BFMTV « La PMA : un enfant quand je veux »

😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂


Moi ce matin, quand tranquillement entrain de manger mon bol de céréales, je lis ce titre de « reportage ».


Vous vous dites, en même temps quelle idée de regarder cette chaîne. Mon excuse c’est qu’ils passent la météo dans un bon timing pour moi le matin, et c’est une info essentielle pour savoir comment m’habiller avant de partir, vu que je me déplace uniquement à vélo #3615mylife

Que dire… En gros ce titre racoleur est utilisé car si j’ai bien suivi entre deux étouffements, un vote doit avoir lieu dans la journée pour statuer sur « la PMA pour toutes. » Un titre putassier pour mettre du l’huile sur le feu.

Je suppose que cette phrase en particulier réfère à la possibilité de congeler ses ovocytes pour avoir une roue de secours plus tard si on tarde trop. Si on « choisit » de faire un enfant tard.

Sauf que ce titre est totalement débile. Et ce débat autour de la PMA pour toutes fait oublier que non la PMA ce n’est pas un parcours de routine. Qu’on ne passe pas par ce parcours comme on irait chercher une baguette de pain. Que l’enfant en général n’est justement pas arrivé quand on voulait. Et qu’on a pas la certitude qu’il arrivera malgré ce parcours.

« Quand on veut » N’oublions pas les délais pour le don de gamètes, pour avoir des RDV dans les centres PMA déjà surchargés, puis être intégré au planning pour suivre la procédure IAC/FIV, la probabilité des échecs et de devoir repartir pour un tour… Et parmi ces couples homosexuels ou ces femmes célibataires, celles qui pendant leur parcours se découvriront des problèmes de fertilité et dont le parcours sera bien plus corsé que prévu…

Et si on pouvait arrêter ce cliché que les femmes en PMA y sont parce qu’elles ont toutes trop tardé pour vouloir un enfant. Ce n’est pas l’image que renvoit la blogosphère (certes on pourra argumenter que plus de jeunes tiennent un blog, mais tout de même) Combien d’entre nous avons commencé les essais jeunes ? Et commencé le parcours PMA avant nos 30 ans ? Perso j’avais 23 ans. J’ai commencé la PMA à 25. Oui l’âge a un impact sur la fertilité, mais ce n’est pas la seule explication du nombre de couples infertiles qui augmentent de plus en plus. Faut arrêter de se voiler la face. Et de rejeter la faute sur les femmes plutôt que sur tous les produits toxiques qu’on ingère malgré nous au quotidien.

Alors au bout d’un moment ça serait bien qu’on arrête de voir la PMA comme une solution de facilité. Je trouve que c’est un manque de respect pour nous toutes qui enduront ce parcours pendant des mois ou des années, qui devont subir les traitements et maltraiter nos corps. Comme une négation des épreuves par lesquels passent les couples en PMA. Alors qu’on a pas choisi de se retrouver là. On a pas demandé. On avait juste pas d’autres alternatives pour tenter de devenir parents.

Publicités

Compte rendu de tentative de FIV

C’est quand on se dit justement qu’on a pas forcément envie de connaitre tous les détails pour le moment, qu’on finit par les recevoir par la poste.

Je vous confirme, je n’avais pas envie de les recevoir après lecture.

Mais pas du tout pour les raisons que je pensais. Mais plutôt pour l’incompréhension qu’ils ont occasionné. Et la colère qui s’en est suivi.

Lors du fameux appel du biologiste pour annoncer la mauvaise nouvelle, il m’avait dit que le recueil de sperme n’était pas top, ce qui pouvait expliquer cet échec.

Résultat : 4 millions /ml, avec 41% de mobilité. Sachant que mon mari est en général à 5 ml, ou les mauvais jours à 3ml, concrètement ce n’est vraiment pas le pire recueil qu’il ait eu.  Cela explique qu’ils ne soient pas passés en tout ICSI, car en vrai ces résultats étaient corrects et cohérents avec notre historique.

