Elle

« Elle », est-ce qu’on en aurait pas toute une dans notre entourage ?

Cette fille qui a la vie dont on rêverait, qui a toujours ce qu’elle veut dès qu’elle le veut, même quand c’est des choses qu’elle ne voulait pas spécialement au départ ?

Elle c’est une fille avec qui j’étais à la fac en 1e année. Au détour d’une conversation devant une salle de TD on a sympathisé. Nous avions beaucoup de points commun, notamment sur nos relations familiales. On avait pas mal de cours en commun, on a révisé tous nos partiels du 2nd semestre de 1ere années ensemble. Elle devait souvent partir tôt ca elle avait un boulot à 1h. Je la connaissais à peine, j’ai commencé à lui passer tous les cours qu’elle loupait car je les prenait sur ordi, donc c’était facile. En 2e année on a essayé de prendre un maximum de cours ensemble, car c’était plus sympa, mais aussi pour que je puisse lui filer des cours. Je me préparais des super fiches de révisions et lui donnais toutes comme ça, sans qu’elle demande. Elle s’est acheté un scooter mais n’en avait jamais fait, je lui ai appris. Elle a déménagé, je l’ai aidé à faire ses cartons puis à tout installer au nouvel appart. Elle a changé d’objectif professionnel et s’est décidé à suivre le parcours pour être prof, parce que c’était le plus facile dans notre domaine. Mais elle n’aimait même pas vraiment ça et n’avait jamais suivi les stages du début de licence.

En 3e année, j’ai suivi une autre option, je n’avais presque plus de cours en commun, et petit à petit mes amies m’ont éjectés du groupe, faisaient tout sans moi et sans me prévenir, n’étaient jamais disponibles quand j’essayais de les voir. Et elle c’était la pire du groupe.

Mais comme une bonne poire je n’ai pas compris à ce moment là. Je croyais toujours qu’on était autant amies. Et puis en master, elle trouvait toujours une autre excuse quand je lui proposais de se voir. Un jour j’en ai eu marre, je lui ai demandé si elle avait un problème avec moi, elle a nié, puis avec mon insistance a dit qu’elle trouvait que je ne la contactait que pour demander des services (elle a gardé deux fois mon chat quelques jours, et m’a accueilli 2 nuits pendant la courte période de rupture avec mon homme, mais à refuser plus d’une dizaine de fois de me voir dans la dernière année). En soit je ne voyais pas trop le mal, car je ne trouvais pas ça abusif (et purée je lui avais rendu tellement de services par le passé en plus !), mais je me suis excusée, je lui ai dit que je ne m’en étais as rendu compte et que j’en étais désolé, mais qu’en même temps moi je la considérais toujours comme une très bonne amie donc ce n’était pas des choses abusifs à demander, mais que vu qu’ elle me considérait comme une ancienne amie forcément c’était différent. Malgré tout cela, si un jour elle voulait des nouvelles, on pourrait se voir car je n’avais rien contre elle.

Elle ne m’a plus jamais reparlé (et moi non plu du coup). Ca a été un coup dur dans ma vie, je la considérait comme une de mes plus proches amies avant cela.

Mais grâce à Facebook, on continue à suivre malsainement la vie de ces personnes dont on s’est éloigné. Elle a donc réussi son CAPES avec brio (alors qu’elle n’aimait pas être prof), dans une superbe école là où elle voulait. A cette époque j’arrêtais mon master car avec une prof c’était du harcèlement moral et je n’ai pas tenu. A eu rapidement sa titularisation et son poste rêvé alors que je me farcis un boulot que je n’aime pas.

Et puis il y a 2 ans est apparu sur mon mur Facebook l’annonce de sa 1e grossesse (elle qui ne voulait pas spécialement d’enfants à l’époque où on était amies, et qui n’était pas sûr de rester avec son copain quand je la connaissais car il était trop irresponsable). Cela faisait 8 mois que nous essayions en vain de faire un enfant. Cette annonce m’a marqué au fer rouge, je me souviens encore exactement du moment où je l’ai appris. Nous faisions un restaurant en amoureux, dans un resto à l’écart de la ville au bord de l’eau un jour caniculaire. Ma meilleure amie (que j’ai connu au moment du master) m’a envoyé un sms bizarre concernant cette fille, je suis donc allée sur Facebook et y ai vu la nouvelle. Cela m’a gâché le reste de la soirée.

Puis j’ai eu le droit de suivre les plaintes de grossesses, puis l’annonce de naissance, les photos. et pourtant malgré la douleur que tout cela engendrais, je n’ai jamais eu le courage de bloquer ses publications.

