de la famille, un mari magnifique, bref du bonheur… !

(je vous publierais quelques photos protégées par un MDP pour mes fidèles amies pmesques, quand la photographe nous les donnera 😉 )

 

 

FIV1 bis – Sur les starting-blocks

Bon je vais avoir des crampes d’ici là, mais ça y est, j’ai enfin la date de la suite des événements, et le début de la FIV 1 bis.

Au programme :

On commence la prise d’oromone (2mg matin et soir pendant minimum 1 semaine) le 1er juin, puis écho de contrôle le 11 juin. À cette date j’aurais ensuite la date pour commencer la stimulation. Avec ce timing, si tout se passe bien, on espère une ponction autour du 25 juin .

Bye bye le gonal F après le fiasco de  février, cette fois on test le Fertistartkit 300 (si y’en a qui ont des retours dessus, effets secondaires et tout, je veux bien votre expérience 🙂 )

Espérons que mon corps réagisse bien cette fois !

 

Bonus : 8km de vélo pour aller au centre de PMA depuis chez moi c’est un peu long, mais le paysage en route est vraiment sympa 🙂

IMG_20180507_144051.jpg

Date de retour au combat

#Team toute fin du printemps confirmée

J’ai eu la grande surprise de trouver  une lettre du centre PMA dans ma boite aux lettres aujourd’hui. Contre toute attente, mon dossier est passé lors de la réunion le lendemain de mon appel !

Bon par contre j’avais rien compris encore une fois^^ (ils expliquent vachement bien…) La lettre me confirme juste que j’ai le droit de me réinscrire pour une nouvelle tentative de FIV. Ah parce qu’en fait notre dossier aurait pu être refusé lors de cette réunion ? cool de le savoir … Et j’espérai que cette lettre contenait mes ordonnances pour la suite. Mais que nenni.

Cette lettre me disait donc juste que j’ai l’aimable autorisation de repartir au combat, en appelant le secrétariat pour décrocher un RDV d’explication de traitement avec la sage-femme (je croyais y échapper, c’est donc probablement que le traitement est modifié).

Ni une, ni deux, je décroche mon téléphone dès que le secrétariat est ouvert, et après 5 min de douce musique, elle me confirme que le dossier est ok. Mais pas de RDV avant le lundi 30 avril.

Je me disais aussi que c’était trop rapide trop beau pour être vrai.

Donc je dis ok, le plus tôt sera le mieux, rien dans mon agenda à cette date donc tout est ok. Je lui souhaite un bon weekend et raccroche.

Je vais dans ma cuisine pour noter ça sur l’agenda mural. Et là je vois « AMOUREUX – congés » Comment ça congés ? OH put*in de m*rde, c’est notre weekend à Prague… que je n’ai pas noté dans mon agenda de poche….

C’est reparti pour 5 min de douce musique. RDV le lundi 7 mai.

Mais niveau timing ça craint avec ce décalage d’une semaine. L’amoureux veut absolument qu’on tente en mai (il ne veut pas attendre juin/après le mariage/un cycle de plus). Mais vu la date de mes dernières règles, ben le 7 mai je serai probablement déjà au début de mon nouveau cycle (que j’estime débuter vers le 4 mai probablement, dur à estimer vu que c’est dans 2 cycles). Donc ça nous forcerait à attendre juin, à moins que je prenne de la progestérone ce mois pour rallonger mon cycle (mais c’est pas une super idée de jouer au Dr toute seule, on est bien d’accord). Le RDV du 30/04 tombait parfaitement niveau timing malheureusement.

Bref en vrai je serai à cheval dans la #teamprintemps et la #teamété