C’était une chose d’être impatiente en attendant d’avoir une date pour le TEC, s’en est une autre quand on la reçoit.

J’ai reçu l’ordonnance pour le traitement deux jours après l’appel du centre. Et depuis… Et bien je galère. J’ai trouvé l’enveloppe dans ma boîte aux lettres en rentrant un soir tard, me suis couchée peu après, et ait eu une crise de panique a l’idée que ça y est, on y retourne vraiment.

Idem à midi je suis allée cherchée le traitement, et ça m’a mise mal toute la matinée.

Ça impacte mon sommeil – cette fois ce n’est plus tant des cauchemars, mais des difficultés à m’endormir et des réveils très tôt, qui me font ensuite cogiter dans mon lit et je dois me lever au bout d’un moment pour éviter de trop réfléchir et partir en crise d’angoisse.

Forcément l’appel du centre est arrivé le lendemain de la séance dernière séance psy, juste avant les fêtes, donc je ne la vois pas avant le 09/01 vu qu’elle est en vacances…

Habituellement j’arrive à gérer mes crises d’angoisses liée au deuil (notamment la peur irrationnelle qu’il m’arrive à moi ou mon mari un accident), avec des mécanismes qui doivent d’approcher de l’auto-hypnose, que j’ai développé en affrontant les échecs de la PMA puis le deuil.

Mais là ça ne fonctionne pas. Probablement parce que ces angoisses dans ce cas-là ne sont pas vraiment irrationnelles, mais bien plus ancrées dans le réel.

J’angoisse car je sais que je vais mal vivre les contrôles, l’hôpital, les échographies puis l’attente entre le transfert et le résultat. Et que je sais que cela ne s’arrêtera pas à l’issue du résultat : ce sera soit un échec cuisant que je redoute de vivre (car ce sera très difficile à vivre émotionnellement et déclanchera d’autres angoisses), soit ce sera positif et dans ce cas je serais dans l’angoisse permanente que tout s’arrête à nouveau.

Bref je n’ai pour le moment pas de solution pour les calmer, alors si vous avez des pistes…

Mais voilà c’est le prix à payer si on veut tenter d’être parents d’un enfant vivant…. Ce n’est pas le temps qui nous empêchera d’avoir ces angoisses. On est prêt, au bout d’un moment il faut oser plonger, et prendre le risque, affronter ces angoisses et avancer malgré elles. Mais c’est dur…

14 réflexions sur “Les angoisses

  1. Je n ai pas de recette magique mais j’ai eu des très fortes angoisses pendant la grossesse de l Étincelle.
    Une blogueuse m a pas aidé en me racontant les histoires de ses amies… j ai du me faire aider par une hypnotiseuse- la même qui a mis fin à ma phobie des aiguilles lors de mon Parcours PMA et la même aussi qui m a aidé à envisagé un transfert calmement et sereinement en imaginant une issue positive.
    Je ne peux que te conseiller de t entourer de personnes positives, de couper avec le parcours le temps de tout ça et d être dans ta bulle.
    En tout cas je pense bien fort à ce TEC q venir pour vous 😘
    Des bises

    Aimé par 1 personne

  2. Concernant ta peur irrationnelle du résultat, elle est normale est légitime. Quelle que soit l issue , tu sais que tu devra gérer avec ca. Avoir peur ne changera pas le résultat, la peur n évite pas le danger comme on dit . Moi j avais peur tout le temps , parfois j arrivais à me résonner, parfois non.. Trouver l équilibre le plus possible pr réussir à tenir le coup …

    Aimé par 1 personne

    1. Justement je ne la trouve pas irrationnelle cette peur du résultat, du coup elle encore plus difficile à apaiser … Mais oui effectivement la peur n’évite pas le danger. J’espère réussir à trouver un équilibre

      J'aime

  3. Toutes tes craintes, tes angoisses sont légitimes, tu le sais, mais je crois important de te le rappeler! Tu as le droit de les ressentir, de t’autoriser à les ressentir. Tu fais tout ton possible pour atteindre ton but, tu n’auras jamais rien à te reprocher, et quelque soit le résultat tu te dois de te respecter pour tous ces efforts que tu fais et de ne pas t’en vouloir, jamais (« culpabilité, non tu ne m’auras pas! » ). Je croise les doigts (et les skis!! XD) pour que le meilleur advienne! ON Y VA, ON Y CROIT! (bardel!)

