Voilà, on y est.

J’ai eu mes règles hier soir et commencé le traitement pour le TEC dans la foulée (2patch de videllot à changer toutes les 48h). Rdv de contrôle dans 2 semaines.

Je les sentais arriver (j’avais calculé au 10/01, on est donc raccord), des spottings annonciateurs depuis quelques jours.

Alors hier j’étais angoissée comme jamais, j’ai fait une crise d’angoisse une fois de plus, en arrivant chez ma psy (je crois que je me suis contenue jusqu’à ce moment de la journée où je pouvais lâcher les vannes).

3 semaines depuis notre dernier rdv, qui était pile avant l’appel du centre PMA. Autant dire que je l’attendais avec impatience, surtout vis à vis des angoisses… Et bien c’est une des 1e fois où j’ai trouvé des limites, où je suis ressortie plus énervée qu’autre chose. Car au final elle a détournée la conversation (bon ok je comprends, c’était pour sortir de l’angoisse), mais elle m’a fait parler de trucs dont j’avais l’impression de les avoir vu et revu. Elle m’a dit qu’il fallait se rapeller pourquoi on voulait un enfant, comment on imaginait notre vie si c’était le cas. Alors sur le coup elle m’a prise au dépourvu, et j’ai galéré à répondre, car effectivement, j’essaye de ne pas penser à ça, de ne pas penser à cette vie rêvée, pour ne pas ressasser le vide. Et c’est ça qui m’a énervé en sortant, après coup, en fait elle m’a fait penser, et je ne sais pas comment elle n’a pas pu le voir, à tout ce que je ne pourrais jamais vivre avec S. … Voilà… super pour aller mieux… donc je suis sortie encore plus triste et sans vraiment avoir pu parler de comment faire passer ces angoisses – car au fond j’ai l’impression que y’a pas de solution à part les affronter. Elle m’a dit de rationaliser dans ces moment là, mais ces angoisses sont tellement légitimes que personne ne peut nous rassurer… J’avais aussi besoin de parler de comment gérer la période entre le transfert et le résultat, mais pareil, je n’ai pas pu en parler.

Je la revois à nouveau dans 3 semaines (son planning était blindé). Plus ou moins au moment du transfert. J’espère que cette séance là sera plus utile… Mais surtout que je la verrais avant le transfert, sinon ça va être chaud. Mais bon c’est pas moi qui vait décider de la date où il tombera !

Et en attendant je vais devoir me démerder comme je peux pour vivre cette période.

J’ai pris rdv chez l’ostéopathe lundi, pour préparer ce TEC, et j’espère que ça m’aidera à être un peu plus zen.

J’ai passée une nuit blanche à cause de ce début des hostilités, j’étais juste angoissée, je ne pensais pas vraiment a quelque chose, mais cette angoisse ne me quittait pas. La journée au boulot va être longue.

Je me suis posée la question, pourquoi autant d’angoisse ? Est ce trop tôt pour retourner en PMA ? Je ne pense pas, car je ne voudrais pas annuler. On en a parlé hier avec mon mari, il l’a dit que s’il fallait on pouvait même attendre une année encore, si j’avais besoin de ce temps pour réussir à gérer, mais je n’ai pas envie d’annuler. J’ai envie d’y aller. Et comme dit, je ne pense pas que le temps appaiserait ces angoisses – la seule solution que j’y vois est de les affronter (et les subir).

Alors on va se battre, contre vent et marée. On dirait que j’ai encore de l’énergie en réserve, je ne sais pas trop d’où je la sors. Il y a des moments où je me dis que tout aurait été plus simple si on avait fait une sortie de route en Finlande sous le choc de l’émotion. On aurait pas eu à traverser toute cette douleur. Mais notre instinct de survie a pris le dessus à ce moment-là. Peut-être que si j’ai survécu à tout ça, et bien justement c’est pour vivre : on a pas autant souffert pour abandonner maintenant. Mais putain, qu’est ce que c’est dur.

