Comme beaucoup, j’ai déserté la blogosphère. Pas grand chose à dire, mais surtout un besoin impérieux de déconnecter.

Après le début du confinement, j’avais beaucoup d’angoisses, alors j’ai arrêté de lire ou regarder les infos (sauf les annonces officielles), et d’aller sur les blogs. Je me suis coupée du monde extérieur, avec pour seuls contacts quelques apéros visio avec des amis ou la famille.

Au début j’ai ressenti de la colère à l’annonce de l’annulation de notre TEC car notre centre était le 1er à fermer totalement ses portes ; puis j’ai été rassurée quand l’arrêt a été pour tout le monde (c’est égoïste, mais je n’avais plus cette impression d’injustice) ; et enfin soulagée de ne pas être enceinte à ce moment T, car vu comme j’étais angoissée, vu comme le 1er TEC m’avait angoissée, et bien je n’ose même pas imaginer comment on aurait vécu la combinaison des deux. (Bon maintenant que les angoisses se sont calmées, ça me dérange pas le bébé couette ou la reprise rapide d’un TEC, qu’on se le dise)

Pourquoi ces angoisses ? Vivant à Strasbourg, j’étais bien évidemment dans une région et une ville très touchée ; additionnez cela au fait que je sois une personne « à risque » à cause de mes soucis de santé et notamment l’asthme ; parsemez cela d’un « collègue de l’étage qui l’a attrapé, et j’ai mangé à côté de lui 1 semaine auparavant » ; saupoudrez cela avec votre traitement en rupture de stock car c’est le remède « miracle » du covid-19…  (d’ailleurs merci à toutes les personnes qui se sont inquiétées pour moi et m’ont régulièrement envoyé des messages – la situation pour le Plaquenil n’est pas revenu à la normale, mais j’arrive à m’en procurer même si je dois faire quelques kilomètres et être prévoyante).

Etant une poissarde de compétition, je me suis dit que j’allais être le 1er cas français d’une mort à seulement 28 ans – bon pour le moment, je touche du bois, je ne l’ai pas eu, et personne de mon entourage proche ne l’a attrapé.

Puis même à distance la famille a réussi à me soûler, à ne parler que du covid-19 et du confinement, à se plaindre. Nos familles habitent à la campagne, ont au pire des maisons avec jardins, au mieux les champs/vignobles pas très loin en plus pour se promener –  mais ils se plaignaient tous sans cesse de ne pas pouvoir faire du vélo, de devoir rester dans un rayon d’1km, de ne pas aller dans la forêt pas loin… alors que nous, en pleine ville, dans notre appart avec notre balcon, on ne se plaignait pas. On disait même qu’on se considérait comme chanceux car on a un balcon, assez de pièces pour avoir de l’intimité et que ça se passait bien entre nous… Tout n’est qu’une question de perspective il semblerait…

Je me suis dis 3 choses face aux réactions diverses des gens: on voit que les gens ne sont pas habitué à la frustration, à ce que leurs plans tombent à l’eau, à ne rien pouvoir planifier… alors que nous en PMA, c’est une des 1ère chose à accepter, de n’avoir prise sur rien, de devoir sans cesse décaler ses plans. Ton festival est annulé ? de toute façon c’était déjà compromis à cause de la PMA. Ton weekend en amoureux ? la même.

Puis on s’est dit que les gens n’avaient pas une vie trop compliquée vu des futilités dont ils se plaignaient. – bon là, la douleur du deuil parlait – quand nos mères se plaignaient de pas pouvoir voir leurs enfants, j’avais envie de leur hurler de se taire car elles au moins pourraient les revoir après tout ça (remarque injuste en soit, car elles ont été très affectées par la mort de notre fils..)