    Aimé par 2 personnes

  4. Depuis le décès brutal de mon frère, j’ai peur comme toi qu’il nous arrive qqch (à mon mari, ma fille ou moi). Il y a le choc traumatique et on a appris la finitude avec le deuil, c’est normal apparemment. J’ai enchaîné 2 TEV un an après le drame et je n’ai pas si mal vécu ces essais PMA finalement (et les échecs associés). J’espère que ce sera pareil pour toi. Bien sûr, j’avais de l’aide (psy et groupe de parole). Je t’embrasse Nirnaeth.

    Aimé par 1 personne

  5. Après ma fausse couche, j’étais terrifiée à l’idée d un résultat de bhcg. Je redoutais autant le négatif que le positif. Pire encore, je crois que le positif me faisait encore plus peur parce que l’angoisse me poursuivrait plus longtemps. C’est sans doute, entre autre pour ça que j’ai si mal vécu la fiv 2. J’avais vu une psy et ça ne m’a pas aidé, au contraire. Depuis, le temps à fait son oeuvre, et pour la fiv 3, j’ai décidé de me laisser porter et de ne penser qu’à moi. Je fais du mieux que je peux et de toute façon le résultat ne dépend pas de nous. Et malgré le scénario presque catastrophique, c’est la fiv que j’ai le mieux vécu. Je dois être maso 😂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est effectivement mon état d’esprit… Même si j’espère ne pas savoir comment je vivrais les TECs suivant 😬😉 (ouais je place beaucoup trop d’espoirs dans ce TEC, mais je crois que c’est le seul moyen pour que j’arrive à affronter ça !)

      Aimé par 1 personne

      1. Le contexte est différent mais de mon côté je préfère ne plus y croire pour me protéger je pense. Chacune sa manière d’affronter ses peurs. On fait du mieux qu’on peut et c’est déjà énorme ! Évidemment, je croise pour que ça fonctionne pour toi et que tout roule sans problème ;).

        Aimé par 1 personne

  6. Ce n’est plus de l’ordre de l’angoisse mais de la peur car l’angoisse n’a souvent pas d’objet. Là, ta peur est légitime et l’objet réel… j’espère que tu trouveras l’apaisement (sport, homéopathie, relaxation ou autre) afin de pouvoir traverser à nouveau toutes les étapes à venir. Bisous et bon courage

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas de solution à t’apporter ayant vécu mes débuts de grossesse dans une angoisse énorme. J’en étais venue à appréhender de tomber enceinte tant cette angoisse m’épuisait à chaque fois (après plusieurs FC pour remettre dans le contexte). S’entourer de personnes qui comprennent ces angoisses, en parler, se faire coocooner, penser à toi avant tout pour te préserver pendant ces périodes difficiles, voilà ce que je te conseillerais. Et aussi accepter ces angoisses car elles font partie intégrante de votre histoire.

      Aimé par 1 personne

      1. Justement on n’ose en parler à personne qu’on y retourne, pas envie d’avoir des questions, des attentes de résultats. Puis pour S. j’ai assez mal vécu que tous nos proches soient de suite au courant, car ils étaient trop envahissant.

        J’en ai juste parlé à ma meilleure amie, et heureusement j’ai cet espace sur le blog ! Je pense que vous êtes de bien meilleurs conseils que nos proches 🙂

        J'aime

Répondre à L. Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s