Le monde joyeux des fertiles – épisode 3 : l’invitation à un mariage

Certains événements peuvent être particulièrement longs et difficiles à vivre quand on est pmette, alors que ce sont censés être des moments heureux.

Parmi ces événements, les mariages sont assez hauts dans le top, car ce sont en général des réunions spéciales PB, familles nombreuses et épanouies, enfants qui courent partout.

Les précédents mariages auxquels j’ai assisté jusqu’à présent ont été assez supportables (pas trop d’enfants, familles pas trop lourdingues). Mais ce weekend j’ai gagné le gros lot :

  • C’est moi qui conduisait (aucun refuge possible dans l’alcoolisme donc, mais en buvant un verre syndical à table pour éviter les erreurs de jugement)
  • Un nombre d’enfants impressionnant ! Il devait y avoir une trentaine d’enfants, dont une dizaine de bébés… et en prime pleins de moments gênants préparés par les enfants car c’est soit-disant trop mignon.
  • La pire table possible : on était 3 couples, les deux autres avaient chacun un bébé de respectivement 8 et 9 mois. Qui étaient tous les deux présents. Je vous laisse imaginer la torture des discussions et de leur présence. Je connaissais un des couples, et eux se connaissaient. Bien évidement je ne connaissais personne d’autre (à part les mariés), donc difficile de fuir. On a jamais été aussi soulagés d’aller danser !
  • La famille des mariés la plus lourde que j’ai pu rencontrer ! J’espère très sincèrement que cette amie n’aura pas de problème de fertilité car sinon ils vont en chier. On a du entendre une bonne cinquante de fois (je suis sérieuse) des remarques liés sur les enfants qu’ils allaient faire. Ca en devenait débile. Et sur les joies d’être parents qu’on leur souhaitait, et blablabla. C’était abusé franchement….

 

Je crois que nous avons eu beaucoup de chance d’échapper à ça pour notre propre mariage fort heureusement ! Car on aurait pas supporté ! Pourtant y a vraiment pas toute notre famille et amis qui sont au courant de notre situation. Comme quoi au final ils ne sont pas si lourd que ça comparé aux autres familles !

 

PS : N’hésitez pas à partager vos pires mariages en tant que pmette en commentaires 😉 Je sens que c’est un sujet à fort potentiel !

Résultats IRM endométriose + quelques nouvelles

Ayant été happée par les préparatif du mariages, j’ai déserté la blogosphère depuis presque deux semaines. Je rattrape donc mon retard surtout concernant vos commentaires vis à vis de mon précédent article sur l’erreur de diagnostique.

Je pense que ce sera plus simple due répondre à tout le monde en même temps ici. Je ne pense pas que je vais faire une lettre de réclamation à l’hôpital. Malheureusement on connait trop bien la situation dans les hôpitaux et particulièrement aux urgences. De plus certains éléments ne les ont pas aidé à me diagnostiquer (normalement un test bandelette permet d’écarter l’infection urinaire, sauf que quand il est positif ça vire au rouge, et que mon urine était rouge, donc impossible d’interpréter le test). Mais c’est vrai que cette histoire me restera en travers de la gorge tout de même. Je n’ai finalement pas eu le temps d’aller chez mon médecin traitant (de toute façon en soit il n’y avait plus d’urgence), je vais essayer d’y aller dans les prochains jours.

Et sinon mercredi 29/05 j’ai effectuer la fameuse IRM pour diagnostiquer l’endométriose…. Elle n’a rien révélé. (pour l’adénomyose je ne sais pas, ce n’était pas sur l’ordonnance donc pas sûr qu’ils aient regardé). C’est une bonne nouvelle, même si ça n’explique pas mes douleurs pendant les rapports intimes.

 

J’ai commencé la prise d’Oromone le 1er juin, prier RDV de contrôle lundi 11 pour voir quand on commence les injections. Ca y est, la FIV1BIS a officiellement débuté.

 

Et sinon je me suis mariée samedi dernier. Tout était parfait, on a pas eu de gros couac (em même temps ona eu notre lot avant le mariage), plein d’émotion, du beau temps pour la cérémonie laïque (alors que depuis deux semaine ils prévoyaient de la pluie l’aprem), des invités contents, un groupe de musique du tonnerre, des amis, de la famille, un mari magnifique, bref du bonheur… !

(je vous publierais quelques photos protégées par un MDP pour mes fidèles amies pmesques, quand la photographe nous les donnera 😉 )

 

 

The Good, The Bad and The Ugly

Un titre de film pour résumer la semaine dernière et surtout cette semaine

Du bon, du mauvais, des sentiments pas toujours très beaux. Ca s’équilibre plus ou moins, ce qui fait que mon cerveau ne sait plus si je dois être heureuse ou triste (je dois pleurer de joie peut-être ^^).

