IAC2 +RDV PMA :un lundi bien rempli

Alors ce lundi c’était la grosse journée, heureusement que c’était mon RTT mensuel, sinon j’aurais bien galéré. (Tellement grosse journée d’ailleurs que mon corps a dit fuck, que j’ai choppé une bronchite et suis en arrêt pour le reste de la semaine d’ailleurs).

Commençons par le début, le RDV de suivi de cycle chez mon gynéco. Finalement mon corps n’a pas chômé, et le follicule est mature, du coup il décide de me faire une piqûre pour déclencher l’ovulation, avec IAC le mardi matin. (même si on va pas se mentir, naturellement, malgré le follicule mature, mon corps aurait encore pris un peu de temps pour ovuler). Et du coup il me donne une ordonnance de progestérone, pour la prendre après l’IAC, pour réguler un peu tout ça.

RDV au centre PMA : après 1h15 de transports en commun (et j’habite même pas Paris, mais Strasbourg ^^), j’arrive enfin au centre PMA, et timing parfait mon homme y arrive au même moment. L’accueil nous indique où aller. On doit prendre un ticket. Nous sommes les suivants. On attend 5 min, on nous appelle. Bon en fait c’est le 1er passage pour nous faire payer, nous donner une fiche de soin (sérieux, même pas de télétransmission pour qu’on soit remboursés rapidement???), elle remplie la partie administrative de notre dossier, nous donne un questionnaire détaillé que nous devons remplir avant le RDV, puis nous invite à aller dans une autre salle d’attente. Bon je me disais aussi que ça aurait été un peu trop rapide; là il y 4 couples qui attendent (dont une enceinte, frimeuse va), et une femme seule. Nous sommes les plus jeunes. Heureusement à force de vous lire j’ai prévu le coup et ramener un gros bouquin et un magasine. Remplir le questionnaire nous prend une bonne quinzaine de minute. Étrangement on arrive à rigoler et dire des bêtises, on dénote un peu dans la salle^^ Au bout de 30min la doc (nous l’appellerons Dr Hibou) nous cherche (je suis étonnée par le peu d’attente au final !).

Donc Dr Hibou nous reçoit dans son cabinet, nous demande de nous raconter tout notre dossier. On commence par M., elle dit qu’effectivement les problèmes de prostates ça explique bien ses soucis. Apparemment dans les hormones y en a une qui indiquait déjà que c’était problématique et qui aurait pu nous prévenir plus tôt, et que du coup il doit prendre les antibios préconisés par le gynéco, et qu’il doit surtout boire beaucoup d’eau (même si ça le fait pisser en continue), que ça devrait pas mal aider pour avoir des taux un peu mieux et éviter une nouvelle infection. Et qu’il doit aussi réduire un peu l’alcool en soirée (même si ce n’est pas le fond du problème).

Ensuite elle regarde mon dossier, tout est plus ou moins ok (j’ai juste oublié le dernier bilan sanguin…), sauf un taux de TSH qu’elle trouver légèrement élevé (à 3 et quelques), même si officiellement c’est dans la norme. Mais j’au la TSH à un autre moment, et là c’est bon. Donc elle conseille juste de revérifier que de ce côté là c’est ok (et après prise de sans, aucun soucis de ce côté). Elle va conclure la partie « dossier », donc là je lui dis, bon je suis sûr que le gynéco ne l’a pas mis dans sa lettre, mais je rencontre quelques soucis qu’il ne prend pas au sérieux », donc je lui parle de règles abondantes, douloureuses et longues, et surtout des saignements tout au long du cycle. Donc là elle tique, reprend les clichés de l’hystérosalpingographie (décidément c’est le sujet des derniers jours), le regarde attentivement. Puis elle nous dit non, ya vraiment rien. Donc là c’est mon homme (ah tiens, mes symptômes n’étaient totalement anodins ?) qui lui demande si ces symptômes peuvent être de l’endométriose. Elle dit que oui c’est possible, mais vu qu’on voit rien du tout, même si c’est le cas ce n’est pas ça qui nous rend infertile, y’en aurait pas assez pour que ça soit problématique. Et les petits saignements hors cycle, ça peut être du aux hormones (très léger dérèglement, rien de grave non plus) et que du coup, une légère stimulation ça peut aider à réguler tout ça.. Elle me prescrit une ordonnance avec notamment l’AMH.

