DNLP semble se confiner avec moi

Pas beaucoup de nouvelles, pas grand chose à dire. On est confinés dans notre appart, moi au chômage technique, mon mari en télétravail. Heureusement on a un balcon.

Mais DNLP s’ennuie et aime jouer avec nous. Entre le robinet de la cuisine qui a pété au 2e jour du confinement… Sympa la vaisselle avec le flexible. Mon mari qui se retapé une prostatite au meilleur moment pour consulter un médecin.

Puis hier, j’apprends que l’hydroxychloroquine va être utilisé pour traiter le Covid 19. C’est un antipaludique. Ça fait tilt, le plaquenil que je prend au quotidien est un antipaludique. Je vérifie, c’est bien cette molécule. Étrangement semaine dernière je n’avais pas pu renouveller totalement mon traitement, que pour 15jours et non un mois de dispo sans commande (et je ne pouvais pas commander la 2e boîte dans cette pharmacie, alors j’avais laissé tombé).

Je me dis ça pue, ça va être en rupture. Une amie médecin me confirme que vaut mieux faire des stocks (mais c’est délivré pour 1mpis seulement). Du coup aujourd’hui je vais en pharmacie… Les stocks ont été réquisitionné par l’hôpital. Deux pharmacies, 2 qui n’en ont pas, impossible d’en commander. Je vais en appeler d’autres demain, mais sans grand espoir vu les propos de la dernière pharmacienne.

Officiellement, les malades chroniques sont prioritaires. Dans la réalité…

 

Si quelqu’un connait une association de patients ou autre avec qui prendre contact, pour faire remonter le problème. Je ne sais pas si c’est juste en Alsace ou partout en France. J’ai encore 2 semaines en réserve mais après…

Ça me stresse tout ça, je ne sais pas que faire, même si je ne vais pas être la seule dans ce cas….

En France et en Europe les activités d’amp sont reportées à une date indéterminée. Nous sommes confrontées à une situation de pandémie (déclaration de l’OMS) de covid-19. L’impact de cette pandémie et des décisions prises par les autorités sanitaires sont évidemment importantes, au niveau des vies de chacun d’entres nous. Pour les personnes infertiles subissent […]

via Coronavirus et report des activités d’AMP — Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles, stériles. De parents et futurs parents via l’AMP et l’AMP avec don de gamètes

DNLP bonjour…

Voilà, je me disais mieux que les évènements positifs en PMA c’était anormal… Notre prochain TEC était avancé ? Ah ben maintenant on passe en date non déterminée, car notre centre ferme ses portes à cause du coronavirus…

J’ai reçu les ordonnances hier, je devais commencer le traitement ce weekend.

Et j’apprends ça le pire jour possible, il y a un an j’accouchais de S. …

Le début de journée allait, jusqu’à ce que j’apprenne cette nouvelle sur les réseaux sociaux. Le fait que le TEC soit imminent nous aidait beaucoup à passer cette sale période… Et bien ce n’est plus le cas.

Allez je vous laisse, je vais aller pleurer dans mon coin.

 

L’épidémie s’étend sur notre territoire. Ce qui a amené le ministre de la santé à déclencher, vendredi 7 mars le Plan Blanc, pour les Centres Hospitaliers. Ce qui signifie la mise en route d’une procédure de réorganisation du travail pour déployer et coordonner rapidement du personnel et du matériel médical pour répondre à l’augmentation de […]

via Coronavirus et AMP ? — Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles, stériles. De parents et futurs parents via l’AMP et l’AMP avec don de gamètes

FIV1 ter – TEC 2

Rien ne se passe jamais comme prévu en PMA, c’est une nouvelle fois le cas….

J’avais déjà calculé le prochain TEC, début du traitement mi-avril, transfert début mai, ça nous permettait d’aller au Desert Berlin Fest juste avant, un weekend à Lyon pour Pâques chez ma meilleure amie.

Sauf que…. L’appel pour le programmer est arrivé avec 2semaines d’AVANCE ! Oui oui, vous avez bien lu, un truc se passe plus tôt que prévu en PMA, faut que je joue au loto aujourd’hui.

Du coup on commence le traitement aux prochaines règles, soit dans environ 10 jours, pour un transfert début avril… Je m’y attendais pas, je suis prise au dépourvu et pas trop prête psychologiquement!