J’ai aussi eu l’impression d’avoir déjà vécut un confinement, il y’a 1 an, à la même période (ça se joue à quelques jours près, j’ai repris le travail le 18/05/19 je crois). Après la mort de S., on est resté presque cloîtré chez nous pendant 1 mois, et après on ne sortait pas beaucoup jusqu’à la fin de notre arrêt maladie (Nos familles nous faisaient les courses le 1er mois). On a vécut 2 mois H24 ensemble. Du coup c’est mitigé –  je savais que j’étais parée pour vivre cette période compliquée ; mais en même temps c’est le 2ème printemps que j’ai l’impression « de perdre », de devoir rayer du calendrier – alors qu’avant tout ça, c’était ma saison période de l’année préférée.

J’ai été au chômage technique pendant 1 mois (ma boite a préféré cela plutôt que de nous demander de venir car le télétravail n’était pas possible techniquement à ce moment là. On est plutôt chanceux). Mon mari est lui en télétravail depuis le début.

Cette pause m’a fait beaucoup de bien psychiquement. Je me rends compte que le deuil et la reprise de la PMA m’avaient bien épuisée. Mais l’absence de S. est très forte en ce moment. Mon cerveau a aussi eu tout le temps libre et la tranquillité de passer en revu le traumatisme de l’accouchement et de tous les moments cauchemardesques autour – je crois qu’il en avait besoin, de ce calme pour pouvoir travailler dessus, car ces moments sont maintenant un peu moins douloureux quand j’y pense (un peu je dis bien, on part de « atroce » tout de même).

Je suis maintenant en télétravail depuis plusieurs semaines, et c’est vrai que depuis le confinement est plus dur à vivre – à nouveau peu de temps libre, puis je n’ai plus la possibilité de passer mes aprems au soleil, en extérieur (trop compliqué de tout installer sur le balcon, et en plus il fait moche depuis), je me sens donc plus enfermée qu’avant.

L’incertitude sur le retour en PMA commence à nous peser. Et la peur que si le TEC de notre dernier embryon foire, que les délais pour une nouvelle FIV soient démentiels… mais pour ça on est toute dans le même bateau.

Puis on se rapproche tout doucement de l’anniversaire de la DPA, je vois le temps qui passe, ça me fait peur. Je me dis « mon fils aurait du avoir 10 mois, et là je ne suis même pas enceinte. On aurait du être parent en 2019 (ou en 2015 si on avait été fertiles) – on ne le sera même pas en 2020″.

Mais bon, comme toujours, on a pas de prise sur les événements, alors advienne que pourra…

J’espère que vous allez toutes (et tous) bien. Prenez soins de vous.

Des bisous,

Nirnaeth

 

PS : et sinon j’ai commencé à jouer à Skyrim… je n’aurai pas du, je ne vais plus avoir de vie XD

11 réflexions sur “Quelques nouvelles

  1. J’avoue que ça m’a aussi, et m’agace encore, profondément d’entendre mes collègues ou mon entourage se plaindre en permanence de ce confinement. J’ai fini par en éviter certaines parce que je n’en pouvais plus d’entendre quotidiennement dire que les enfants en confinement c’est l’horreur, qu’elles ont hâtes qu’ils reprennent l’école, que les vacances annulés c’était insupportable, qu’on ne pouvait rien prévoir… Bienvenu dans notre univers de l’incertitude…
    J’espère que ton centre de PMA pourra bientôt rouvrir et que vous serez recontacter rapidement pour un TEC. Ils ne t’ont pas demander de prendre la pilule en prévision ? Mon centre faisait ça pour commencer un protocole quand ça les arrangeaient.

    J'aime

    1. Le pire c’est que c’est les mêmes qui se plaignent de leurs gosses et qui après font un scandale car les écoles ré-ouvrent…

      Je n’ai même pas essayé de les contacter depuis la confirmation de l’annulation du TEC. Mais apparemment ils sont injoignables d’après une autre Pmette (équipes réquisitionnées dans d’autres services et locaux réquisitionnés pour faire des tests pour le Covid…)
      La pilule ils demandent seulement de la prendre pour passer une hystéroscopie, sinon ben tu dois « juste attendre » un cycle de plus si ça colle pas à leur planning. Mais je recommence à noter mes règles sur le calendrier, au cas où ils me recontactent… je ne savais plus où j’en étais avec le confinement tellement j’ai lâché prise XD
      Normalement je devrais être dans le devant de la file d’attente. Avant moi y’aura celles qui étaient déjà en cours de traitement, et je suppose celles qui sont en limite d’âge.