En octobre dernier elle annonçait sa 2e grossesse. Sa 1ere fille n’avait même pas encore un an. S’en sont suivi tous les publis sur l’acceptation du 2e par le 1er enfant, l’achat de leur maison (alors que nous galérions à boucler les fin de mois quand mon homme n’a pas trouvé de contrat à la fin de son doctorat).

Aujourd’hui elle a annoncé la naissance de sa 2e fille.

Elle aura eu le temps de faire deux enfants en 18 mois, 2 enfants dans ses bras en ayant débuté les essais après moi….. Aujourd’hui cela fait 2 ans et 8 mois que j’ai arrêté la pilule et je me dis que la vie est tellement injuste….

Publicités

La loi de Murphy

« Anything that can go wrong, will go wrong »

Une phrase pour résumer ma vie. Tout ce que je touche, tout ce que j’entreprend, tout ce que je désire, finit par échouer, par se consumer.

J’attends le twist façon Hollywood dans ma vie, mais il ne vient pas car nous ne sommes pas dans un film, ou pas dans la bonne catégorie. C’est plutôt le film dramatique qui commence bien, mais où tout se détériore au fur et à mesure. On est plutôt dans  Alabama Monroe que dans Bridget Jones (et l’ironie dans le choix de mes films, c’est que dans les deux cas les héroïnes tombent enceintes facilement et sans le vouloir). Les drames s’enchainent et la fin est insupportable.

Alors comment avancer ? Comment subir les traitements en  étant persuadée que de toute façon vu que tout tourne au pire dans ma vie, nous ferons partie du pourcentage qui ressortent le ventre vide de la PMA ?

Ou alors vu que DNLP aime me torturer, que si par miracle je suis enceinte je perdrais cet enfant à un moment ou à un autre ?

Je ne vois pas d’issue heureuse à cette histoire. Et le pire c’est que je ne suis même pas en phase dépressive….

Je n’ai pas beaucoup de buts précis dans ma vie, je ne suis pas une fille passionnée par tout. Mais une de ces rares choses est d’avoir un enfant. Une de ces rares choses qui pourraient me rendre vraiment heureuse. Alors pourquoi y aurais-je le droit ? Si toutes les choses qui pourraient me rendre heureuses ont échouées, pourquoi la plus importantes de toutes n’échoueraient pas ?

Je suis en PMA parce que bien sûr je veux tout tenter, je ne veux pas me dire que j’ai pu passer à côté. Mais en même temps j’ai l’impression de faire cela pour avoir la conscience tranquille, tout en étant déjà persuadée de l’issue fatale. J’ai envie d’expédier tout ça au plus vite, pour pouvoir ensuite me reconstruire sur d’autres bases.

 

Avant les essais, quand on me demandait de m’imaginer dans 10 ans, je m’imaginais en train de me promener avec mon homme, 2 enfants marchant à nos côtés et une poussettes. Aujourd’hui je vois le néant. Je n’arrives plus à me projeter. Je ne me dis pas que dans 10 ans nous serons parents….

 

Nous ne nous sommes toujours pas décidés pour l’IAC 5, dont les piqures devraient commencer demain si jamais on la lance de suite. Car on y croit plus du tout à ces IACs. Mais en même temps j’ai toujours la peur de ne pas avoir tout tenté (donc faire les 6 IACs), de passer à côté d’une grossesse plausible avant de partir en FIV.

On ne sait pas quoi faire. Alors pour l’instant on ne fait rien.

L’annonce de trop qui m’a fait craqué ce matin. Je croyais être épargnée par les annonces d’enfants dans mon service, vu que à part mon collègue de 28 ans (qui ne veut pas d’enfants pour le moment), les autres ont entre 45 et 60 ans. Mais je n’avais pas anticipé l’annonce de naissance du petit-fils. On a eu le droit à la discussion sur les noms, l’accouchement, les autres naissances à venir dans l’entourage. J’ai réussi de justesse à échapper à la photo. Ca m’a fait l’effet d’un coup de poignard, venant finir de déchirer mon armure…

 

IAC4 : bilan et questionnement + EDIT

Les douleurs ont commencé légèrement hier, se sont intensifiés ce matin. Même si ma poitrine est toujours douloureuse, les 1er spottings sont arrivés ce matin, sonnant l’échec de cette 4e IAC. Mes vrais règles suivront probablement demain ou après-demain.