Du coup c’est râpé pour le weekend à Lyon, car je serai en mode couvade « je sors pas de chez moi ». Je vais aussi devoir annuler une journée à Europapark, je ne pense pas que ce soit conseillé en période de couvade 😬 Et pour le festival, on saura 2 semaines avant si on peut y aller (sous réserve de billets +logements encore dispo, et bien évidemment du coronavirus à ce moment-là, car ça pourrait être annulé). Même si bien évidemment on va espérer que le transfert réussisse et que je ne puisse pas y aller.

Neige

Même si je n’ai pas l’âme ou de vrai talent de poète, quelques vers inspirés par les flocons qui tombent sans cesse derrière ma fenêtre cet après-midi.

 

Neige

J’ai toujours adoré

Cette lueur douce et feutrée ;

Réminiscence des hivers d’antan,

D’éclats de rire, d’un amour naissant.

 

Mais cette année le cœur n’y est pas

Car elle me rappelle sans cesse ton trépas

Tel un oiseau de mauvaise augure,

Elle me réserve quelque chose j’en suis sûr.

 

Il y a un an c’est elle qui te disait au revoir

Emportant avec elle tous nos espoirs.

La grande faucheuse tout de blanc vêtue

Jetait sur toi son dévolu,

Emportant avec elle par erreur

L’entièreté de nos cœurs .

 

On avait beau être au pays du père-noël,

Il n’y a bien que les neiges qui sont éternelles.

 

 

Interlude livresque

Plusieurs articles me trottent dans la tête ces derniers temps – mais pas forcément joyeux ou positifs, alors j’essaye de me concentrer sur le « mieux », et vous propose en 1er une petite pause littérature.

Dans les prochains temps attendez-vous à un article spécial tatouage après plusieurs demandes (qui sera en privé car je mettrais des photos à l’appui) ; un nouvel article sur la libido ; un article en mode « cherchons la positivité dans nos vies » ; probablement un article sur ma mère et les (non) grands-mères face à la PMA et le deuil ; et peut être un ou deux articles misanthropes si je n’arrive pas à me les sortir de la tête autrement qu’en les écrivant ici ^^

Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé littérature ici, à l’occasion j’avais mis un extrait de Désorientale de Négar Djavadi dans l’article ici, un livre qui parle de choc culturel mais aussi en filligrane de PMA et plus particulièrement dans le cadre d’un couple homosexuel.

Je vous ai aussi parlé de cette BD magnifique L’adoption de Zidrou et Monin (un tome 2 est d’ailleurs sorti, même si je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire), qui touchera toute PMette, même celles qui ne se projettent pas dans l’adoption.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un auteur que j’admire particulièrement, pour moi l’auteur français actuel le plus talentueux, Alain Damasio. Pour ceux qui ne le connaitrait pas, cet auteur écrit peu, mais on comprend vite à la lecture pourquoi il met tellement de temps à sortir un livre. Il joue et réinvente la langue, lui donne un nouveau sens, une nouvelle forme, un mouvement dans l’espace. Quand en cours de français ou de littérature votre prof essayait de vous faire croire que l’auteur avait choisi ce mot exact et cette tournure de phrase pour dire ceci ou cela implicitement, vous rigoliez un peu comme moi ? Avec cet auteur, il n’y a aucun doute que c’est le cas.

C’est un auteur engagé, il qualifie d’ailleurs la littérature comme un territoire de « langagement ». Il écrit de l’anticipation, S-F et fantasy. Toutefois même si vous n’êtes pas spécialement amateurs de littérature de l’imaginaire, je vous recommande tout de même la lecture de cet auteur. J’ai eu l’occasion de le rencontrer 2 fois en 2019 (pour la sortie du livre et lors d’une conférence sur la littérature et notre futur), et à chaque fois c’est un bonheur, même si je me suis sentie toute petite face à son éloquence et sa culture (alors qu’il est très abordable et sympathique).