Conclusion : pour le moment on est « refusé » en FIV, si après 4 IACs ça ne fonctionne pas, on les recontacte et là ils nous font rentrer dans le parcours au centre PMA. On lui demande ce qu’elle pense de cette IAC2 sans stimulation, elle dit qu’effectivement ça réduit un peu les chances, mais que vu qu’on est lancé, c’est à nous de voir, ce n’est pas non plus une erreur de la faire. Pour IAC3 et 4, elle conseille un protocole léger, avec juste une piqûre de gonal à J3, puis déclenchement avec ovitrelle. On lui demande du coup si on fait ça chez notre gynéco habituel, elle dit oui, pas de soucis vu qu’il a déjà commencé, mais bien évidement s’il refuse la stimulation vous nous rappeler et vous ferez ça ici (bon c’est déjà ça, même si ça sera plus rapide s’il ne fait pas son relou).

Je lui demande aussi conseil pour la progestérone, vu que j’en ai eu 3 mois puis plus après (alors que ma phase lutéal est un peu limite), elle me dit qu’effectivement c’est mieux avec les problèmes de saignements, et surtout après un déclenchement d’ovulation, car les études montrent que cela créer une chute de progestérone environ 3-4 jours après la piqûre, donc c’est mieux de compenser. Tiens tiens, mes saignement ont débuté 4 jours après la piqûre de la dernière fois… coïncidence ? je ne pense pas, mais ça veux quand même dire que l’IAC1 n’avait pas beaucoup de chance de marcher… En sortant, le couple suivant était la femme enceinte. C’est bon signe ça non ?^^

Bilan : ce RDV m’a rassuré, le 2nd avis ça fait du bien. Dr Hibou est vraiment très calée sur le sujet, elle nous a souvent parlé de littérature, d’études récentes, etc, montrant bien qu’elle sait de quoi elle parle, et qu’elle se tient au courant. ça m’a un peu rassuré aussi qu’elle me prenne au sérieux, et qu’elle me donne au moins une petite explication sur mes saignements bizarres. ça ma aussi rassuré qu’elle ne dise pas que notre gynéco faisait n’importe quoi depuis le début, et qu’on pouvait continuer avec lui vu qu’il gérait bien la situation (enfin s’il accepte la stimulation en cas d’échec de l’IAC2).

Par contre concernant l’endométriose, je me pose des questions. Pour celles chez qui on l’a découvert tardivement parce que ça ne s’est vu qu’à l’IRM, mais pas avant, est-ce que cela peut tout de même être un facteur aggravant, ou la cause première de vos problèmes d’infertilité ? ou comme Dr Hibou l’a dit, si on ne le détecte pas à l’hystérosalpingographie, c’est que même s’il y en a ce n’est pas assez important pour troubler la fertilité ? donc en gros, est-ce que je dois à côté voir un spécialiste de l’endométriose pour confirmer ou réfuter que j’en suis atteinte ou non ???

Mardi matin on a donc fait l’IAC2, mais bon j’ai du mal à y croire, en plus j’avais de la fièvre et je toussais beaucoup, donc j’ai peur que tout soit ressorti (c’est possible non?). On a vite débriefé sur le RDV PMA, je lui ai parlé vite fait des conseils de la stimulation pour l’IAC3, et il a dit ah oui mais une piqûre c’est fort tout ça, on va plutôt commencé par du clomid. (en soit il avait mentionné qu’à l’IAC3 on passerait à la stimulation tout même). Mais bon ça c’est pas vraiment être conciliant… va falloir qu’on négocie tout ça.