On va commencer par le positif : trouver ma robe de mariée du 1er coup; réussir à avoir l’horaire voulue pour la cérémonie civile (c’était pas gagné dans notre mairie, ce sont eux qui attribuent les horaires). On a retrouvé un traiteur (après que le 1er ait du abandonner le projet suite à des soucis de son côté). Le mariage avance, et c’est du positif.

Le chéri a eu un CDI dans son travail actuel, qui lui permet de se libérer un jour dans la semaine pour développer sa boite. C’est cool, on gagne un peu en tranquillité d’esprit même si c’est pas le boulot de ses rêves. Au moins il y a une certaine liberté.

Et sinon, notre voiture a rendu l’âme. Donc c’est un peu problématique, faut qu’on en retrouve une rapidement, c’est un peu galère dans cette période pré-noël et pour faire les courses, aller voir notre famille, etc…

Et puis, les points noirs, l’avalanche de naissance en 7 jour. Bon ok j’exagère, 3 naissances. Mais ça fait beaucoup pour mon petit cœur d’infertile.

  • La 1e annonce la semaine dernière : le meilleur ami de mon homme qui devient tonton. Oui c’est éloigné de nous en soit, mais il en a beaucoup parlé, et surtout, cette petite fille a le nom qui est n°1 sur notre liste…. Du coup c’est surtout ça qui a été un peu compliqué (surtout que c’est pas un prénom super fréquent).
  • La 2e annonce, la plus difficile, j’y reviendrai plus bas, mon amie L. qui a accouché d’une petite fille. J’ai reçu le message d’annonce lundi matin en arrivant au boulot, pour bien commencer la semaine.
  • La 3e annonce, lundi soir (2 dans la même journée, sérieux ?????) une amie très proche qui est devenue tata (pour la 3e fois). Forcément deux dans la même journée c’est un peu dur quand même.

Ca pleut des bébés sauf pour moi (nous) en fait…

Revenons à la 2e annonce. En prévision de cette naissance, nous avions décidé du cadeau à faire avec mon autre amie A. Pour m’éviter des souffrances inutiles, j’ai passé commande (une sortie de bain trop choupi avec une capuche avec des oreilles de lapin) via le fameux site de commande le plus usité du monde.

Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu, ce site a en ce moment environ 1 semaine de délais rien que pour préparer les commandes, et donc je n’aurais pas du tout ce colis a bon moment. Bon allez, direction les magasins pour en trouver un.

Je me suis tapée 4 magasins, au bord des larmes à la fin, et je n’ai même pas trouvé le foutu cadeau. Plus jamais je remet les pieds dans un magasins de vêtements pour enfant si ce n’est pas pour le mien. Plus jamais….

Et ensuite pour pouvoir visiter mon amie à la maternité (ouais je suis sado-maso), j’ai du prendre une aprem’ de congé pour me faire torturer. En même temps c’était ça et je pouvais y aller avec A., ou alors j’y allais toute seule. Et je ne me sentais pas du tout du tout de taille à affronter ce moment toute seule.

Finalement la visite s’est passée moins horriblement que je pensais. Bien-sûr j’ai badé un peu en continue du lever au coucher hier, mais la visite en elle-même a été plus supportable que prévue.

Ce qui me fait un peu peur. Ai-je perd toute sensibilité en me faisant une carapace ? suis-je devenu psychopathe ? Avant j’avais envie de chialer dès que je devais passer un moment avec un enfant (connu ou inconnu, c’était tout aussi horrible en famille que dans une salle d’attente par exemple). Mais depuis quelque temps, même si je ressens un pincement au cœur, je ne dois plus trop me retenir de pleurer.

On va pas se mentir, le fait que L. ne m’ait pas mis la petite dans les bras a grandement aidé. Aucune RALC n’a été dite. Elle a d’ailleurs eu la gentillesse de ne pas envoyer de photo de la petite par SMS alors qu’elle en a envoyé une à A.

Et puis on va pas se mentir, sa gueule de déterreé à cause de nuits blanches depuis 4 jours, la petite qui pleure dès qu’on la pose, les difficultés et douleurs liées à l’allaitement…. et ben en fait sur le moment ça m’a pas vraiment donné méga envie d’être à sa place XD. Bon après quand je l’ai vu parler à la petite quand elle était réveillée c’était déjà plus touchant. Mais heureusement pour moi, elle a quasiment dormi tout le temps de la visite (on est resté 2h…. je sais pas comment j’aurais fait si ça c’était mal passé).

