BFMTV « La PMA : un enfant quand je veux »

😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂


Moi ce matin, quand tranquillement entrain de manger mon bol de céréales, je lis ce titre de « reportage ».


Vous vous dites, en même temps quelle idée de regarder cette chaîne. Mon excuse c’est qu’ils passent la météo dans un bon timing pour moi le matin, et c’est une info essentielle pour savoir comment m’habiller avant de partir, vu que je me déplace uniquement à vélo #3615mylife

Que dire… En gros ce titre racoleur est utilisé car si j’ai bien suivi entre deux étouffements, un vote doit avoir lieu dans la journée pour statuer sur « la PMA pour toutes. » Un titre putassier pour mettre du l’huile sur le feu.

Je suppose que cette phrase en particulier réfère à la possibilité de congeler ses ovocytes pour avoir une roue de secours plus tard si on tarde trop. Si on « choisit » de faire un enfant tard.

Sauf que ce titre est totalement débile. Et ce débat autour de la PMA pour toutes fait oublier que non la PMA ce n’est pas un parcours de routine. Qu’on ne passe pas par ce parcours comme on irait chercher une baguette de pain. Que l’enfant en général n’est justement pas arrivé quand on voulait. Et qu’on a pas la certitude qu’il arrivera malgré ce parcours.

« Quand on veut » N’oublions pas les délais pour le don de gamètes, pour avoir des RDV dans les centres PMA déjà surchargés, puis être intégré au planning pour suivre la procédure IAC/FIV, la probabilité des échecs et de devoir repartir pour un tour… Et parmi ces couples homosexuels ou ces femmes célibataires, celles qui pendant leur parcours se découvriront des problèmes de fertilité et dont le parcours sera bien plus corsé que prévu…

Et si on pouvait arrêter ce cliché que les femmes en PMA y sont parce qu’elles ont toutes trop tardé pour vouloir un enfant. Ce n’est pas l’image que renvoit la blogosphère (certes on pourra argumenter que plus de jeunes tiennent un blog, mais tout de même) Combien d’entre nous avons commencé les essais jeunes ? Et commencé le parcours PMA avant nos 30 ans ? Perso j’avais 23 ans. J’ai commencé la PMA à 25. Oui l’âge a un impact sur la fertilité, mais ce n’est pas la seule explication du nombre de couples infertiles qui augmentent de plus en plus. Faut arrêter de se voiler la face. Et de rejeter la faute sur les femmes plutôt que sur tous les produits toxiques qu’on ingère malgré nous au quotidien.

Alors au bout d’un moment ça serait bien qu’on arrête de voir la PMA comme une solution de facilité. Je trouve que c’est un manque de respect pour nous toutes qui enduront ce parcours pendant des mois ou des années, qui devont subir les traitements et maltraiter nos corps. Comme une négation des épreuves par lesquels passent les couples en PMA. Alors qu’on a pas choisi de se retrouver là. On a pas demandé. On avait juste pas d’autres alternatives pour tenter de devenir parents.

Publicités

Rentrée PMesque

Ce matin avait lieu le RDV avec une sage-femme pour planifier notre FIV1 ter FIV ICSI 1. Et discuter de l’impact de la prostatite de mon mari sur la suite des événements.

J’ai eu la même sage-femme que les autres fois, qui est vraiment très sympa et prend bien le temps de tout expliquer et noter en détails.

Cette fois-ci l’homme pouvait m’accompagner, et de toute façon avec l’histoire de la prostatite je lui aurais pas laissé le choix 😁

On a rapidement évoqué ce problème, la sage-femme a donc appelé une des biologistes pour voir avec elle ce qu’il était nécessaire de faire.

Elle a donc préconisé de faire une semaine après la fin du traitement (dans 3 semaines donc) : spermoculture+spermogramme+ECBU. Si tout est ok pas de soucis, si pas guérit, on avisera et il faudra faire une échographie. Vu qu’on est en ICSI, pas besoin de délais pour enchaîner avec la prochaine tentative (si les résultats sont ok bien évidemment, et c’est le plus probable de ce que j’ai compris, vu qu’il n’a plus de symptômes).

Si tout se passe bien donc, dans un mois jour pour jour début du traitement :

Oromone pendant environ 1 semaine, puis echo de contrôle pour savoir quand commencer les injections.

Petits changements côté piquouzes :

Exit le fertistartkit, et bonjour le menopur (je vais les avoir tous testé 😂).

Pour le déclanchement, pour plus de fun c’est double dose : ovitrelle le vieux copain + decapetyl le petit nouveau en supplément. Tout ça pour espérer améliorer la maturation des ovocytes.

Je vais donc pouvoir profiter de mon mois de septembre tranquillement sans autres RDV, avec le Festival du Film Fantastique de Strasbourg qui débute dans deux semaines (record à battre : 21 films en 10 jours tout en travaillant la journée 😂).

Mes cours de Coréen qui commencent le 25 septembre (j’ai a la fois hâte et peur de ce qui m’attend^^)

Je lis beaucoup aussi pour alimenter mon blog littéraire en parallèle (j’ai supprimé le lien, vu que cet autre blog n’est pas anonyme, pas que des amis tombent sur celui-ci par erreur en cherchant l’autre. Mais vous pouvez toujours me demander le lien si ça vous intéresse 😉 )

Bref je ne m’ennuie pas c’est sûr, et croyez-moi, la PMA ne me manque pas du tout !

Passez une belle rentrée 😉