Et donc le soir, avant de dormir j’ai fait l’erreur de regarder mes mails, et découvert le résultat pour l’AMH (d’où mon précédent article tardif)… ça me fait un peu peur, je ne sais pas trop quoi penser à ce sujet pour le moment.

Voilà voilà, encore un petit RDV pour ce cycle ce soir, -parce que oui, on a jamais assez d’échochattale….- pour vérifier que l’ovulation a bien eu lieu, je lui parlerai de l’AMH en même temps, et j’espère que M. viendra avec pour aussi parler de la stimulation pour la potentielle IAC3, avec le protocole conseillé par Dr Hibou, parce que bon moi je ne sais pas vraiment m’imposer, mais lui en tant que métalleux barbu ça marche un peu mieux tout de même ^^

e

Mon AMH est dégueulasse…

Mon AMH est de 1.09… Ça pue.

Mes autres dosages qui avaient été fait (F.S.H, inhibine B) étaient normaux. J’ovule chaque mois.

Ça veut dire quoi ? Que ma réserve ovarienne est faible ? Que je vais « juste » mal répondre aux stimulations ovariennes ? Qu’il y a un risque de fausse couche accrue ?

Si y en a qui peuvent m’eclairer je suis preneuse…

IAC2 (ou pas, enfin peut-être) : quand DNLP te fait un gros fuck mais t’évite un dilemme

Aujourd’hui, j’avais RDV chez mon cher gynéco, pour monitorer ce cycle en vue de faire l’IAC2 ce mois-ci (toujours sans stimulation).

Sauf que voilà, ce mois-ci mon corps a décidé de faire n’importe quoi. Bon je vous préviens, je rentre dans les détails (mais ça va c’est pas très glauque)

Déjà j’ai eu des spottings 3 jours seulement après l’IAC1 (donc il y a 2 semaines). Mais bon, vu que j’ai souvent des spottings à l’arrache, à force on s’y ferait presque. Sauf que j’en ai eu en continu, tous les jours 2-3 gouttes. Vas-y devine ton J1 dans des conditions pareilles. Donc bon je l’ai estimé quand j’ai eu mal au ventre et plus de douleurs au sein (car en général c’est là que les vrais règles commencent), et 4-5 gouttes de sang. J’ai donc estimé mon J1 le dimanche 22/01. Sauf que ensuite jusqu’au jeudi 26, je n’ai eu que des spottings. Puis vendredi, mon duo de jours de règles horribles est arrivé : douleurs très très fortes et flux très très abondant.

Alors petite interlude, si certaines se demandent ce que j’entend par très très abondant, je vais répondre simplement sur quoi je me base : vous avez peut-être vu la vidéo sur Mademoizelle, qui parle de la cup. Dans cette vidéo, elle parle que même si on a l’impression de se vider de son sang, en général on perd l’équivalent d’une cup pendant la totalité de sa semaine de règles. C’est donc des hémorragies internes que j’ai. Pendant mes deux jours horribles, je remplis l’équivalent d’une cup toutes les 2h… (super pratique pour travailler, aller au ciné, au resto, voyager, dormir…).

Je reprends, donc en général j’ai 3/4 jours de petites règles, 2 jours horribles, puis 2 jours de petites règles et ensuite c’est fini. Sauf que là, ben c’est toujours pas fini, et c’est même pas juste des spottings, mais des règles légères, et j’ai toujours des crampes légères. Depuis mon J1 (enfin….) cela fait 11 jours, et donc 15 jours depuis que les spottings en continu ont commencé….

Donc bon je me rends à ce RDV qui doit avoir lieu vers J10-11 un peu à l’aveuglette.