      J’attend les news de BAMP avant de les recontacter. Mais bon tant que les hôpitaux de la ville sont saturés, le personnel a peu de chance d’être réaffecté en PMA :/

      J'aime

  2. Perso ce confinement il me rappelle mes 3 mois de dépression hard, sauf que … ben ça va (et Lucien est présent H24, ça joue aussi). Le début a été un peu anxiogène, du coup je zappais les news comme toi. Puis finalement j’ai trouvé mon rythme (le télétravail est assez utile à ce niveau pour moi). Limite on m’annonce un mois supplémentaire de confinement ça ne me dérange pas (et je vis en appart sans balcon ^^). En fait j’aime ce calme (relatif) qui oblige à revoir certains aspects de sa vie. Je parle pas de faire son pain ou cleaner son appart tous les jours hein, mais plus d’une façon globale de vivre. Bref, je sais pas si je suis très claire. ^^ On a rien d’autre à faire qu’à patienter pour voir comment vont évoluer les choses, alors autant le faire avec le plus de sérénité possible.
    Des bises (sans virus, promis ahah).

    J'aime

    1. Je suis ravie de voir que tu le vis plutôt bien ce confinement 🙂

      Je pense voir ce que tu veux dire, effectivement cette vie au ralenti je l’aime bien pour beaucoup d’aspects. Puis vu que je suis pas ultra sociale, ben ce coté là m’affecte moins que d’autres personnes. Et quel bonheur quand tu dois sortir, d’avoir si peu de gens dans les rues, c’est paisible. Ce qui commence à me manquer c’est la nature, mais c’est vrai que pour le reste je pourrais encore tenir aussi.

      PS : mon côté féministe m’a interdit de ranger seule l’appart quand j’étais au chômage, car je me disais : si mon mari l’était, il ne ferait pas un ménage à fond, il profiterait juste du temps libre. Du coup, l’appart n’est pas mieux que d’hab XD Mais c’est vrai que j’ai tenté encore plus d’expériences culinaires que d’ordinaire (et je pense en garder plus d’une)

      Aimé par 1 personne

  3. J’applique le confinement à fond même virtuellement, outre le travail je n’ai de contacts qu’avec les gens dont je suis véritablement proche (la PMA et la vie en generale a déjà fait pas mal de tri de ce côté-là). J’ai une copine qui me faisait la réflexion d’ailleurs qu’avec toutes les incertitudes que le confinement amenait actuellement, elle comprenait mieux l’impact de la PMA dans nos vies et son lot de weekend, vacances, loisirs annulés ou à programmer à la dernière minute…
    J’espère que cette pause forcée mais qui t’aura tout de meme fait un peu de bien va vite se terminer et que tu auras rapidement des nouvelles de ton centre!

    Aimé par 1 personne

  4. La galère ces centres PMA fermés… 😑 J’espère pour vous que vous pourrez bientôt reprendre le protocole, et en attendant profitez du calme, ici aussi on apprécie de ne plus voir les gens et de ne plus entendre ni voitures ni avions ! C’est une parenthèse, et beaucoup de gens ne supportent pas qu’on bouscule leurs petites habitudes et confort… Moi je suis perturbée par les attitudes des gens dans les magasins, la connerie y est très présente 😬

    J'aime

  5. Contente d’avoir de tes nouvelles et que ça aille plutôt bien. C’est vrai qu’après le vent de panique du début, le confinement est propice à se mettre dans une bulle… J’espère que les protocoles pourront bientôt reprendre et que tu n’auras pas trop longtemps à attendre

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s