Donc déjà, pourquoi nous avoir dit cette phrase ? pour nous « rassurer » ? nous donner une fausse « explication » de cet échec ? on va mettre ça sur le compte de la maladresse…

 

Mais voici la partie qui, paradoxalement est une bonne nouvelle en soit mais m’a fait sortir de mes gonds.

13 ovocytes mis en fécondation. 13 ovocytes matures.

Pourquoi n’ont ils pas respecté la consigne 50%classique/50% ICSI ???

Notre gynéco nous avait bien dit, pour une 1ère FIV avec un sperme limite, on fait 50/50 pour être sûr et voir ce qui fonctionne. SAUF si moins de 5/6 ovocytes, dans quel cas on tente la FIV classique pour une 1e tentative.

J’étais donc persuadée que le nombre d’ovocytes matures est ce qui avait occasionné ce changement de protocole. 5/6 matures, c’était cohérent avec la dernière écho de contrôle.

Mais non. Et ce changement a fait foirer à 100% notre tentative, alors que potentiellement, en faisant de l’ICSI sur la moitié, on aurait peut-être eu des embryons…

Perdre 3/4mois pour savoir si l’ICSI fonctionne ou pas. Savoir si c’est « juste » un problème de spermatozoïdes un peu moches ou si le problème est plus grave, et qu’il faut approfondir les examens pour avoir encore une chance d’un enfant de nous deux.

Et vu le nombre d’ovocytes et le recueil pas si horrible que ça, la voie « problème plus grave » ne me semble plus si improbable.

J’aurais préféré savoir tout de suite. Savoir si je dois envisager d’autres voies, d’autres médecins, d’autres examens.

Ou au contraire ne pas avoir eu à vivre ces moments horribles si la partie ICSI avait fonctionnée.

J’ai l’impression d’avoir une guillotine au-dessus de moi jusqu’à la prochaine tentative.

Comment aborder la prochaine stimulation sereinement avec ce doute énorme, cette probabilité que l’ICSI pourrait ne pas fonctionner, et que ce serait une 3e fois des traitements très lourd pour un échec final cuisant? Alors qu’ils auraient pu m’épargner ça en ayant une réponse déjà maintenant s’ils s’en étaient tenus à ce putain de protocole inscrit noir sur blanc dans notre dossier ?

Leurs explications ne changeront rien aux faits malheureusement, même si je vais les contacter pour savoir pourquoi.

Et essayer de trouver une façon d’encaisser ça, pour vivre au mieux ces prochains mois d’incertitudes.

Coup de gueule

J’ai eu la bonne surprise ce matin d’avoir un commentaire bien dégueulasse en attente de modération.(Lisez jusqu’au bout, le meilleur est à la fin)

Alors mettons les choses au point si cette Emma repasse dans le coin (mais bon à mon avis elle écume le web pour diffuser son venin sans vraiment suivre les blogs, peut-être est-elle passée chez vous).

Oui j’ai supprimé ce commentaire. Non pas parce que ce que cette cona**e dit m’atteint (oui je suis énervée), mais parce que je n’ai pas envie de me faire polluer mes articles par des co*asses inconnues malveillantes.

Donc cette personne fort désagréable commentait mon article Team printemps avec ma liste de chanson, fil rose, et les photos de moi en robe de mariée.

J’ai donc eu le droit à un (je résume) t’es dégueu dans ta robe parce que t’es trop grosse et de tout façon ta robe elle est moche.

Alors déjà pour le fat shaming, va te faire foutre bien profond. Qu’on soit clair j’en ai rien à foutre de ce que de parfaits inconnu(e)s pensent de moi dans ma robe, tant qu’elle me plait et que je me trouve belle dedans et que mon futur mari me trouve belle dedans. Si tu crois que tes commentaires de merde vont faire que je vais trouver ma robe trop moche maintenant, ben c’est raté.

Elle me fait de gros bras… euh non t’es con ou quoi ? j’ai des gros bras de base, qu’importe la robe XD je vais pas rester dans une grotte et ne pas me marier ou mettre un burka le jour de mon mariage pour les cacher. On apprend à vivre avec le corps qu’on a.