Pas besoin de faire de prise de sang pour ne pas psychotter, même si au final je ne l’avais pas planifié. Etrangement ce cycle j’étais assez sereine. Je n’ai presque pas psychotté pour les DPOs, et je ne me disais pas en continue que « les IACs ça sert à rien ». Non, pour une fois je me disais on verra bien, après tout ça peut marcher. Même quand pour l’IAC on était légèrement sous le million car le labo prépare ça n’importe comment, je me disais « il en suffit d’un ». Malgré les effets secondaire qui étaient bien présent, je restais zen. Le moral n’était pas au beau fixe, mais tout de même je me surprenais.

Après la fatigue engendrée par le gonal F, la progestérone ne m’a pas épargnée. J’étais constamment de mauvaise humeur, irritable à souhait. Et à cela s’est rajouté un autre symptôme bizarre, des douleurs à l’utérus, dès que je faisais un effort physique (vélo, sport en salle), et pendant les rapports intimes aussi, 1e fois qu’on doit s’interrompre en pleine action à cause de la douleur trop forte. J’en ai parlé à mon gynéco, il a bien vérifié pendant l’écho, pas de kyste, rien à la vessie. Pourtant la progestérone est censé avoir l’effet inverse…. J’ai fait une analyse urinaire, pas d’infection. J’ai donc arrêté la progestérone et ça s’est atténuée. Mais j’avoue que je ne suis pas sereine tout de même….

 

Je sens que mon amure des derniers essais est entrain de se fissurer. Je ne me sens pas de taille à annoncer cet échec à mon homme. Je sais que sa réaction va me dévaster. Je sens la vague de la tristesse+rage+incompréhension monter en moi d’heure en heure et qui va tout submerger sur son passage.

J’aurai tellement besoin d’un RDV psy aujourd’hui, mais je sais qu’elle ne pourra pas me prendre. Mais je crois que je n’aurai pas résisté à demander quelques jours d’arrêt pour digérer (et en plus on a plus internet ni TV ni téléphone depuis hier, alors rester à la maison serait de la torture^^)

 

Echec de l’IAC4=passage en FIV…. Encore un échec, on fait encore un pas de plus vers l’horreur. Même si au final je pense que cela a plus de chance de fonctionner que l’IAC, je suis terrifiée d’en arriver là.

Nous n’avions finalement pas appelé le centre de PMA pour prendre RDV, j’avais peur que cela nous porte malchance, je ne pouvais pas faire ce geste. Il va bien falloir le faire maintenant et rapidement pour ne pas trop perdre de temps.

Notre gynéco propose de faire une IAC 5 et 6 en attendant, mais je ne sais pas….

Ai-je envie de continuer là dedans alors que je n’y crois pas ? Est-ce qu’on coupe la poire en 2 et qu’on se lance au moins pour la 5e ? n’est-ce pas faire souffrir mon corps en vain ?

Je suis fatiguée de ce cycle qui a été très éprouvant physiquement. Si nous faisons l’IAC5, programmons là tout de suite « pour en finir » ? mais en même temps est-ce que je ne risque pas de craquer psychologiquement ? Mais si on ne la fait pas ce mois, arriverais-je à me relancer le mois d’après ?

Et ne serait-il pas préférable d’attendre le RDV endocrinologue pour la thyroïdite ? or il sera seulement le 13 juin….

Et si on ne les fait pas ces 2 IACs, ne regretterai-je pas de ne pas avoir tout tenté ? Supporterai-je l’attente jusqu’à la FIV ? Surtout que je n’ai été stimulé que pour l’IAC 3 et 4, n’avons nous pas perdu trop de chance lors des 2 premières avec l’absence de stimulation ?

Si vous avez un avis sur la question, je prends tout conseil utile, car je suis un peu perdue….


RDV au centre PMA pris, ce sera le 24 juillet

Lecture « Infertilité »- découverte du jour

Au travers de mon C.E, je participe à deux programmes/prix IRCOS de la BD et du roman. Les deux sont indépendants, mais je m’y suis inscrite, pour varier un peu des romans fantastiques (Tolkien et Hobb mes amours ❤ ), et pour lire des BDs sans y laisser un rein. Nous avons 10 romans et 10 BD à lire avant fin septembre, et à l’issue nous devrons les classer de 1 à 10 pour permettre l’élection du meilleur roman et de la meilleure BD.