 

Voilà, mon humeur du moment, entre blues et contentement, cela varie suivant le moment de la journée et du jour de la semaine. Je crois qu’au final le plus dur ce n’est même pas les naissances, mais la période de Noël, comme beaucoup d’entre nous…

 

Après le refus de mon homme de passer Noël juste à deux, j’ai pris le contre-pied : vivre Noël à fond. Cette année je m’autorise une plus grande déco de l’appartement, un pyjama sur le thème de Noël, un renouvellement des décos pour le sapin (même si le sapin géant dont je rêve attendra encore), films de Noël le dimanche matin sous un plaid en buvant du thé de Noël, calendrier de l’avent maison, célébration de la St Nicolas (en Alsace on fait un repas avec du chocolat chaud au lait d’amande, des manalas (brioches en formes de bonhomme) et des mandarines )

Du coup mon cœur balance aussi, entre la joie de ne plus me réfréner, de ne plus attendre l’enfant pour vivre ce dont j’ai envie. Mais à coté la tristesse tout de même de ne pas partager ça. Pour moi Noël est très lié à des moments joyeux en famille dans mon enfance (sachant qu’après les relations se sont dégradées avec ma famille). Et ça me fait mal de ne plus pouvoir vivre des moment comme cela en le transmettant, sachant que mon homme n’y met pas du sien, il n’a pas du tout l’esprit de Noël, même s’il pense que ça changera le jour où on aura un enfant (comment enfoncer le couteau dans la plaie).

Mais ainsi va la vie, je vais continuer à me réapproprier cette fête petit à petit, ce weekend ce sera atelier bredalas petits gâteaux avec l’homme.

Qu’importe ce que l’avenir nous réserve, nous arriverons à être heureux, j’en suis persuadée.

 

Interlude robe de mariée

Vous aviez été nombreuses à me conseiller sur mon dilemme robe de mariée, alors je vous laisse la primeur du choix final de ma robe, commandée ce samedi 😀 Et puis ça change un peu des article PMA 🙂

 

Comme vous pouvez le voir, c’est le choix du cœur qui l’a emporté. La robe que j’avais repérée n’était malheureusement plus disponible. Mais on ne se refait pas, j’ai craqué sur une robe au final très similaire, mis à part la couleur un peu particulière de l’autre, qui malheureusement n’est plus faite dans la collection 2018. Et en fait l’effet qu’ils appellent « tatouage » avec pleins de dentelles dans le vide sur le décolleté et dans le dos, ben en fait c’est avec pleins de tulle (vu que ça ne tiens pas tout seul^^) et du coup j’ai trouvé ça peu agréable et confortable.

J’avais peur que vu ma carrure un peu différente des mannequins, ce genre de robe près du corps ne soit pas flatteuse, mais au final, malgré mon petit 42, je porte mes kilos en trop de façon assez uniforme. Du coup cette robe va à merveille avec ma morphologie et sublime mes formes. Par contre heureusement que j’ai perdu 10 kg cette année, car les modèles d’essais sont en taille 40, donc je rentrais pile dedans. Il y a quelques mois les essayages auraient vite tourné court ! Comme quoi, remettre les essayages au plus tard possible à cause de la PMA, ça peut avoir des effets positifs inattendus 😉

 

C’est la 1e que j’ai essayé en plus ! forcément toutes les autres paraissaient fades après. Et elle a fait l’unanimité entre ma mère, ma sœur et ma témoin (et moi^^), ce qui a confirmé le choix évident 🙂

 

PS : c’est une robe Pronovias pour celles que ça intéresse.

 

PMA & robe de mariée, le dilemme

Notre mariage approche de plus en plus (le 02/06/18), et la question de la robe devient un peu plus pressante.

J’ai repoussé les séances d’essayages le plus possible, pour éviter de choisir une robe puis être enceinte.

Potentiellement je pourrais programmer les essayages début décembre, pile poil 6 mois avant la date. Alors déjà ça peut devenir un peu juste niveau timing dans certains magasins.

Mais surtout, je me pose des questions sur le choix de la robe…. Dans ma tête j’ai déjà la robe idéale. Mais elle n’est pas compatible avec un ventre de femme enceinte. Avec une FIV en janvier, si par miracle la 1e était la bonne, comment dire mon ventre au moment du mariage ne rentrerait pas dedans comme vous pouvez le voir XD :

 

Déjà là niveau timing je risque d’être un peu juste pour commander la robe rêvée. Cependant, avec le risque d’être enceinte, deux options s’offrent à moi :

  • Choisir une autre robe ne correspondant pas à ma robe rêvée, mettable même avec ou sans un gros bidon.
  • Repousser encore les essayages, mais réduire les choix au vu des délais de commandes et de retouches.
  • (3e option débile : prendre ma robe rêvée car de toute façon faut pas se faire de film, la FIV ne marchera pas)

J’ai aussi peur que si les tentatives de FIV avant le mariage échouent, je regrette amèrement de ne pas avoir porté ma robe rêvée et d’avoir le ventre vide…

Bref, je ne sais pas trop quoi faire… Si vous avez un avis sur la questions, ou que vous êtes aussi passé par ce problème, je veux bien des conseils 🙂

 

PS : Décaler la FIV à après le mariage n’est pas une option, nos nerfs et nos cœurs ne tiendraient pas jusqu’à l’été prochain sans rien faire