Il a publié 3 romans ainsi qu’un recueil de nouvelles (et d’autres nouvelles un peu à droite à gauche) :

  • La Zone du Dehors (1999)
  • La Horde du Contrevent (2003) – c’est d’ailleurs avec ce livre que j’ai publié ma 1e chronique sur mon blog littéraire, dont je vous ai mis le lien.
  • Aucun souvenir assez solide (2012, nouvelles)
  • Les Furtifs (2019) – dont je vais vous parler aujourd’hui.

img_20190825_154426-e1567597088465

Outre le fait que Les Furtifs est indéniablement un chef d’œuvre, je choisis de vous en parler ici pour un des thèmes qu’il aborde : le deuil lié à la perte d’un enfant.

Dans un futur proche (où les multinationales ont pris le pouvoir, le « naming » est devenue une chose commune, les grandes villes sont rachetées et privatisées, et la vie privée est quasiment inexistante), ce roman raconte l’histoire d’un couple confronté à la disparition et la mort probable de leur petite fille de 4 ans. Le couple s’est déchiré car ils n’affrontaient pas cet événement de la même manière. Sahar la mère voulant réellement faire le deuil pour avancer dans sa vie, alors que son mari Lorca refuse d’accepter la mort de sa fille et vit dans le passé et les souvenirs. Lorca intègre alors le Récif, une unité militaire secrète qui étudie et essaye de capturer des animaux spéciaux : les furtifs – il est persuadé que leur fille les a rejoint. Ces animaux sont dotés de capacités extraordinaires, permettant de se fondre totalement dans le décor et d’éviter le regard. Car si on arrive à vraiment en voir un, il se céramise instantanément et meurt. Pour le moment, on n’a jamais réussi à en capturer un vivant.

Il y a des passages qui vous prennent aux tripes (même si vous n’avez pas vécu de deuil), et m’ont fait fondre en larme, par des mots simples mais amené au moment parfait (je pense notamment à la comptine sur le Paparapluie pour ceux qui l’ont lu). Mais aussi des moments d’actions qui vous tiendront en haleine, et des moments plus doux.

Bien-sûr ce livre aborde d’autres thèmes avec notamment une forte critique de notre société et du risque de dérives de nos technologies actuelles. Même s’il apporte aussi un message d’espoir aux travers des gens, qui ont la force en eux de lutter et de refuser le diktat des grands groupes.

Mais je l’ai lu avant tout comme un vrai questionnement sur le processus de deuil, les épreuves et étapes qu’on traverse, la vie qui reprend son chemin, la quête d’un sens à tout ça même quand il n’y en a pas.

Si on s’éloigne des thèmes abordés et qu’on prend un peu de recul, le plus remarquable dans ce livre reste la forme : les jeux avec la langue, chaque personne qui a sa propre voix dans ce roman choral (dans le choix des mots, des structures, des sons…), c’est bluffant. C’est un livre qui se lit lentement pour pouvoir digérer les multiples couches qu’il renferme. Mais cette lecture en vaut vraiment la peine.

Alors, vous connaissez déjà cet auteur ? vous avez envie de le découvrir ?

Raviver la douleur

On a encaissé la nouvelle. On entre dans une nouvelle phase. Déjà je dors mieux qu’avant ce TEC, fini les cauchemars (je me réveille encore tôt, mais c’est déjà mieux).

On laisse derrière nous les angoisses de ce TEC qui ont ravivé les flashback et le traumatisme de la perte de S.

Mais l’échec de ce TEC ravivé d’autres sentiments, et notamment la douleur et le manque de S. Mais aussi le manque lié au ventre vide.

Car cette période de couvade m’a rappelé forcément la grossesse, le bien-être et la félicité que je ressentais, l’apaisement aussi (malgré le stress) et cette sensation si particulière de savoir que la vie grandit en soi. Le manque de ce bonheur imparfait est intense ces derniers jours, car la couvade en était juste un petit aperçu (même si une prochaine grossesse serait emplie de stress et d’angoisse, ayant perdu toute innocence, je ne revivrai jamais cet état là).

Et forcément, cela ravive le manque de S., Je pense tout le temps à lui, à ce bébé que je devrais tenir dans mes bras.