17 réflexions sur “Essayer de ne pas perdre pieds

  1. Je pense que les angoisses sont inévitables, quand on désire tant son enfant que toi, que nous…
    Le chemin est encore plus long en PMA…
    et la grossesse s annonce aussi angoissante.. on se protège comme on peut… et quand la vie nous a fait vivre le pire, on sait que la vie est précieuse !
    Alors je te souhaite que tout se passe bien, personne ne peut te rassurer mais il faut croire au bonheur et se battre comme tu le fais déjà !
    Je te comprends tellement… je te fais de gros câlins 😘😘😘

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne comprends pas pourquoi tu tiens tant à maitriser, à « gérer », -à dissimuler j’ai même envie d’écrire!- tes émotions. Vis-les, bon sang de bois! Mais vis-les donc! Purée mais on NE PEUT PAS passer sa vie à faire semblant que tout va bien, que tout est maitrisable!! Qu’on soit triste, en colère, en joie, c’est important, primoerdial de se laisser le ressentir et surtout, surtout!! de l’exprimer! Et MERDE à qui ça dérange! On est des êtres d’émotions, c’est normal, on ne peut pas à ce point garder ça au fond de soi, pas étonnant qu’on angoisse, qu’on somatise, et même, cas ultime qu’on « cancérise »!! Putain, je t’engueule là, désolée mais VIS CES PUTAINS D’EMOTIONS, LAISSE LES SORTIIIIIIR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et je te promets qu’après ça peut ENFIN aller vachement mieux.
    Je suis à fond avec toi ma belle, mais vraiment ça me fait mal de te lire comme ça, je veux que tu sois bien, vraiment bien, et en paix ❤ Huge huge huge hugs

    Aimé par 1 personne

    1. Nan mais je les vis mes émotions, difficile de les cacher !
      Après je peux pas passer ma vie à chialer au boulot, donc en général effectivement je lâche les vannes chez moi, dans un environnement « cocon ». On en parle avec mon mari de ces angoisses, on se le cache pas qu’on le vit pas bien. Avec mon entourage aussi.
      C’est juste que c’est éreintant toutes ces émotions, j’ai envie de trouver un moyen d’un peu apaiser tout ça pour mieux vivre tout simplement. Mais je sais très bien que certaines ne sont pas effaçables car totalement légitimes. J’ai juste pas envie de me laisser bouffer, sinon je ne ferai plus rien dans ma vie, donc j’affronte ces angoisses en les vivant, pour continuer à faire des trucs.

      Aimé par 1 personne

  3. Ohhhh ma belle, que tu es dure envers toi-même, tu ne mérites pas de te dire tout ce mal. Tu fais ce que tu peux avec ce que tu as, et c’est déjà très bien. Le soleil revient toujours, pas tout de suite, des fois c’est long, mais il revient je peux te l’assurer.

    Aimé par 2 personnes

    1. Si je n’avais pas espoir qu’il revienne d’une quelconque façon, je crois que j’aurai arrêté de me battre ! Heureusement j’en ai aussi cette conviction, même si j’espère que ce ne sera pas dans 40 ans !

      Aimé par 1 personne

  4. c clair , tout ça, c est énormément de souffrance , mais c est bien que tu y aille, il faut s y confronter ….. Kae à raison , pleure tout ce que tu veux , ce que tu peux , ça doit sortir , et tu vas surmonter ça, sinon tu ne serai pas en train de le faire maintenant .. Courage !

    Aimé par 1 personne

  5. Et puis j’ai réfléchi à ton titre « Essayer de ne pas perdre pieds » et je me suis dit: « Et pourquoi pas changer de point de vue? Ne pas perdre pieds…mais si! Ne pas chercher le sol sous ses pieds et…faire la planche! se laisser porter par les flots! regarder le ciel, ses nuages ou son bleu profond et lumineux, ses étoiles… se laisser flotter avec confiance! on sera toujours ramené au rivage. Et peut-être même que celui-ci sera plus beau que celui d’où tu es partie… » Douces pensées

    J'aime

    1. Ça m’a jamais réussi de « flotter avec confiance », c’est ce que j’essayais de faire les dernières semaines de cette grossesse, puis je me suis pris un mur dans la gueule. Alors ça va être difficile pour moi de réussir. Mais en même temps je sais que je n’ai aucune maîtrise sur les évènements, donc ma philosophie c’est « advienne que pourra » (je sais c’est paradoxal 🤣)

      Aimé par 1 personne

      1. l’un n’empêche pas l’autre. et vice versa. (ou comment répondre un truc abscon…!!)
        « Advienne que pourra » est mon mantra depuis pas mal de temps… et il n’advi(e)nt rien… mais alors rien de rien… Le caaaaalme!! Là j’peux te dire que je flotte avec confiance (et avec impatience, p^*>@#! ) XD

        Tu sais ce que je te souhaite? D’être heureuse, quoi qu’il advienne (et même si rien n’advient!). bises

        J'aime

  6. Courage courage courage. Il est important de t’écouter toi, dommage que la psy n’en fait pas de même, tu parles quand même bien de ce que t’as envie et besoin !! Aller tu es repartie, je te souhaite le meilleur. Bisous

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s