Et pour les BDs, j’avoue que la sélection pour le moment est sympa. Le 1er était Le crépuscule des idiots, une BD satirique de la religion. Ce matin j’ai reçu la 2e, et je l’ai dévorée pendant ma pause de midi. Si j’ai décidé d’en parler sur ce blog, c’est à cause du thème : la BD s’appelle L’adoption –  Qinaya – de Zidrou et Monin.

IMG_20170510_132623

Cette B.D. prend le point de vue du grand-père dont la fille vient d’adopter une petite péruvienne après l’échec de son parcours PMA. J’ai bien aimé la façon de traiter ce sujet, et les dialogues parlent un peu de la douleur de l’infertilité, je trouve de façon assez juste (même si le sujet principal est l’acception de cette petite dans la famille par le grand-père).

Voici deux petits extraits choisi qui m’ont touché :

IMG_20170510_131041IMG_20170510_130648

 

Voilà, peut-être que ça vous donnera envie de la lire 🙂

 

Le 100% infertilité est-il une arnaque ?

Cet article est sponsorisé par le ministère des Rageux

Bon, alors depuis 1 semaine aujourd’hui je suis de mauvais poil (oui c’est l’effet de la progestérone ce mois-ci, c’est sympa). Je viens d’avoir la mauvaise idée de regarder mes comptes, et là je vois que sur le RDV de l’IAC, y a un truc qui cloche.

J’ai payé 73,2€, et je ne suis remboursé que de 61,45€. Bon je me dis qu’avec les 40 prises de sang et médicaments, c’est peut être des reports des fameux 0.5€ et 1€.

Et bien non, pas du tout… c’est le remboursement intégral.

Capture

Sauf que mon gynéco est censé être conventionné secteur 1, donc aux dernières nouvelles sans dépassement d’honoraires.

Mais là où le bas blesse, c’est que grâce au 100% infertilité, et ben ma mutuelle ne rembourse rien…. alors que si je ne l’avais pas et que j’étais remboursé au taux habituel, et bien je n’aurais rien à débourser…

 

Ou alors je n’ai pas compris un truc… Est-ce qu’un médecin conventionné secteur 1 peut surfacturer ?

Est-ce que je dois demander directement à ma mutuelle de rembourser ? (mais c’est automatique, les infos sont télétransmises par la sécu…)

 

En tout cas, j’ai l’impression que ce 100% infertilité est une grosse arnaque si on a une mutuelle…

Quand y a une nouvelle à la DRH…

A force de m’absenter grâce à notre chère loi travail, je suis souvent en contact avec ma DRH. J’avais donc une interlocutrice privilégiée depuis janvier pour tout ce qui concerne mes absences PMA. Elle avait l’air assez calée sur le sujet et connaissait tous les points de la loi. Et en plus elle était vraiment très gentille  🙂

Sauf que HORREUR, MALHEUR, elle a changé de service le mois dernier. Pour ce cycle d’IAC j’ai donc eu affaire à sa remplaçante.

Donc tout commence bien, je l’informe de ma 1e absence, elle me dit ok, n’oubliez juste pas d’envoyer le justificatif.

Je reviens du RDV et lui transmets donc mon attestation. Je reçois en retour un message qui me dit que le justificatif n’est pas valable, il faut soit un arrêt maladie, soit que je pose un RTT… bon je me dis que celle que j’aimais tant n’a malheureusement pas du transmettre les dossiers et donc elle ne savait pas que c’était dans le cadre de la PMA.

Je lui explique, le malentendu est dissipé. Elle me demande juste de mettre « PMA » ou autre mot dans le mail la prochaine fois pour que ça fasse tilt. On arrive à se mettre d’accord pour que je n’indique cela que dans le mail pour le justificatif, car quand j’informe en amont de mon absence mon chef est en copie (et il ne connait pas le motif exact).

Tout s’est bien passé jusqu’à ce que je reçoive ma fiche de paie ce jour…. Elle a mal enregistrée mes absences, et les a mis en « maladie payée », ce qui impacte donc mes RTT, le nombre de jour de maladie payés dans l’année, les tickets resto, la fiche de paie…

Alors que normalement c’est une « autorisation d’absence », qui compte donc comme du temps de travail effectif et n’apparait pas sur la fiche de paie (et donc n’impacte pas tout ce que j’ai mentionné au dessus).

Bref elle ne connait pas du tout la loi Travail et PMA, j’ai donc du lui expliquer moi-même …

 

EDIT : elle vient de me répondre en s’excusant mille fois, ce sera donc régularisé sur la fiche du mois prochain. J’espère que maintenant tout sera OK !