De plus, l’espoir que ce TEC fonctionne était intense car il aurait pu apaiser des peines à venir, plus légèrement si je portais la vie à nouveau, comme la naissance prochaine du fils de mon collègue, les mariages de cet été, le fait de ne pas passer un nouvel anniversaire et une nouvelle année sans un enfant vivant, et puis surtout l’épreuve la plus dur à venir, l’anniversaire des 1 an de sa mort, dans moins d’un mois…

J’aurais préféré affronter ce moment en portant l’espoir. Mais ce ne sera pas le cas. Alors comme toujours, on vivra ça comme on pourra.

Et forcément semaine dernière, c’est le moment que nos amis ont décidé de nous prendre le chou. Le lendemain du résultat, une amie publié une photo d’une de leur connaissance de fac, enceinte. Mon mari leur dit d’être sympa et d’éviter ce genre de photo. Elle s’excuse, mais un autre dit , et que c’est pas de leur faute si en plus le timing est mauvais, faut pas qu’on les fasse culpabiliser »faut quand même pas en faire un tabou ». Mon mari s’est énervé et a quitté le groupe (bon il est parti au quart de tour étant hypersensible et très affecté par l’échec). Moi j’ai gentillement attendu le lendemain, à froid, pour répondre à cet ami que justement c’était notre deuil qui devait pas être tabou. Qu’on était conscient que les gens ne se rendent pas toujours compte, donc qu’il fallait expliquer ce dont on a, besoin et qu’on savait mieux que lui ce qu’on ressentait, que pour eux c’était annondin, ils en parlaient 5min et passaient à autre chose, alors que nous ça nous pourrissaient pendant des heures. Donc que c’était normal de vouloir éviter de souffrir, qu’on espérait au moins que nos proches acceptent de nous protéger. Qu’ils étaient libres d’en tenir compte, mais que fallait pas s’étonner si on finissait par s’éloigner si ce n’était pas le cas, car on a besoin de se protéger.

Pas sûr qu’il est compris/qu’il soit d’accord, mais il m’a répondu que bien-sûr il voulait être bienveillants avec nous.

Un autre pote a aussi réagit avec mon mari, ne comprenant pas notre réaction, et que si d’autres gens du groupe avaient des enfants prochainement, que nous devrions nous en éloigner et probablement ne pas les voir pour se protéger. Ils ne comprennent pas. Heureusement pour le moment un seul couple a un enfant, mais on a jamais été très proche et ils habitent plus loin que le reste du groupe. Mais bon, dans les autres couples, avec les mariages qui arrivent, ça ne tardera pas. On essaye d’être bienveillants, d’expliquer ce qu’on ressent. Mais les gens n’arrivent pas à comprendre, pour eux la vie continue, ils voient ça comme de la jalousie ou où je ne sais quoi. Alors qu’on veut juste souffrir le moins possible.

Je suis un peu déçue, car jusqu’à présent ces amis avaient été très bienveillants, et ils nous ont beaucoup aidé au moment de la perte de S. Forcément ça arrive dans une période difficile, alors ça entame un peu plus notre moral.

Mais voilà, mon plan d’action pour les prochains temps :

– se réinscrire pour le TEC demain (si mon mari valide ce soir)

– retourner à la salle de sport (j’y ai pas mis les pieds depuis la canicule… En juillet donc…) + Manger mieux. Car en plus d’avoir perdu du muscle, j’ai mangé n’importe quoi ces derniers mois, en utilisant la bouffe comme antidépresseurs 😬 du coup j’ai repris les 5kg que j’avais durement perdu.

– un nouveau tatouage en mars.

– continuer de prendre soin de notre couple et de notre libido (qui a repris un bon coup dans la tronche pendant le TEC)

Puis c’est déjà pas mal comme plan jusqu’au prochain TEC, pour se remettre d’aplomb.

FIV1(ter) TEC1 – suite et fin

Je n’ai pas eu très envie d’aller sur la blogosphère pendant ce TEC, j’avais besoin de prendre du recul. Je ne vous fait pas patienter, on vient de recevoir le résultat, et c’est négatif…

Un coup dur. J’avais envie d’y croire, que la chance pouvait tourner. Que notre vie pouvait à nouveau s’illuminer. Mais non ce ne sera pas pour cette fois.

 

Le retour en PMA a été compliqué. Autant le traitement était light, donc pour mon corps ça allait. Et je n’ai eu qu’un rdv de contrôle. Mais psychologiquement ça a été très dur. Je n’arrêtais pas de faire des crises d’angoisse. Et après le transfert, j’ai demandé un arrêt à ma psy : impossible de sortir de chez moi seule, crises de panique assurée.