Mais alors le clou du spectacle mes très chers amies Pmettes (je paraphrase toujours) : avec tes tatouages énormes et moches, je suis contente que tu n’es pas d’enfant.

Mais WHAT ? t’es une conasse de la manif pour tous en fait ? Quel rapport entre avoir des tatouages et être une bonne mère ?

Et ben moi j’espère que tu n’as pas d’enfants pour ne pas perpétuer la lignée des connards intolérants.

(bon ok en disant ça j’espère insulter ses gamins au passage)

Toujours la même chose, mes tatouages je les fait pour moi-même, je sais que ça ne plait pas à tout le monde. Mais si ça vous plait pas, ben matez pas mon corps et puis tout ira bien. Tant qu’ils me plaisent à moi c’est l’essentiel. Je suis en paix avec moi-même concernant mon apparence physique.

Bref je me dis que cette personne doit se faire royalement chier, ou bien avoir une vie vraiment pourrie pour aller se balader sur le blog d’inconnus et balancer de la méchanceté pure et gratuite. Y a des gens qui sont vraiment dérangés dans leur tête sérieux. C’est quoi le but ? Faire du mal aux gens gratuitement ?

 

Allez à bientôt pour de nouveaux articles bonne humeur. Je m’excuse pour mon langage matinale un peu grossier, mais fallait que ça sorte ^^ Et si cette charmante personne passe pourrir votre blog, n’hésitez pas à l’exposer vous aussi au lieu de juste lui laisser dire des choses en commentaire qu’elle sait très bien que vous aller supprimer et qui ne sont destinées qu’à vous.

 

PS : j’avais l’intention de supprimer les photos dans ma robe d’ici milieu de semaine. Cela n’a rien avoir avec cette très cher Emma. Ces photos étaient un bonus bonne humeur, je les ai laissé le temps qu’environ toutes mes amies Pmettes puissent les voir. Mais ensuite elles n’ont pas vocations à rester car je n’ai pas envie que des gens que je connais tombent dessus par hasard et n’aient pas la surprise/fassent le lien entre le blog et moi.

La PMA rend-elle violent ?

« Les médicaments que prenait Alexia avaient-ils un impact sur son humeur? C’est la thèse avancée par l’avocat de Jonathann. Il a affirmé qu’Alexia « pouvait avoir des accès de violence extrêmement importants à l’encontre de son compagnon ». « C’est un couple dont malheureusement l’un des conjoints était violent mais ce n’est pas celui auquel on pense », a ajouté Me Randall Schwerdorffer. La question de savoir si les médicaments pris par Alexia pour la fertilité avaient des conséquences sur son comportement a été posée »

Source : Le journal du dimanche – Meurtre d’Alexia Daval : ce que l’on sait, ce que l’on ignore encore

 

Sincèrement je n’aime pas rentrer dans les polémiques en général, mais sérieusement cet avocat enchaine les phrases dans ce type, avec un bon relent misogyne en arrière-plan.

Je ne veux pas émettre de jugement hâtif sur une affaire dont on ne connait pas tout. Peut-être qu’il était effectivement victime de violence verbales, physiques et harcèlement psychologique. Peut-être que c’est juste une ligne de défense. Même si en aucun cas ça n’excuse son geste, et qu’au mieux ça peut juste aider à comprendre pourquoi. Mais là n’est pas la question de cet article.

Cependant, même si les médicaments hormonaux ont un effet plus ou moins important sur notre humeur, nous en avons toute fait l’expérience, cette phrase renvoit tellement à cette idée de femme hystérique et incontrôlable à cause de ces hormones, quand elle a ses règles, quand elle est enceinte, etc…

Nan mais sérieux, j’ai jamais eu envie de frapper mon conjoint quand j’étais en traitement PMA…

Bref ça m’a un peu choqué/dégouté ce type de propos, je ne sais pas ce que vous en pensez de ce point particulier, mais bon c’est peut-être juste parce que je suis sous oromone.

Prévenez-moi si ça vous est arrivé ces envies de violences sous traitement, que je demande à mon conjoint de prendre garde si jamais et de me donner un sédatif.