Je m’installe, « bonjour, racontez moi tout » (en gros, J1 à quelle date ou enceinte ?). Donc je lui dis ben c’est l’anarchie totale, j’ai estimé un J1 à l’arrache mais je ne suis pas sur, j’ai des saignements totalement débiles.

-oui bon donnez moi une date quoi (#j’en ai rien à péter de savoir ce que tu entends par cela).

On passe à côté, pour voir où en est la glaire (miam), « ah bah ça saigne encore », bah oui, merci c’est ce que je disais « donc ça fait 11 jours que vous vous saignez  » ouais enfin plutôt 15 jours même, si tu avais demandé des détails tout de suite.

« Bon on va voir à l’écho comment ça se passe là-dedans » –> endomètre et ovaires pas du tout ok pour un J11. « bon parfois ça arrive d’avoir un cycle de repos, où ça n’ovule pas » ouais mais bon en vrai je ne sais pas vraiment si c’est un vrai J11 donc c’est vraiment n’importe quoi, vu que comme je vous l’ai dit, c’est calculé un peu à l’arrache. « bon on se revoit sous 48h pour voir s’il y a une croissance ou non, si c’est juste un cycle bizarre ou un cycle sans ovulation » (depuis 2 ans ce n’est jamais arrivé).

Il me demande quand même si j’ai des règles douloureuses, je lui dit oui, en général 2 jours très abondants (on ne m’a jamais demandé ce que j’entendais par là d’ailleurs), où j’ai vraiment très mal. Il me demande quand c’était ces jours, je lui dit (peut-être qu’on peut se baser sur ça pour le J1… mais ça n’explique pas ce WTF de mon corps).

Et là le gros lol, il me demande d’aller faire un test de grossesse, au cas où, parce qu’il y a « des grossesses qui ont du mal à démarrer ». Bon je vous fais pas de suspens, j’ai eu le résultat ce soir, c’est négatif, quelle surprise^^ en même temps avec mes deux jours horribles, si un embryon arrive à braver ça c’est la réincarnation de Moïse en fait !

Parfois j’ai l’impression qu’il se prend pour un apprenti sorcier de la PMA, sauf qu’il a pas une baguette magique, mais un cathéter pour les IACs… faut juste qu’il prononce la bonne formule la prochaine fois, ça serait plus sympa tout de même.

Du coup si ce cycle avait été normal, l’IAC2 aurait probablement eu lieu lundi, soit le même jour que le RDV au centre PMA. et j’avoue que plus je discute avec vous (et même déjà avant), plus je me posais réellement la question de faire cette IAC2 avant d’avoir eu le 2nd avis, et que du coup ça tombait mal vu que c’était en même temps : donc soit il fallait oublier ce cycle, soit tenter tout de même.

Ben au final, je n’ai pas à me poser la question, la date potentielle arrivera forcément après le RDV PMA, donc ça me soulage d’un poids. C’est le côté positif. peut-être que c’est inconscient pour m’éviter de choisir^^

Ou alors ma théorie perso, c’est que la piqûre pour déclencher l’ovulation pour l’IAC1 a totalement foutu en l’air mes hormones et mon cycle, d’où cette anarchie…

Ou alors c’est un coup de pute de DNLP car si l’ovulation tombe fin de semaine pro, je suis en formation 3 jours, donc je ne pourrais de toute façon par faire d’IAC (vu ma chance ça va probablement se passer comme ça).

 

Bref j’espère vraiment qu’au RDV de lundi pour le centre PMA on s’intéressera vraiment aussi à mes soucis au lieu de se focaliser uniquement sur mon homme, parce que bon faut pas être médecin pour savoir qu’il y a un truc bizarre, et que « la nature est bizarre », ce n’est ni un diagnostic, ni une explication. Et ils nous diront aussi leur avis si cette IAC2 est une bonne idée ou un gâchis sans plus de réponses et sans stimulation.

Sur ce, il faut vraiment que j’aille dormir, car là je vais vraiment galérer demain matin. Bonne nuit ^^