Voilà, c’était très difficile, mais on a réussi à reprendre le chemin de la PMA.

On a encore un embryon J5 pour un prochain TEC. On va rapidement se réinscrire. On en a marre de ce temps qui passe, de l’attente, du ventre vide. On espère un nouveau TEC dans deux mois si ça se passe bien… Après il faudra repartir en FIV, et ça je ne suis pas sûr d’être prête.

Je suis infiniment triste, même si je n’y croyais pas trop. Comme dit, j’avais envie de rêver et d’y croire. Mais la douleur paraît légère par rapport au deuil.

C’est surtout la peur de la suite, la peur qu’en fait nos embryons soient de mauvaise qualité, qu’on arrive plus jamais à ce que je sois enceinte. Et ça rien ne pourra me l’enlever pour le moment.

FIV 1(ter) TEC 1 – journal de bord n°1

Ça fait une semaine que j’ai commencé le traitement, alors je me suis dit que ce serait pas mal de faire un point.

Passée la crise d’angoisse du début du traitement, ça s’est bien calmé. C’est surtout le RDV ostéopathe ce lundi qui m’a grandement aidée. Depuis je suis moins angoissée (beaucoup plus léger et supportable), et je dors mieux (je me réveille qu’1 ou 2 fois apr nuit, et je ne ressens pas d’angoisse pendant ces périodes de réveil. C’est de nouveau mon réveil qui me tire du sommeil le matin, ça faisait longtemps). Ce n’est pas parfait et les angoissés sont toujours là en toile de fond, mais c’est le jour et la nuit par rapport à avant.

Pendant ce RDV, l’ostéopathe m’a fait des manipulation pour préparer le TEC, mais aussi de l’ethiopathie qu’elle fait en parallèle – un truc sur les émotions. Cette partie c’est un truc auquel je ne crois pas du tout, ça ressemble plus à du chamanisme/charlatanisme pour moi que de la médecine. Genre elle te pose des cailloux avec des dessins sur le ventre, elle fait des gestes (pour chasser les émotions), pose des questions sur ce qu’elle pense ressentir chez te faire parler. Bref étant une personne terre à terre, ben ça me fait bien marrer voir ça m’énerve quand ma séance de manipulation devient ça, je me dis que je paye pour rien.

C’est la 2e fois qu’elle me fait une séance comme ça. Ben malgré mes réticences et ma non-croyance, je ne peux que constater le changement entre avant et après la séance. Je ne l’explique pas vraiment, et je n’y crois toujours pas. Mais les résultats là sont là et c’est l’essentiel ! Espérons que ces angoisses calmées tiennent le plus longtemps possible.

J’ai rigolé intérieurement quand elle m’a dit qu’il fallait que j’accepte de ne pas tout contrôler et qu’il fallait lâcher prise, je me suis dit que ça plairait à Kae Browneyes 😄

Et sinon j’en oublirai presque que je suis de retour en PMA, tellement c’est light (et appréciable du coup !) le traitement pour le TEC. Juste des patchs à changer tous les deux jours, ça n’impacte pas vraiment le planning. Et je n’ai que le 1er contrôle dans 1 semaine.

Bon je constate quand même quelques effets secondaires des hormones sur mon humeur : je m’énerve très facilement. Mais tout de même ça n’a rien avoir avec les effets secondaires liés aux doses de cheval des 3 stimulations que j’ai déjà eu ! Et c’est tant mieux, cela rend ce retour en PMA plus facile.

Je pense que la partie compliquée s’annonce avec les contrôles : j’appréhende les échographies et de devoir me déssapper devant un médecin depuis l’accouchement. Alors qu’avant en routarde de la PMA limite j’étais à poil avant qu’on me le demande 🤣 C’est probablement des restes traumatiques, ça  me rappelle des souvenirs de quand ça allait bien puis de l’hôpital quand ça a chaviré à l’horreur et les RDV qui en ont suivi par la suite. Puis ensuite il y aura le stress du transfert.

Mais j’ai encore une semaine de calme avant cela, alors je vais essayer d’en profiter un maximum.