Comme un dimanche soir

A l’aube de la FIV1 Ter FIV ICSI 1, je me replonge doucement dans la blogosphère, comme pour me rendre compte qu’on remet vraiment le couvert dans quelques jours

D’ailleurs je constate au passage que ce n’est pas seulement la rentrée dans les centres PMA, mais aussi sur la blogosphère ! Ce matin seulement je suis tombée sur 5 nouvelles têtes ! Bienvenue à vous toutes, puisse votre passage ici être le plus court possible 😉

Je viens seulement de contacter le centre pour prendre RDV avec l’anesthésiste. A quelques jours près je n’aurais pas eu de RDV dans les temps tellement j’ai attendu !

Je viens aussi seulement de déposer mon ordonnance à la pharmacie. Bon je sais que l’oromone t’en a toujours en stock, et les piqûres c’est seulement dans une dizaine de jours. Mais d’habitude je m’y prends bien plus tôt !

L’homme a été faire son spermogramme et capacitation suite à la prostatite et prise d’antibiotiques, à 1 semaine de distance de l’arrêt du traitement. Résultats : plus d’infection, mais encore des hématuries, ce qui est bizarre (a voir qu’est–ce qui provoque ça, même si c’est probablement pas grand chose). Niveau concentration on est dans les chiffres habituels (17millions il me semble), par contre moins de typiques que d’habitude. A voir si à 3 mois cela s’améliore à nouveau. Même si cela reste correct puisque la recommandation à la suite de la capacitation est toujours « les IACs » ^^ bref heureusement la prostatite ne semble pas avoir eu trop de conséquences cette fois. Et de toute façon on est en ICSI maintenant.

 

Je me demande ce qui provoque ce détachement de ma part, cette absolue absence d’envie d’y retourner, et ces œillères que je me mets pour ne pas voir que tout recommence dans 2 jours. Même si j’ai quelques pistes en y réfléchissant :

Je n’avais même pas réalisé qu’il y a quelques jours c’était les 4 ans d’arrêts de pilule. Ça commence à faire long…

Et puis les deux années précédentes, à chaque fois on devait commencer un protocole à la rentrée ( les IACs, puis la FIV), mais à chaque fois des contretemps ont décalé les protocoles à février. Alors inconsciemment une part de moi n’y croit pas vraiment à tout ça. Genre il va avoir une annulation ou un couac.

J’y vais en traînant les pieds, je ne me bats plus vraiment – je subis juste ce parcours. Comme une corvée à laquelle on ne peut échapper. Les échecs précédents et la malchance qu’on accumule font que je n’y crois plus vraiment. J’y vais en me disant « au moins j’aurais tout tenté, je n’aurais pas de regrets ».

Et en parallèle je vis pleinement ma vie, pour ne rien regretter de ce côté là. On a réservé notre voyage de noces : 3 semaines en mars en Nouvelle-Zélande. Qui sait ce qui se passera d’ici là. Ma tête me dit « rien du tout » alors autant programmer sans réfléchir. De toute façon si ça se passe aussi mal que les deux protocoles FIV précédents, j’aurais besoin d’une grande pause, et d’un second avis médical.

On pourrait croire en lisant ces mots que je ne vais pas bien mais c’est faux. Justement je vais bien, ce qui ne va pas durer avec le rouleau compresseur de la FIV. Je suis blasée/une routarde/désillusionnée, mais je vais bien. J’ai réussi à trouver un équilibre pour être bien dans ma vie malgré les épreuves (merci à l’année de suivi psychologique, dont je n’ai plus eu besoin depuis de nombreux mois).

Je ne sais pas encore le format que prendra mon récit de cette tentative. Cela dépendra probablement du déroulé (en gros si ça se passe mal je vais paniquer et écrire un article à l’arrache 10min après le RDV en question, pour qu’ensuite vous arriviez à me rassurer ^^)

Prenez soin de vous 😘

Publicités