 

IAC4: les dés sont jetés (+news thyroïde)

Il s’est passé pas mal de choses depuis mon dernier article.

Je vais commencer par un petit récapitulatif thyroïde :

Comme prévu, j’ai du faire une 2e prise de sang vendredi matin, TSH toujours trop haute, mais la T3 et la T4 sont normales. Par contre j’ai beaucoup trop d’anticorps anti-thyroïde (anti-thyropéroxydase pour être exact). Cela indique une thyroïdite (ce qui ne veut pas dire grand chose). Toujours vendredi, le gynéco me donne donc une ordonnance pour effectuer une échographie de la thyroïde. Par miracle, je réussi à décrocher un RDV pour mardi matin (hier) grâce à un désistement. Ca tombe bien en plus, j’ai RTT ce mardi !

Hier matin écho (très agréable de se faire tartiner tout le cou de gel d’ailleurs^^). Rien de particulier de détecté (pas de nodules), mais elle est « micro-vésiculaire » (???). Le médecin me dit que pas de vrai soucis, mais c’est à surveiller car le risque c’est qu’elle finisse par s’atrophier si le problème d’anticorps est durable. Et donc il me conseille de voir un endocrinologue pour savoir s’il est nécessaire ou non d’avoir un traitement.

Par miracle j’ai réussi à prendre un RDV le 15/05 pour un endocrinologue grâce à doctolib.fr (sinon c’est 2/3 mois d’attente). Bon j’ai pris le 1e venu avec un RDV dans des délais convenables, j’espère qu’il n’a pas des disponibilités parce qu’il est trop nul ^^

Ca me rassure un peu de savoir que ce n’est rien de grave dans l’immédiat. Après j’attends de voir le verdict final. En effet, cela peut-être du au stress, à une infection (donc passager), mais cela peu aussi être un symptôme précurseur de la thyroïdite d’Hashimoto ou autre maladie auto-immune (les anti-corps finissent par défoncer la thyroïde, et là commencent les vrai soucis), je pourrais être au tout 1er stade sans autre symptôme. A l’heure actuelle je ne sais pas encore si mon soucis a une influence sur la fertilité.


 

Revenons à nos moutons l’IAC : Contrôle des mes follicules vendredi : par chance ils n’ont pas fait de sprint comme la dernière fois (avec 4 jours d’avance), et donc ils tiendront jusqu’à mardi matin pour l’IAC (mais seul 1 sur les 3 devrait être mature).  Par contre, il faut faire une injection d’HCG lundi soir (le 1e mai donc) et genre à 22h (vu l’heure de mes infections de Gonal F). Soit, il me demande si j’ai une amie infirmière, et là comme une andouille je dis « ah ben ma mère », ok pas de soucis donc, il me donne direct le produit avec la seringue et l’aiguille.

Sauf que une fois rentrée chez moi ( à 20h), et bien je me dis que déjà faut que je vérifie que ma mère est bien là, mais surtout que c’était peut-être pas le bon choix vu que j’ai 1h15 de route pour aller chez mes parents. Donc je regarde pour un(e) infirmier(e) libéral et de garde. J’en trouve un. Sauf que je me rend compte à ce moment que le gynéco ne m’a pas donné d’ordonnance « au cas où »… Bon ben pas le choix, il faudra faire 2h30 de route pour une petite piqûre. On a donc mangé chez mes parents, mais c’était un peu la course tout ça.

On prépare les papiers pour l’IAC, on se rend compte que le gynéco n’a pas signé le papier du consentement, et de surcroit, il a mis le 2e prénom de mon homme sur l’ordonnance–> ils vont être contents au labo !

Comme prévu ils ont bien embêté mon homme, mais tout s’est déroulé correctement finalement.

IAC bien déroulé, par contre c’était très douloureux. D’ailleurs je n’ai jamais posé la question, mais vous avez eu mal au moment de l’IAC ? (moi à chaque fois, mais là particulièrement).

Le résultat est mitigé cependant. On ne comprend pas comment le labo fait les préparations sérieux. En soit le dépôt de M. était mieux que l’autre fois (on est passé de 16 millions à 74 millions quand même, toujours 25% de spermatozoïdes normaux et mobiles), mais ils n’ont utilisé que 2ml (d’habitude 3mL), donc forcément, la préparation du jour = seulement 0.92 millions, alors que la dernière fois on était à 1,3 millions…

C’est totalement incohérent, et on est un peu dégouté du coup, on ne comprend pas leur fonctionnement.

Bref, croisons les doigts, comme toujours, il en suffit d’un seul 😉